Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les auteurs du massacre de Ghaza seront-ils traduits devant la CPI ?
La Palestine depuis hier membre de la Cour pénale internationale
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 04 - 2015

La Palestine est, depuis hier, devenue membre de la Cour pénale internationale (CPI), ce qui lui ouvre à présent le droit de poursuivre en justice, par le biais de cette instance, des responsables pour «crimes contre l'humanité».
Son adhésion à la CPI était un objectif auquel les palestiniens tenaient depuis 2014, Pour se faire, une procédure dans ce but a été lancée et a finalement, abouti, au grand dam de responsables israéliens ayant participé au massacre de la population de Ghaza en juin 2013.
Une cérémonie à huis clos s'est déroulée au siège du tribunal à La Haye pour marquer cette adhésion, qui constitue un pas de plus dans l'initiative diplomatique et judiciaire engagée en 2014 par l'autorité palestinienne, est-il rapporté par des médias.
Fin 2014, les Palestiniens ont décidé de rejoindre la CPI, qui a pour vocation de poursuivre les auteurs de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.
Le président palestinien Mahmoud Abbas avait envoyé à la cour un document autorisant la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, à enquêter sur des crimes commis dans les Territoires palestiniens, précisément à Ghaza.
La première plainte que la direction palestinienne entend déposer auprès de la CPI portera sur des crimes perpétrés après le 13 juin 2014, quand l'occupant israélien à lancé une vaste campagne d'arrestations suivie de la guerre à Ghaza, est-il indiqué.
Durant 50 jours d'agression, Israël a tué près de 2200 Palestiniens, en grande majorité des civils. L'admission de la Palestine à la CPI porte à 123 le nombre d'Etats ayant ratifié le statut de Rome, le traité fondateur de la Cour, depuis son entrée en vigueur le 1 juillet 2002.
«La Palestine a exprimé son entière disponibilité à coopérer avec la Cour pénale internationale et son engagement envers ses droits et ses devoirs conformément au statut de Rome», a rapporté l'agence de presse palestinienne Wafa.
Les procédures engagées par la Palestine pour obtenir l'adhésion à la CPI avaient crée la panique parmi les responsables israéliens ayant participé au génocide commis contre le peuple palestinien.
Selon le quotidien russe Novye Izvestia, l'Etat hébreu aurait annoncé, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, vouloir obtenir la dissolution de la Cour pénale internationale.
Une volonté qui serait motivée par la récente ouverture à la Haye (siège de la CPI) d'une «enquête préliminaire pour crimes de guerre commis en Palestine, d'après des médias.
La CPI faisait l'objet de critiques récurrentes émises par l'Etat hébreu, depuis l'ouverture d'une «enquête préliminaire sur des crimes de guerres présumés en Palestine», durant l'été 2014.
Rendue possible par l'adhésion prochaine de la Palestine à la CPI effective le 1er avril prochain, cette procédure est la première du genre menée à l'encontre d'un pays traditionnellement placé dans le camp des occidentaux, avaient rapporté des médias en janvier de l'année en cours.
Après avoir adhéré formellement à la CPI, les Palestiniens pourront entamer leurs démarches pour tenter de faire juger les dirigeants israéliens impliqués dans le massacre de civils à Ghaza en 2014. Le procureur de la CPI décidera ensuite d'ouvrir ou non une enquête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.