«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques de cancer le poids «majeur» de l'environnement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 07 - 2009

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a rendu public un avis sur les liens entre cancers et environnement, se fondant sur un rapport publié en octobre par l'Inserm.
Ce texte, considéré comme «trop prudent» par les associations, soulignait le rôle «avéré» ou «débattu» pour le développement de cancers de nombre d'agents «physiques, chimiques ou biologiques» présents dans l'air, l'eau, les sols ou l'alimentation. L'Afsset a complété ce rapport par des auditions de personnalités, de spécialistes ou d'associations.
«Il y a une énorme masse de cancers qu'on ne peut expliciter aujourd'hui», a souligné Martin Guespereau, directeur général de l'agence. Pour lui, peu sont de fait explicables par un seul facteur (amiante, tabac), la plupart se reliant à «des facteurs croisés».
La génétique et le vieillissement jouent un certain rôle, mais «la part de l'environnement est majeure», selon le professeur Gérard Lasfargues, chef du département d'expertises de l'agence.
Il reconnaît qu'«il y a beaucoup de trous dans les connaissances sur les mélanges et les données d'exposition à long terme».
Pour mesurer les multiexpositions, il faudrait non seulement additionner les impacts à tous les niveaux (domestique, professionnel, loisirs) mais aussi étudier les interactions entre substances. En outre, les pluriexpositions peuvent survenir «à des moments et en des lieux différents».
«Alors, comment s'y prend-on pour faire reculer les futurs cancers ?», a lancé le directeur de l'agence, qui rappelle la hausse de leur nombre, même s'il y a relativement moins de décès.
Le directeur général de l'Afsset cite l'exemple du dichlorométhane, qui n'est pas classé cancérigène à ce stade et dont 11 000 tonnes sont utilisées par an tous azimuts, pour des matières plastiques, des parfums...
«On attend d'être sûr des effets ou on agit aujourd'hui ?», demande-t-il, préconisant de «développer une logique de précaution». L'Afsset suggère ainsi la substitution des agents dont le potentiel cancérogène est en débat par d'autres substances moins dangereuses.
Elle estime aussi qu'il revient aux industriels et acteurs socioéconomiques de faire la preuve de l'innocuité de leurs produits, notamment pour les plus récents comme les nanoparticules.
Il faut aussi, en milieu professionnel, «renforcer les contrôles de l'application de la réglementation». La semaine dernière,
l'Afsset avait déjà recommandé un renforcement immédiat de la protection des travailleurs exposés au formaldéhyde (formol), soit 190 000 travailleurs dans une centaine de professions. Enfin, pour une bonne évaluation des risques, l'Afsset estime qu'il faut multiplier les études et croiser toutes les disciplines telles que «toxicologie, étude des expositions et sciences humaines et sociales».
En 25 ans, la fréquence de survenue du cancer en France a quasiment doublé chez l'homme (+93%) et fortement augmenté chez la femme (+84%). Cette hausse ne peut être attribuée qu'en partie à la poussée démographique (pour 25%) et au vieillissement (20%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.