Man City : Sterling est fan de Zidane    Centre nautique d'Oran: piscines dotées de bassins en Inox, une première en Afrique    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    Serport annonce ses grands projets    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Ligue 2: Attention aux points perdus en route !    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pièce Land Ohne Worte de Lydia Ziemke : Un monodrame à l'apogée du questionnement humain
Publié dans Le Temps d'Algérie le 25 - 11 - 2015

Il ne faut pas être grand clerc ou germanophile pour comprendre la trame de la piece Land Ohne Worte de Lydia Ziemke, présentée au festival international du théâtre de Béjaïa.
Land Ohne Worte (pays sans mots) est une histoire véridique inspirée du vécu de Dea Loher, une écrivaine allemande intensément touchée par les atrocités de la guerre dans la ville de K. La première de la pièce a eu lieu au Fringe Festival d'Edimbourg en Allemagne en 2009, avant que Lydia ne décide de montrer ce texte fort et poignant à un public international, un généreux cadeau qu'elle nous offre.
Land Ohne Worte a eu le prix The Stage best solo performance à Edimbourg en Allemagne après une tournée internationale. Durant plus d'une heure, cette pièce d'une grande intensité percute le spectateur et traduit notre humanité en actions palpables.
Au-delà de la langue, qui, faut-il le souligner, n'est plus une barrière dans la compréhension du quatrième art, Pays sans mots interroge l'être sur le rôle de l'art dans les circonstances de conflits armés et comment prendre en compte la réalité qui l'entoure. Ce puissant monologue lyrique mis en scène par Lydia Ziemke et campé par l'excellente Lucie Zelger cherche à matérialiser l'abstrait pour aboutir aux réponses des questions que Lucie se pose, suite à la terrible réalité à laquelle elle se trouve confrontée.Parfois les mots ne suffisent guère pour exprimer le ressenti.
Impossible pour Dea Loher de mettre des mots sur ce qu'elle a vécu et vu en Afghanistan, la ville de K., qui n'est autre que la capitale Kaboul. La vie lui semble dénuée de sens, les mots abandonnent l'auteure qui se réfugie dans la peinture, pensant trouver en celle-ci un médium artistique à ce qui l'obsède. Tout ce tumulte de sentiments bout dans sa tête. C'est ce duel entre image et verbe, matière et présence charnelle, que Land Ohne Worte met en action.
Le réalisme poétique de la langue (allemand) de Dea Loher nourrit une image frappante traduite sur scène par une activité physique détaillée. L'artiste est clairement marquée par les expériences vécues. Lydia Ziemke a créé un espace plastique en trois dimensions. C'est tout autant une installation artistique qu'une pièce de théâtre. Les matériaux de l'installation prennent le dessus sur le corps de Claire.
Une présentation artistique commune n'aurait pas de permis de prendre en compte le vécu de l'artiste perturbé dans ses réflexions. Le dispositif scénographique, composé d'une installation éphémère dans un espace temps incertain, a su comment bouleverser positivement le spectateur.
Au-delà des mots pour exprimer les maux
Les mots et discours les plus riches semblent orphelins devant des catastrophes et drames humains. Le travail accompli par Lydia Ziemke, Lucie Zelger et la scénographie signée Claire Schirck témoignent d'un théâtre d'une qualité indiscutable.
Dea Loher, auteur prolifique, a reçu de nombreux prix, dont le prestigieux Bertoldt-Brecht-Preis de la ville d'Augsbourg en 2006, et le Berliner Literaturpreis en 2009. La plupart de ses pièces sont traduites en français par Laurent Muhleisen. Land Ohne Worte devrait être traduite dans les prochains mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.