Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah en visite de travail au Commandement des Forces Navales : "Les lois de finances et des hydrocarbures, ...    Présidentielle du 12 décembre: Nouvelles procédures pour la légalisation des formulaires de souscription de signatures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Réalisation d'un stock "important" de blé dur et d'orge : Pas d'importation des deux produits cette année    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    Syrie : Trump lâche les Kurdes, mais menace la Turquie    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Mise à jour Ligue 1 : Le MCA rejoint le CRB en tête du classement    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    Organisation d'un match amical Algérie - France : Le sujet évoqué au cours du premier trimestre 2020    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    LIBAN-MUSIQUE: La chanteuse libanaise Fairuz retrouve le devant de la scène    18 personnalités lancent un appel    L'opposition des étudiants    ALGERIE 3 – COLOMBIE 0 : Les Verts s'offrent le neuvième mondial    Distribution de plus de 50.000 logements    Le ministère de la Santé rassure    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Sonatrach, nouveau actionnaire majoritaire    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    Des milliers d'attributions de logements en perspective    168 unités de boissons alcoolisées de différentes marques saisies    Poursuite de l'offensive turque sur fond d'une large condamnation internationale    La loi «rejetée» par la population est «sans crainte»    Batelli convoque 23 joueurs pour le match contre le Maroc    France-Algérie : les premiers pas...    Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    «Le voyage de Sindbab» bientôt à l'affiche    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    AHMED GAID SALAH AFFIRME : L'Algérie est sur ‘'la bonne voie''    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Nouvelles procédures pour la signature des formulaires    EXIGEANT LE DEPART DE LEUR DIRECTEUR : Les travailleurs de l'éducation protestent à Béchar    OUARGLA : Recensement de plus de 1600 cas de cancer    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    Les leaders à l'aise    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    L'EHU 1er Novembre dresse son bilan: 160.000 consultations et 32.000 hospitalisations en neuf mois    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il estime que le report de l'élection présidentielle a ouvert une période transitoire «non déclarée».. Les mises en gardes du PLJ
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le parti de la liberté et de la justice (PLJ) a mis en garde hier, contre la prolongation de la période transitoire «non déclarée» ouverte après le report de l'élection présidentielle, estimant que le retard pris pour trouver une solution à la crise constitue «une source de danger pour la sécurité, la stabilité et l'économie nationale». «Le Bureau national constate que le report sine die des élections présidentielles entraîne le pays carrément dans une période transitoire ouverte non déclarée et incertaine pour l'avenir. Elle sera encore d'autant plus incertaine si les initiatives de sortie de crise lancées par des forces politiques, sociales et des personnalités nationales restent en marge des préoccupations du pouvoir de fait», a averti le parti dans un communiqué rendu public au lendemain de la réunion de son Bureau national en session ordinaire tenue sous la présidence de son président Mohamed Saïd.
Il a estimé que «plus la solution à la crise tarde, plus elle sera compliquée et constituera une source de danger pour la sécurité, la stabilité et l'économie nationale», soulignant la nécessité d'accompagner les appels successifs au dialogue de «mesures concrètes» qui «instaurent la confiance entre le pouvoir et le peuple représenté par les forces politiques et sociales dont elles émanent». «Point de sens à un dialogue ou à un consensus si en même temps des pressions sont exercées sur les média, des obstacles dressés devant les activistes politiques, autant de mesures provocatrices pour l'opinion publique dans l'espoir de réduire le niveau de la mobilisation populaire», a-t-il affirmé.
Selon le PLJ, «la sensibilité de la situation exige plus de sagesse pour créer l'atmosphère nécessaire à la réunion de tous les efforts en vue de mettre un terme à la crise dans les plus brefs délais».
Il a estimé, à ce titre, que «le problème aujourd'hui, ne réside nullement dans le comportement de groupes de manifestants qui exhibent la symbolique d'une des trois composantes de l'identité nationale tranchées définitivement et sans distinction par la constitution qui en fait d'ailleurs, par des garanties précises, le socle l'unité nationale». Le vrai problème, d'après le PLJ, réside dans «la minorité politico-financière corrompue qui tente encore à travers ses bras dispersés dans le pays de reprendre l'initiative sur le terrain», soulignant «le danger que peuvent constituer les tergiversations retardant le départ des symboles du régime exigé par le Hirak depuis le 22 février comme impératif préalable au changement radical revendiqué». Le PLJ a appelé, dans ce contexte, les animateurs du Hirak à «plus de vigilance pour préserver l'unité de leurs rangs et le caractère pacifique des marches populaires qui ne doivent pas être déviées de leur objectif principal, à savoir le changement radical de régime et ce, quelles que soient les provocations». Le PLJ a jugé, par ailleurs, que «la neutralisation des principales figures de ce mal social doit s'accompagner d'une détermination sans faille basée sur le respect du droit pour préserver à la fois les moyens de production, les postes de travail et récupérer les capitaux détournés». «Une telle opération doit être juste, permanente, transparente, et globale», a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.