Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19e vendredi du mouvement populaire sous haute tension.. Plusieurs manifestants arrêtés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Un climat de tension régnait au fur et à mesure que la foule grandissait. Totalement quadrillée par des milliers de policiers et un massif déploiement des engins de la police, les rues d'Alger centre sont occupées par leurs fourgons et véhicules.
En dépit de la canicule, la mobilisation des Algériens contre le système politique, est restée intacte, pour ce 19e vendredi consécutif de manifestation populaire pacifique. Cette nouvelle journée de contestation a été marquée par la présence d'un impressionnant dispositif sécuritaire, fortement déployé au centre d'Alger et au niveau des rues principales de la capitale, dès les premières heures de la matinée. Un climat de tension régnait au fur et à mesure que la foule grandissait. Totalement quadrillée par des milliers de policiers et un massif déploiement des engins de la police, les rues d'Alger centre sont occupées par leurs fourgons et véhicules. Les endroits emblématiques du hirak ont été totalement fermés, à l'image de la place Audin et de la rue Hassiba. On pouvait constater que le dispositif policier renforcé au niveau de toutes les places; grande poste et Didouche Mourad, où on a procédé à la fouille de jeunes, passants, porteurs de sacs à dos. Des policiers en civil étaient déployés partout. Un important dispositif a été également déployé pour empêcher les manifestants venus d'autres régions d'accéder à la capitale. La raison de cette restriction policière, serait que la situation sécuritaire, soit sensible, selon certains officiers. Avec le double attentat survenu vendredi à Tunis, «nous avons fortement renforcé le dispositif sécuritaire encadrant les manifestations, et ce par mesure de prévention», a affirmé un responsable des force de l'ordre approché par nos confrères près de la Grande Poste. Cependant, la police semble avoir renoué avec ses méthodes musclées en procédant à des arrestations de manifestants pacifiques. Selon plusieurs témoignages, «des interpellations de manifestants ont eu lieu au niveau de la grande poste. D'autres interpellations ont été opérées par les services de l'ordre, dont un journaliste et une députée RCD, au niveau de la rue Didouche Mourad près du siège du RCD. Le parti de l'opposition a d'ailleurs annoncé dans un communiqué, toujours publié sur Facebook, l'arrestation de l'avocate et députée Fetta Sadat, dénonçant ce qu'il a qualifié d'‘agissements répressifs'». Peu de temps après leur interpellation, le journaliste Bouzid Ichalalane et la députée Fetta Sadat ont été relâchés. Tout cela, n'a pas eu raison de la détermination des Algérois qui affluaient par centaines après la prière du vendredi. Munis de leurs drapeaux, armés de courage, et défiant la chaleur et la répression policière, les manifestants réclamaient la restitution du pouvoir au peuple. La foule, munie de drapeaux et de casquettes aux couleurs nationales et de quelques pancartes réclamant la mise en œuvre des articles 7 et 8 de la Constitution, est cernée de toutes parts par les agents de la police. Ils ont scandé haut et fort : «les Algériens khawa-khawa !» (les Algériens sont tous des frères !).
Ou encore : «Mada 7, solta li echaâb !» (Article 7, pouvoir au peuple). Plus loin vers la Place Audin, d'autres manifestants scandaient : «Silmya, Silmya !» (pacifique, pacifique, notre marche est pacifique), et en déclamant : «Djazair houra democratiya !» (Algérie libre et démocratique), et enfin : «Wihda wataniya matalibouna char3ya !» (Unité nationale, nos revendications sont légitimes). Les Algériens continuent à manifester partout dans le pays, pour réclamer plus de démocratie et un meilleur avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.