Real : Une provocation de Bale dans le vestiaire ?    JOURNEE NATIONALE DE L'ETUDIANT : Les universitaires dans la rue    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    Déstabilisations cycliques    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Hirak et ramadhan    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Echauffourées entre jeunes et policiers    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Historique victoire de Beji Caïd Essebsi
Le peuple tunisien choisit son premier président après la révolution du Jasmin
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 12 - 2014

Le leader du parti politique Nida' Tounès, Beji Caïd Essebsi, est officiellement président de la République de Tunisie après le deuxième tour de l'élection présidentielle qui s'est déroulé avant-hier. L'annonce a été faite hier par l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie).
Le candidat de l'alliance laïque, Béji Caïd Essebsi, a remporté l'élection présidentielle après sa victoire au second tour face au président sortant Moncef Marzouki, selon les résultats définitifs de l'Isie.
Le candidat Beji Caïd Essebsi a obtenu 55,68 % des voix, soit plus de 1,7 million de voix, contre plus d'un 1,3 million pour son rival (44,32 % des suffrages), a annoncé le président de l'ISIE, Chafik Sarsar.
Prenant la parole devant des milliers de ses sympathisants réunis devant la direction de sa campagne électorale, Beji Caïd Essebsi dira : «Je dédie ma victoire aux martyrs de la Tunisie. Je remercie Moncef Marzouki. Nous devrions désormais travailler ensemble sans exclure quiconque».
Quelques heures avant cette annonce officielle, des informations avaient déjà annoncé la victoire du leader de Nida' Tounès devant son rival, Moncef Marzouki, président par intérim sortant.
Les partisans de Béji Caïd Essebsi, sûrs de leur victoire, avant même l'annonce officielle de la victoire de leur candidat par l'Isie, faisaient la fête, hier, au siège du parti Nida' Tounès, tant il bénéficie du soutien d'une grande partie du peuple tunisien, et tant Moncef Marzouki est contesté pour ses décisions unilatérales quand il assurait l'intérim de la présidence de la République.
«C'est la première fois que les Tunisiens élisent directement leur président de manière libre et démocratique», s'est félicitée une grande partie de la presse tunisienne, avant de connaître le nom du vainqueur de cette élection.
Né le 29 novembre 1926 à Sidi Bou Saïd, Béji Caïd Essebsi est avocat. Il a occupé plusieurs postes de ministre et d'ambassadeur sous la présidence de Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali.
Il reviendra sur la scène politique le 27 février 2011, au lendemain de la Révolution, après avoir quitté le pouvoir pendant près de vingt ans. Il est appelé à la rescousse par le président provisoire Foued Mbazaâ après la fuite de Ben Ali. Béji Caïd Essebsi, qui a occupé le poste de Premier ministre de février à décembre 2011, avait une seule mission, réussie d'ailleurs, celle de stabiliser le pays et le mener à bon port pour organiser des élections réellement démocratiques.
Le média tunisien Kapitalis estime : «Tout compte fait, ce sont les Tunisiens qui ont sauvé leur révolution. C'est une chance que ce peuple ait déclenché une révolution dont aucun parti ne puisse revendiquer la paternité. Maintenant que la Tunisie a achevé sa transition démocratique, il lui reste à faire grandir le nouveau-né.
Pour cela, les Tunisiens et la société civile doivent rester vigilants». En effet, après avoir mis en échec les islamistes arrivés au pouvoir après la chute de Zine El Abidine Ben Ali, le peuple tunisien fait face à la menace terroriste. Le terrorisme a déjà fait des dizaines de morts en Tunisie, parmi eux des opposants, des militaires, des policiers et des éléments de la Garde nationale.
Une nouvelle menace terroriste a été exprimée à la veille du deuxième tour de l'élection présidentielle par une organisation se réclamant de l'Etat Islamique (EI, ou Daech), organisation terroriste dirigée par Abou Bakr Al Baghdadi, et sévissant en Syrie et en Irak, revendiquant l'assassinat des opposants tunisiens Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, et menaçant d'exécuter de nouveaux attentats en terre tunisienne.
Les Tunisiennes et les Tunisiens ont choisi leur premier président de l'après-révolution du jasmin dans une élection où les islamistes et leur allié Moncef Merzouki sont les plus grands perdants.
Le parti de Beji Caïd Essebsi, Nida' Tounès, a déjà remporté une première victoire lors des élections législatives du 26 octobre dernier face à Ennahda et Moncef Marzouki.
La victoire dans cette élection présidentielle qui constitue une victoire pour tout le peuple tunisien, de par son organisation et la liberté dans laquelle ce vote s'est déroulé, consacre l'échec des islamistes et de Moncef Marzouki qui, est-il utile de rappeler, avait été désigné président par intérim avec l'aide d'Ennahda.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.