Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djaad d'Ighil Ali
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2015

En ce mercredi glacial, on a enterré Djaad. Tout n'a pas une explication mais Abdelkrim n'a pas de prénom, y compris pour ceux qui pouvaient se permettre avec lui les plus audacieuses familiarités. C'est Djaad. Déroutant et paradoxal jusque dans les choses les plus simples de la vie. On ne fait pas les choses comme tout le monde quand on est Djaad. Sinon on serait… tout le monde et Abdelkrim n'était pas homme à se confondre dans la foule.
On s'y prendrait à le voir ainsi avec tout le génie et toutes les volontés du monde, au bout, l'échec serait lamentable. Sinon, comment se peut-il, que lui, l'homme de son temps, qui aimait par-dessus tout les palpitations les plus folles de la Cité pouvait avoir un attachement si viscéral à ce bout de non-terre perdu entre oliviers rachitiques et une suggestion de désert à portée de battement d'ailes ? Comment Ighil Ali pouvait à ce point compter dans la vie d'un homme pour qui le monde était déjà trop petit ? Parce qu'il est y est né ? Trop simple comme raccourci, trop fétichiste explication.
Personne ne souvient de sa naissance et qui connaît Djaad sait qu'il fonctionne d'abord à l'affectif des souvenirs. Et d'Ighil Ali, il en avait, des souvenirs.
L'ami Nadjib raconte qu'un jour, il y emmenait la femme qu'il venait juste d'épouser. En se promenant dans les champs, il mettait - lui la légendaire boule de nerfs - une rare patience à lui parler de la moindre touffe d'herbe qui poussait sur ces terres pas très généreuses. Et quand sa charmante épouse, visiblement impressionnée, lui avait fait part de sa surprise de lui voir autant d'érudition en botanique, il a eu cette réponse : «Ce n'est pas de botanique qu'il s'agit mais de survie. Il fut un temps où on n'avait que ça à manger» !
Sur cette route perdue dans un paysage hybride où il faut chercher la Kabylie de nos fantasmes pour la trouver, on imagine Djaad fulminer. Contre les errements de l'Histoire et contre l'ingratitude de la géographie. Il fulmine très bien, lui, quand il écrit, quand il parle et quand il se tait. Dans ses angoisses grandiloquentes et ses apaisements toujours feints.
Dans son métier de journaliste, il quêtait le beau dans de cinglantes métaphores et le vrai dans d'imparables irrévérences. Avant de surprendre tout son monde par d'insoupçonnables émotions chapardées à ses froides et arrogantes apparences.
Vous l'imaginez incapable de s'émouvoir et le voilà qu'il vous sort Jean Amrouche qui peut tout faire dans une autre langue mais ne sait «pleurer qu'en kabyle». Allez l'imaginer vivant dans cette bâtisse offerte aux vents glaciaux, qui a la prétention d'entretenir la mémoire des Amrouche. Il aurait explosé par l'outrage fait à leur grandeur.
Mais en ce mercredi qui sent la neige, Djaad ne pouvait pas parler, il se repose d'une vie trop courte et trop agitée. Presque trop belle pour supporter les sincères émotions d'amis venus de loin lui dire au revoir. Encore moins s'accommoder des faux amis vrais pleureuses pointés devant son cercueil pour d'ultimes dividendes.
Avant d'être mis en terre, Djaad a dû regarder une dernière fois l'olivier dont il sera le voisin privilégié. Et se rappeler ce mémorable texte de Mammeri qu'il affectionnait tant, parce que nul autre que lui n'a su rendre la noblesse de cet arbre. En dégringolant vers la vallée après l'enterrement, on ne sait pas pourquoi on a envie de retourner à Ighil Ali. Mais on sait pourquoi on y est venu, la première fois.
Slimane Laouari


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.