Barça : Koeman prend la défense de Messi    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Passages à niveau dangereux
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 05 - 2009

Le passage à niveau de la voie ferrée Sidi Bel Abbès - Oran constitue un véritable danger pour les habitants du quartier Sidi Djilali. En effet, il demeure à ce jour non sécurisé.
Plusieurs citoyens du quartier nord de la cité Sidi Djilali, reliant la cité Rochers, sont inquiets pour leur progéniture.
Et pour cause : le passage à niveau, emprunté quotidiennement par toute la population des deux cités, n'est pas gardé depuis des années, d'autant que le rail traversant la ville passant par la cité Sidi Djilali, à la limite nord, est coupé par plusieurs passages de ce genre.
Il est à rappeler que 4 accidents mortels ont eu lieu dans les derniers six mois causant la mort de 6 personnes, dont 4 enfants.
Des milliers d'écoliers traversent cette route quotidiennement pour rejoindre leurs établissements. Notons qu'en décembre 2008, la même cité a été le théâtre d'un drame qui a mis la population en émoi lorsque le nouveau train autorail a percuté un enfant de 12 ans.
Selon les citoyens, une passerelle doit être installée dans les meilleurs délais parce que le passage constitue un danger permanent pour leurs enfants. «Nous sommes constamment inquiets pour nos enfants», clame Kouider, un père de famille habitant de la cité 600 Logements située à proximité du passage non sécurisé.
Par ailleurs, des sources proches de la SNTF nous ont fait part de l'existence d'un projet d'installation d'une passerelle et d'un mur qui sera mis en œuvre dans les mois prochains. Notons que ce chemin est très fréquenté par les automobilistes, mais le problème a été résolu grâce à l'installation d'un tunnel.
Selon les mêmes citoyens, la passerelle aurait dû être posée en priorité, car la vie de leurs enfants est quotidiennement mise en danger.
La même situation prévaut au passage reliant les facultés des sciences économiques et de l'informatique aux autres facultés, ce qui constitue une menace réelle pour les étudiants et les citoyens.
Craignant d'éventuels accidents pouvant survenir lors de la traversée de cette partie de la voie, plusieurs citoyens résidant dans la zone le font avec un certain malaise et affirment qu'il est laissé à l'abandon total par la SNTF depuis plusieurs années.
Face à cette situation inquiétante, des citoyens appellent les responsables de la SNTF à prendre les mesures adéquates pour résoudre rapidement cet épineux problème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.