L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques de cancer le poids «majeur» de l'environnement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 07 - 2009

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a rendu public un avis sur les liens entre cancers et environnement, se fondant sur un rapport publié en octobre par l'Inserm.
Ce texte, considéré comme «trop prudent» par les associations, soulignait le rôle «avéré» ou «débattu» pour le développement de cancers de nombre d'agents «physiques, chimiques ou biologiques» présents dans l'air, l'eau, les sols ou l'alimentation. L'Afsset a complété ce rapport par des auditions de personnalités, de spécialistes ou d'associations.
«Il y a une énorme masse de cancers qu'on ne peut expliciter aujourd'hui», a souligné Martin Guespereau, directeur général de l'agence. Pour lui, peu sont de fait explicables par un seul facteur (amiante, tabac), la plupart se reliant à «des facteurs croisés».
La génétique et le vieillissement jouent un certain rôle, mais «la part de l'environnement est majeure», selon le professeur Gérard Lasfargues, chef du département d'expertises de l'agence.
Il reconnaît qu'«il y a beaucoup de trous dans les connaissances sur les mélanges et les données d'exposition à long terme».
Pour mesurer les multiexpositions, il faudrait non seulement additionner les impacts à tous les niveaux (domestique, professionnel, loisirs) mais aussi étudier les interactions entre substances. En outre, les pluriexpositions peuvent survenir «à des moments et en des lieux différents».
«Alors, comment s'y prend-on pour faire reculer les futurs cancers ?», a lancé le directeur de l'agence, qui rappelle la hausse de leur nombre, même s'il y a relativement moins de décès.
Le directeur général de l'Afsset cite l'exemple du dichlorométhane, qui n'est pas classé cancérigène à ce stade et dont 11 000 tonnes sont utilisées par an tous azimuts, pour des matières plastiques, des parfums...
«On attend d'être sûr des effets ou on agit aujourd'hui ?», demande-t-il, préconisant de «développer une logique de précaution». L'Afsset suggère ainsi la substitution des agents dont le potentiel cancérogène est en débat par d'autres substances moins dangereuses.
Elle estime aussi qu'il revient aux industriels et acteurs socioéconomiques de faire la preuve de l'innocuité de leurs produits, notamment pour les plus récents comme les nanoparticules.
Il faut aussi, en milieu professionnel, «renforcer les contrôles de l'application de la réglementation». La semaine dernière,
l'Afsset avait déjà recommandé un renforcement immédiat de la protection des travailleurs exposés au formaldéhyde (formol), soit 190 000 travailleurs dans une centaine de professions. Enfin, pour une bonne évaluation des risques, l'Afsset estime qu'il faut multiplier les études et croiser toutes les disciplines telles que «toxicologie, étude des expositions et sciences humaines et sociales».
En 25 ans, la fréquence de survenue du cancer en France a quasiment doublé chez l'homme (+93%) et fortement augmenté chez la femme (+84%). Cette hausse ne peut être attribuée qu'en partie à la poussée démographique (pour 25%) et au vieillissement (20%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.