Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mots, les maux dans les vers de Abderrahmane Amalou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 04 - 2009

La communication entre les êtres humains et l'importance du verbe constituent les thèmes principaux du recueil de poésie intitulé Les mots, les maux, de Abderrahmane Amalou, qui vient d'être édité aux éditions Nounou.
Le recueil de poèmes écrits dans un style très libre, sans contraintes techniques, tel que le respect du nombre de vers ni de rime, décrit l'homme dans son environnement mais aussi le rapport de l'homme avec son environnement, particulièrement le rapport avec l'autre.
C'est ainsi que dans son poème intitulé On se sent si seul, l'auteur évoque la solitude de l'être humain et les souffrances engendrées par l'état d'âme provoqué par cette solitude due à l'isolement et à l'hypocrisie dont sont empreintes les relations humaines.
Abderrahmane Amalou, poète à la sensibilité à fleur de peau, comme en témoigne l'ensemble de ses textes, particulièrement ceux portant les titres Souffrir d'une tendresse et Habiter son silence, parle également de l'amitié et de l'amour déçu tout en laissant transparaître beaucoup d'espoir décliné dans ses vers «Mais il reste la force-clé, Celle de la tendresse vraie !» Empreints à la fois d'une grande force expressive et de beaucoup de lyrisme et de musicalité, les vers de Abderrahmane Amalou parlent aussi des souvenirs d'enfance que chaque être humain conserve au fin fond de son cœur et de son âme comme l'attestent les vers
«Tu alignes tes souvenirs».
«Abderrahmane ne prétend pas être un poète, c'est une personne qui aime les mots et surtout leur musicalité», écrit l'éditrice Nora Adjali, ajoutant «se noyer dans un monde où l'amour est roi et on se sent bien.
Cela apparaît étrange pour autrui, comme si on vient de loin, d'un rêve dont le silence est maître : on vit, on pleure, on rit et surtout on souffre d'une tendresse incomprise». Abderrahmane Amalou, tout en étant étudiant avait composé et interprété quatre chansonnettes en tamazight.
Certains de ses poèmes et musiques inédits écrits en français et traduits en langues arabe et amazighe ont inspiré bien des chanteurs qui les ont repris, à l'image de Sid Ali Naït Kaci, Sofiane Ketfi et Sadek El Maghrebi. Il contribua aussi à la bande musicale du film Genèse, de Hamma Meliani, et a en voie de parution un roman qui portera le titre Un mot qui fait de la voile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.