Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un incendie au Paradis d'Amin Zaoui: L'Islam et la modernité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Parue aux éditions Tafat, la nouvelle parution d'Amin Zaoui. Un incendie au Paradis se circonscrit dans une critique de l'Islam politique en contradiction avec la modernité.
Il y a lieu de revoir dans «l'urgence politico-culturelle d'un nouvel air d'El Ijtihad dans l'islam, pour les musulmans et pour l'humanité». Au regard d'un islamisme galvaudé, d'un islam qui va mal, l'urgence est de dépoussiérer les textes fondamentaux et d'interdire de prêcher la haine au nom de la religion. Selon l'auteur, il est nécessaire de séparer la religion du politique et de prôner l'amour, l'altruisme et la solidarité.
Dans cet essai, des thématiques ont été reprises avec des titres suggestifs ayant trait à l'actualité, comme La laïcité, Citoyen ou croyant, Quand les musulmans sont chassés du paradis et Nous sommes un mauvais élève. En préface, Amin Zaoui focalise sur le titre en déclarant : «Il est strictement interdit de ne pas lire ce livre». Dans ce passage, il tente d'axer sur le silence et le mutisme des intellectuels par ces propos : «Je sens comme beaucoup parmi vous que nos intellectuels, par peur, par paresse, se murent, se musellent face aux débats qui touchent aux problèmes brûlants qui rongent l'individu et le collectif. Depuis la chute du mur de Berlin, un vertige politico-culturel a frappé l'intelligentsia arabe et maghrébine. Le chat leur a mangé la langue. Au moment où la parole d'intellectuel : philosophe, sociologue, littéraire, juridique est attendue et souhaitée, le mutisme frappe notre scène culturelle et intellectuelle. Ce livre appartient aux voix du Sud. Une voix d'un témoin de l'intérieur qui vit dans une société gangrenée par le fanatisme religieux, par la haine contre la femme, par le refus de la modernité et de la laïcité». Cet ouvrage interpelle sur notre société et notre monde délétère qui est à contre courant de la modernité, de la liberté et de la démocratie. «C'est aussi une lettre recommandée contre la prostitution intellectuelle qui ronge la société de l'intelligence, la soi-disant société d'intellectuels», précise l'auteur.
Franchise
C'est par des mots directs, précis et d'une forte intensité que l'écrivain tente d'expliquer, de dénoncer et d'agir sur les consciences afin de changer la vision de cet Islam diamétralement opposé à celui de nos ancêtres. L'islam de la paix, de la liberté s'est mué en un autre de l'oppression et de la violence. Dans tous les sujets abordés par Amin Zaoui, la dénonciation de l'hypocrisie ambiante, de la cupidité et de la duplicité devient un leitmotiv. Avec une écriture alerte, franche, bien trempée l'auteur tente de faire passer le message de paix, d'union et de liberté. Cet essai très intéressant, d'une grande prise de conscience politique, remet les pendules à l'heure. Il permet de mieux cerner les problèmes qui rongent nos sociétés arabes et maghrébines et propose des panacées adéquates pour sortir de ce marasme qui freine le développement. Un incendie au Paradis est à lire pour comprendre la situation grave dans laquelle nos sociétés sont embourbées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.