«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un incendie au Paradis d'Amin Zaoui: L'Islam et la modernité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Parue aux éditions Tafat, la nouvelle parution d'Amin Zaoui. Un incendie au Paradis se circonscrit dans une critique de l'Islam politique en contradiction avec la modernité.
Il y a lieu de revoir dans «l'urgence politico-culturelle d'un nouvel air d'El Ijtihad dans l'islam, pour les musulmans et pour l'humanité». Au regard d'un islamisme galvaudé, d'un islam qui va mal, l'urgence est de dépoussiérer les textes fondamentaux et d'interdire de prêcher la haine au nom de la religion. Selon l'auteur, il est nécessaire de séparer la religion du politique et de prôner l'amour, l'altruisme et la solidarité.
Dans cet essai, des thématiques ont été reprises avec des titres suggestifs ayant trait à l'actualité, comme La laïcité, Citoyen ou croyant, Quand les musulmans sont chassés du paradis et Nous sommes un mauvais élève. En préface, Amin Zaoui focalise sur le titre en déclarant : «Il est strictement interdit de ne pas lire ce livre». Dans ce passage, il tente d'axer sur le silence et le mutisme des intellectuels par ces propos : «Je sens comme beaucoup parmi vous que nos intellectuels, par peur, par paresse, se murent, se musellent face aux débats qui touchent aux problèmes brûlants qui rongent l'individu et le collectif. Depuis la chute du mur de Berlin, un vertige politico-culturel a frappé l'intelligentsia arabe et maghrébine. Le chat leur a mangé la langue. Au moment où la parole d'intellectuel : philosophe, sociologue, littéraire, juridique est attendue et souhaitée, le mutisme frappe notre scène culturelle et intellectuelle. Ce livre appartient aux voix du Sud. Une voix d'un témoin de l'intérieur qui vit dans une société gangrenée par le fanatisme religieux, par la haine contre la femme, par le refus de la modernité et de la laïcité». Cet ouvrage interpelle sur notre société et notre monde délétère qui est à contre courant de la modernité, de la liberté et de la démocratie. «C'est aussi une lettre recommandée contre la prostitution intellectuelle qui ronge la société de l'intelligence, la soi-disant société d'intellectuels», précise l'auteur.
Franchise
C'est par des mots directs, précis et d'une forte intensité que l'écrivain tente d'expliquer, de dénoncer et d'agir sur les consciences afin de changer la vision de cet Islam diamétralement opposé à celui de nos ancêtres. L'islam de la paix, de la liberté s'est mué en un autre de l'oppression et de la violence. Dans tous les sujets abordés par Amin Zaoui, la dénonciation de l'hypocrisie ambiante, de la cupidité et de la duplicité devient un leitmotiv. Avec une écriture alerte, franche, bien trempée l'auteur tente de faire passer le message de paix, d'union et de liberté. Cet essai très intéressant, d'une grande prise de conscience politique, remet les pendules à l'heure. Il permet de mieux cerner les problèmes qui rongent nos sociétés arabes et maghrébines et propose des panacées adéquates pour sortir de ce marasme qui freine le développement. Un incendie au Paradis est à lire pour comprendre la situation grave dans laquelle nos sociétés sont embourbées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.