Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec l'artiste peintre et professeur de biologie Moncef Guita: «La liberté d'entreprendre ne connaît aucune limite»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Dans cet entretien, l'artiste peintre, ancien professeur de biologie et poète, Moncef Guita, nous parle de sa peinture et nous embarque dans son univers coloré d'humanisme où la nature est la muse de son art.
Le Temps d'Algérie : Vous étiez professeur de biologie. Comment s'est fait votre passage aux arts plastiques ?
Moncef Guita : Le dessin, la peinture ou la poésie ont depuis l'adolescence occupé une place importante dans mes activités. Ainsi, parallèlement à mes études classiques, mon temps libre était consacré aux différents arts tels que la littérature, le théâtre… De ce fait, le passage vers les arts plastiques ne s'est pas fait brusquement. Bien au contraire, le peinture se nourrit des autres domaines de l'esprit et vice versa. Je ne peux imaginer un croisement stérile : sciences, histoire, archéologie, ethnographie… sont d'un apport essentiel. Curieux de tout, l'artiste est un creuset où un bouillon de culture permanent ne cesse de se renouveler. Aussi, les domaines d'expression artistique sont multiples et sous-tendus par la nécessité intérieure de «dire».
C'est pour cette raison que les moyens et les techniques sont des outils à la portée de tout un chacun, et cela va du crayon à l'ordinateur, en passant par la teinte ocrée de l'argile aux couleurs sophistiquées qui envahissent le marché. J'aimerai vous ajouter qu'avec des moyens rudimentaires, l'homme des cavernes a gravé et peint des scènes qui nous sont parvenues et ce, voilà plus de soixante siècles. En conclusion, l'essentiel réside dans la force d'expression et l'émotion ressentie face à une œuvre. Les murs des cités et des prisons en sont un témoignage poignant (Street art…)
Dans votre création artistique, vous misez beaucoup sur des formes et des couleurs, ce qui est évident. Cependant, vous avez une particularité de créer des scènes de fiction. Qu'est-ce qui vous inspire ?
Dans sa quête du beau, du vrai, l'artiste dispose d'une gamme infinie de formes et de couleurs qu'il va agencer dans des compositions qui lui sont propres. Il va alors puiser dans son environnement social, naturel les thèmes susceptibles de l'intéresser. La liberté d'entreprendre ne connaît alors aucune limite ; dans cette quête, L'artiste Khadda, à partir du thème «l'olivier» nous a gratifiés d'une œuvre immense, «lisible» tout aussi bien par l'ouvrier, le paysan ou l'intellectuel de haut niveau.
Nous avons remarqué que vos œuvres ont des ressemblances, notamment dans le traitement des couleurs avec celles de l'artiste peintre Benanteur. Qu'en pensez-vous ?
En visitant des expositions, des musées…, l'œil de l'artiste capte et enregistre en stockant, consciemment ou pas des milliers d'images. Ces enregistrements peuvent ressortir ou non à partir d'une situation donnée. Ce fond constitue la culture picturale. A ce titre, citons P. Valery : «Une œuvre artistique est le résultat d'une forme initiée et d'une forme en puissance propre à l'artiste.»
A bien analyser un tableau, on y trouve des formes et des couleurs initiées et cercles, formes géométriques… qui n'appartiennent pas à l'artiste. Un tableau de Kandinsky, Mondrian ou Picasso répond parfaitement à cette conception puisqu'aucun d'eux n'a créé le rouge, le vert ou le cercle ! Leur génie ou talent réside dans l'agencement de toutes ces unités omniprésentes pour en faire un travail à nul autre pareil. Je crois modestement qu'aucun artiste ne peux targuer de créer - le mot est trop fort - Ex-hitulo une œuvre aussi géniale soit-elle. Pour revenir à votre question, j'ai subi durant des années l'influence d'Issiakhem. J'en suis conscient et je le revendique. Maintenant, on peut par moment, trouver quelque parenté avec tel ou tel peinture, en l'occurrence Benanteur, artiste immense qui, malheureusement, est méconnu dans son propre pays. Revenons à P. Valery, il nous a fourni un début de réponse.
Qu'est-ce que la science a apporté à votre art ?
Les études en biologie sont extrêmement enrichissantes parce qu'on y décortique les phénomènes vitaux les plus intimes qui sont l'observation rigoureuse, les études anatomiques… L'harmonie d'ensemble et de chaque élément n'a pas fini de révéler tous ses secrets. Tout le monde sait maintenant que les designers les plus prestigieux s'inspirent de la faune et de la flore qui sont une source inépuisable ! Une aile d'oiseau recèle un enseignement introuvable dans les meilleurs manuels.
Et la poésie ?
Poésie, peinture, sculpture… sont à mon avis indissociables, elles représentent une cohérence au-delà de la simple représentation visuelle. On peut y ajouter toutes les autres formes d'expression, essentiellement la musique, qui est définie par un rythme, un tempo, une tessiture portés par une énergie commune aux autres formes artistiques. Elles canalisent par des voies différentes, et apparemment divergentes, les angoisses et les espoirs de l'être humain, des tumultes, son avenir, son enlisement ou son évolution qui, en un mot, définissent la condition humaine.
Quels sont vos projets ?
C'est de continuer avec ténacité ce périple, oh combien envoûtant qui m'ouvre chaque matin des horizons immenses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.