Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Environ 1,5 million d'Algériens souffrent d'insuffisance rénale dont le quart est en attente d'une greffe (spécialiste)
Santé
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 10 - 2014

Environ 1,5 million d'Algériens souffrent d'insuffisance rénale dont le quart est en attente d'une greffe, a indiqué mercredi le chef de service néphrologie au CHU Nafissa Hamoud, Pr Tahar Rayane.
"L'insuffisance rénale est une maladie chronique et affecte de plus en plus d'algériens car pas moins de 1,5 million d'entre eux est victime de cette pathologie. Le quart de ces patients est au stade terminal de l'affection et est donc en attente d'une greffe", a précisé le Pr Rayane, lors d'une conférence-débat, organisée au forum du quotidien DK-News.
Le Pr Rayane, qui est aussi directeur de l'Institut national du rein, a fait également savoir que sur les 1,5 million malades, 18.500 sont traités, dans 300 centres de dialyse à travers le pays.
Il a en outre imputé l'augmentation du nombre de malades à la fréquence du diabète et de l'hypertension artérielle, rappelant que ces pathologies sont les premières causes de l'insuffisance rénale en Algérie.
Dans les stades graves de la pathologie rénale, le spécialiste a noté que le malade pouvait se rétablir s'il bénéficie d'une greffe, déplorant à cet effet la réalisation d'uniquement 1000 greffes en Algérie depuis 1986.
Il a donc à ce titre incité les citoyens à faire don de leurs organes après leur mort car la loi algérienne et les préceptes religieux l'autorisent.
Au sujet de l'institut national du rein, l'intervenant a fait savoir qu'il est finalisé à 90 % et sera prochainement fonctionnel.
L'ouverture de l'institut du rein vise à assurer des soins de "haut niveau" aux patients et à prodiguer une formation continue aux médecins et infirmiers, a ajouté le Pr Rayane.
S'agissant de la prévention, le chef de service néphrologie au CHU Beni Messous, Pr Mohamed Benabadji, a insisté sur l'importance d'avoir une bonne hygiène de vie pour éviter de développer un diabète et une hypertension artérielle, responsables de la maladie rénale.
Le même spécialiste a aussi relevé que les patients traités consultent souvent au stade avancé de la maladie, appelant à ce sujet les citoyens à faire régulièrement des bilans pour déceler une éventuelle anomalie organique.
Dans ce sens, le spécialiste a estimé que le recours à la dialyse dénote d'un échec du suivi du malade d'où l'intérêt d'une prise en charge précoce de l'affection pour éviter que l'insuffisance aigu évolue en insuffisance chronique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.