Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Hadj-Nacer s'exprime sur la situation politique.. «Le hirak ne doit pas avoir des représentants»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le mouvement populaire ne devrait pas désigner des représentants pour éviter qu'il soit manipulé et détourné dans son cap revendicatif par le pouvoir «informel».
Invité hier, à l'émission ‘'L'Invité de la Rédaction'' de la chaîne III de la Radio Algérienne, l'ancien Gouverneur de la Banque d'Algérie Abderrahmane Hadj-Nacer a estimé que «la force du Hirak en Algérie émane de la masse qui a su jusqu'à aujourd'hui détourner toutes les tentatives de divisions». «La force du peuple est d'être nombreux et surtout d'être pacifiques», a-t-il estimé. La raison pour laquelle Hadj-Nacer a indiqué que ce «mouvement ne devrait pas avoir de représentants puisque, selon lui, la faiblesse de tous les mouvements de masse est d'avoir des représentants et une organisation très visible». Il soulignera notamment, que le peuple a formulé ses revendications, dont ‘'Yetnahaw gaâ !'' (qu'ils partent tous). La population à l'unanimité dans la rue demande dans sa globalité : ‘'Yatnahaw gaâ !'', qui veut dire «balayer les modalités ayant conduit à cette situation», a-t-il expliqué.
Pour l'invité de la radio chaîne III, «face à ce pouvoir informel, le mouvement populaire ne devra pas avoir de représentation formel», précisant que «le pouvoir informel a une capacité extraordinaire pour détourner les mouvements de masses de leur objectif principal». L'ancien Gouverneur de la Banque d'Algérie a relevé à ce propos que «le peuple sait pertinemment que dès qu'une personne est désignée, ceci sera un cadeau offert à ce pouvoir qui ne veut pas changer». Définissant la situation politique que vit l'Algérie, Hadj-Nacer estimera qu'il s'agit d'une période «en finition», parce que dans le monde, il y a eu un certain nombre de changements générationnels, «qui ne se sont pas encore opérés dans notre pays», par manque de rationalité d'un système appuyé sur la superstition et non la réflexion. Pour l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie, le Mouvement de contestation populaire né le 22 février, a constitué «un ras-le-bol face à la situation humiliante» que représentait la tentative de reconduite de l'ancien président Bouteflika à un 5e mandat.
Ce «ras-le-bol», a-t-il expliqué l'a été en réaction à la présence «insupportable» du gouvernement algérien au Val-de-Grâce, entraîné par son chef de l'Etat à une réunion conduite «par le président Français». «Tout d'un coup est apparue la nécessité chez les Algériens de réclamer un changement qui puisse s'opérer sans destructions et sans représentation formelle, afin d'éviter que le mouvement ne soit récupéré et détourné de ses objectifs», dira-t-il. Sans les citer nommément, l'Invité a souligné que les «multiples forces occultes» venant de l'intérieur ou de l'étranger interviennent pour parasiter le Hirak. Elles ne veulent qu'une chose : «qu'il y ait des troubles en Algérie pour pouvoir justifier une remise en ordre», pour diviser le peuple. «Dès les premiers jours du mouvement, il y a eu des tentatives sournoises de division ont provoqué un instinct de survie intelligent», a-t-il soutenu.
«On a même essayé de détruire les valeurs essentielles dont se sont réclamées les gens. On a commencé à dire du mal d'Ibn Badis et de l'islam, dans des sites électroniques hébergés en France notamment, puis aux principes fondamentaux du religieux algérien. Et la remise en cause du fondement identitaire, des attaques sournoises à travers les sites électroniques». «Pour éviter que le mouvement populaire ne change de cap revendicatif de changement du système, il faut inverser la proposition. Ceci n'appartient pas à la population qui manifeste de proposer des solutions». Elle exprime, a-t-il déclaré, «des exigences, réclamant notamment un pouvoir et une économie formels», des institutions qui soient à son service et une armée dont le rôle est reconnu par la Constitution. «Nous voulons avoir un pouvoir formel économie formel, payer nos impôts une armée dont le rôle est reconnue dans la constitution, des services qui nous serve une situation institutionnelle qui nous permet d'anticiper l'avenir», a-t-il noté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.