L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19e vendredi du mouvement populaire sous haute tension.. Plusieurs manifestants arrêtés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 06 - 2019

Un climat de tension régnait au fur et à mesure que la foule grandissait. Totalement quadrillée par des milliers de policiers et un massif déploiement des engins de la police, les rues d'Alger centre sont occupées par leurs fourgons et véhicules.
En dépit de la canicule, la mobilisation des Algériens contre le système politique, est restée intacte, pour ce 19e vendredi consécutif de manifestation populaire pacifique. Cette nouvelle journée de contestation a été marquée par la présence d'un impressionnant dispositif sécuritaire, fortement déployé au centre d'Alger et au niveau des rues principales de la capitale, dès les premières heures de la matinée. Un climat de tension régnait au fur et à mesure que la foule grandissait. Totalement quadrillée par des milliers de policiers et un massif déploiement des engins de la police, les rues d'Alger centre sont occupées par leurs fourgons et véhicules. Les endroits emblématiques du hirak ont été totalement fermés, à l'image de la place Audin et de la rue Hassiba. On pouvait constater que le dispositif policier renforcé au niveau de toutes les places; grande poste et Didouche Mourad, où on a procédé à la fouille de jeunes, passants, porteurs de sacs à dos. Des policiers en civil étaient déployés partout. Un important dispositif a été également déployé pour empêcher les manifestants venus d'autres régions d'accéder à la capitale. La raison de cette restriction policière, serait que la situation sécuritaire, soit sensible, selon certains officiers. Avec le double attentat survenu vendredi à Tunis, «nous avons fortement renforcé le dispositif sécuritaire encadrant les manifestations, et ce par mesure de prévention», a affirmé un responsable des force de l'ordre approché par nos confrères près de la Grande Poste. Cependant, la police semble avoir renoué avec ses méthodes musclées en procédant à des arrestations de manifestants pacifiques. Selon plusieurs témoignages, «des interpellations de manifestants ont eu lieu au niveau de la grande poste. D'autres interpellations ont été opérées par les services de l'ordre, dont un journaliste et une députée RCD, au niveau de la rue Didouche Mourad près du siège du RCD. Le parti de l'opposition a d'ailleurs annoncé dans un communiqué, toujours publié sur Facebook, l'arrestation de l'avocate et députée Fetta Sadat, dénonçant ce qu'il a qualifié d'‘agissements répressifs'». Peu de temps après leur interpellation, le journaliste Bouzid Ichalalane et la députée Fetta Sadat ont été relâchés. Tout cela, n'a pas eu raison de la détermination des Algérois qui affluaient par centaines après la prière du vendredi. Munis de leurs drapeaux, armés de courage, et défiant la chaleur et la répression policière, les manifestants réclamaient la restitution du pouvoir au peuple. La foule, munie de drapeaux et de casquettes aux couleurs nationales et de quelques pancartes réclamant la mise en œuvre des articles 7 et 8 de la Constitution, est cernée de toutes parts par les agents de la police. Ils ont scandé haut et fort : «les Algériens khawa-khawa !» (les Algériens sont tous des frères !).
Ou encore : «Mada 7, solta li echaâb !» (Article 7, pouvoir au peuple). Plus loin vers la Place Audin, d'autres manifestants scandaient : «Silmya, Silmya !» (pacifique, pacifique, notre marche est pacifique), et en déclamant : «Djazair houra democratiya !» (Algérie libre et démocratique), et enfin : «Wihda wataniya matalibouna char3ya !» (Unité nationale, nos revendications sont légitimes). Les Algériens continuent à manifester partout dans le pays, pour réclamer plus de démocratie et un meilleur avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.