Marche grandiose à Alger    ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Mihoubi déposera son dossier la semaine prochaine    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    AUDITIONNE AU TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Baha Eddine Tliba placé en détention provisoire    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    «On peut faire encore plus mal»    "L'EN peut encore progresser"    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    «Aucune décision n'a été prise»    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Acte 16 de la mobilisation estudiantine.. «La transition appartient au peuple !»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Contrairement aux semaines précédentes, le point de rencontre a été fixé à la place des Martyrs. Depuis quelques temps, plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux par les organisations estudiantines pour structurer cette marche.
Les étudiants plaident pour une période de transition et dénoncent le comportement répressif des forces de l'ordre. Sortis manifester dans les rues du pays pour le 16e mardi consécutif, les étudiants sont plus déterminés que jamais pour faire valoir leurs droits. La mobilisation estudiantine ne baisse pas d'un iota. Dans les rues de la capitale, ces jeunes universitaires ont battu le pavé tout au long de la journée d'hier pour le départ du système actuel. Ils ont rejeté, dans leurs slogans, les discours du chef d'Etat-major, ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, ainsi que celui de l'intérimaire Abdelkader Bensalah, qui plaident pour un dialogue regroupant la classe politique, société civile et représentants du «Hirak».
Selon ces chefs, ce dialogue est la seule solution qui reste au pays pour sortir de sa crise. Dans cette optique, les manifestants ont plaidé pour une période de transition gérée par le peuple. Car pour eux : «L'Algérie est un pays démocratique et non militaire». A 10h30, début de la marche à Alger. Contrairement aux semaines précédentes le point de rencontre a été fixé à la place des Martyrs. Depuis quelques temps, plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux par les organisations estudiantines pour structurer cette marche. Ils ont permis à ces jeunes de facilement s'organiser pour bien réussir leur 16e acte. En effet, après s'être regroupés à la place des Martyrs, les protestataires ont marché pacifiquement jusqu'à la Grande-Poste.
Malheureusement, le caractère pacifique de cette marche a rapidement changé à cause du comportement répressif des forces de l'ordre. Dès les premières heures de la journée d'hier, un renfort extraordinaire de policiers a été déployé à travers les rues de la capitale. Barricadant l'accès au Boulevard Mohamed V ainsi qu'au tunnel des Facultés, ces agents n'ont pas hésité à utiliser la force pour barrer la route à ces jeunes manifestants. Les ordres étaient clairs : pas de pitié contre tous ceux qui manifestent dans la rue. Durant cette journée, les accrochages entre étudiants et policiers n'ont pas cessé.
S'interrogeant sur les vraies raisons de ce comportement, ces jeunes ont affirmé être décidés à poursuivre leur mouvement malgré toutes les magouilles du système. «Nous sommes l'avenir du pays, rien, ni personne ne pourra nous arrêter !», a affirmé Yasmine, une jeune étudiante en médecine. Et d'ajouter: «Notre Etat ne sera jamais militaire !». Drapés de l'emblème national, les universitaires ont, comme à leur habitude, rappelé que leurs revendications sont celles de tout le peuple. «Unis, nous réussirons à faire valoir nos droits», soutient Salim un étudiant en science politique. Pour lui, le peuple est conscient des risques que peut engendrer la situation politique du pays et tous les discours que tiennent les figures du système ne le feront pas changer de position. A cet effet, il a rappelé que «ce sont ces mêmes Algériens et Algériennes qui ont réussi à faire sortir le colonisateur français après plus d'un siècle de combat.»
Tout au long de l'itinéraire de leur marche, les manifestants ont scandé et brandi des slogans hostiles au pouvoir et favorable à l'Algérie libre et démocratique. Ils ont dénoncé la mafia politico-financière. Ils ont également affirmé que «les étudiants instruits jamais soumis !», «Etat civil et pas militaire !», «Yetnahaw ga3 !». Depuis le 22 février dernier, ces jeunes ont tenu un rôle très important dans la révolution populaire que connaît le pays. En plus des rassemblements qu'ils tiennent à l'intérieur de leurs campus, ces étudiants battent le pavé chaque mardi, pour scander le départ du système actuel et ses symboles. Même durant le mois sacré de Ramadhan, leur mobilisation n'a pas faibli. Surpassant le jeûne et la chaleur, ils ont démontré au pouvoir leur volonté de faire changer l'avenir du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.