Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Participation aux législatives de 2017: Les arguments peu convaincants du FFS
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Comme pour les élections législatives de 2012, le FFS, qui avance des arguments tout aussi vagues que sa décision de prendre part aux prochaines échéances prévues durant le printemps 2017 laisse beaucoup de zones d'ombre.
«Se basant sur le constat alarmant de la situation du pays, marquée par le statu quo politique, la paupérisation du pays et une gouvernance illégitime, corrompue et incapable de résoudre la crise multidimensionnelle qui frappe le pays, autant de facteurs qui menacent la stabilité, l'unité et la souveraineté nationale (…), le conseil national a décidé à l'unanimité de participer aux prochaines élections législatives et locales», écrit le parti dans sa résolution politique sanctionnant la session ordinaire du CN tenue vendredi. Et d'inviter ses structures «à se mobiliser pour assurer le succès de cette participation». Un choix aux considérations pas trop convaincantes, puisque le parti ne fait que réitérer son idée selon laquelle «seule la reconstruction du consensus national permettra de mettre fin à ce régime responsable de cette situation». Mais comment briser le statu quo ? Comment mobiliser pour un projet qui peine à se concrétiser ? Ou encore comment renverser les rapports de force ? À ces questions, le FFS ne donne pas de réponses claires. Pourtant, les 4 membres de l'instance présidentielle (après l'exclusion de Rachid Halet) et le premier secrétaire national du parti ont tous défendu la décision, répondant au passage aux accusations de «compromission avec le pouvoir» lancées par Halet. Ce dernier «a des confidences par des cercles auxquels il est initié», a répliqué hier Aziz Baloul, lors d'une conférence de presse animée au siège national du parti. Et d'enchaîner : «On n'en est pas à la première accusation contre le FFS, et de toute façon, que le parti adopte la participation ou le boycott, il dérange». Baloul, qui considère «le dossier Halet clos», précise que le député de Tizi Ouzou restera un «militant comme tous les autres».
Halet : «Un dossier clos !»
Mais l'orateur a tenu d'abord à apporter une réponse à sa radiation. «Au FFS, nous sommes contre l'impunité. Il y a des structures et nous avons essayé de régler ce problème à l'amiable, mais M. Halet ne s'est pas présenté aux trois convocations de la commission de médiation, estimant qu'il bénéficiait de l'immunité, étant élu sur une liste fermée», précise Aziz Baloul, avant d'asséner : «On l'a ramené pensant avoir bien fait. Mais l'histoire a fini par nous rattraper car un repenti reste un repenti», dans une allusion au retour de Halet au parti, après sa démission durant les années 90.
Dans cette crise ouverte que la direction refuse de reconnaître, le FFS semble avoir trouvé le bouc émissaire : la presse ! C'est d'ailleurs mentionné noir sur blanc dans la résolution du conseil national qui rend hommage aux militants pour avoir «déjoué les manœuvres, appuyées par une campagne médiatique mensongère et haineuse, visant à affaiblir le parti à la veille d'échéances électorales». D'autre part, Saïda Ichallamène, que Rachid Halet a épargnée de la liste de «putschistes» composée selon lui des Chérifi, Baloul (Aziz et Karim), Laskri, Salima Ghezali et Chafaâ Bouaïche, a fini par appuyer la décision de radiation prononcée le 6 décembre dernier. «Je suis respectueuse des textes. La commission est souveraine et chaque militant est passible de sanctions quand il commet une faute», a-t-elle déclaré. Enfin, le présidium continuera de fonctionner à 4 membres jusqu'au prochain congrès qui «sera ordinaire», précise Ali Laskri, défendant le fait que «le FFS va bien» après avoir reconnu qu'«il y avait des problèmes au sein de l'instance». L'orateur a annoncé un conseil national extraordinaire pour le 16 décembre et des changements au sein du secrétariat national, sans pour autant parler du sort de l'actuel premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa. Le FFS organisera un grand meeting le 24 décembre prochain à Alger, soit au lendemain de la commémoration du 1er anniversaire du décès de son chef historique Hocine Aït Ahmed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.