Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les soldats du feu
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 07 - 2009

On les appelle les soldats du feu. Ailleurs, ils sont les stars de l'effort, les héros discrets qui transforment les situations les plus désespérées en dénouements heureux et en grands moments d'émotion collective.
Des images se bousculent à leur évocation, comme autant de preuves que finalement tout n'est pas pourri dans notre monde.
Une fillette miraculée restée des semaines sous les décombres provoquées par un terrible tremblement de terre avant d'être atteinte grâce à la ténacité d'une équipe dont le métier accepte rarement le renoncement.
Une petite vieille ramassée sur elle-même, résignée à périr par les flammes dans un immeuble ravagé par le feu avant que de solides gaillards masqués ne surgissent dans son désespoir pour la ramener à la vie.
Des plongeurs qui affrontent les déluges les plus meurtriers pour arracher aux flots ceux qu'ils croyaient acquis à leur fureur. Des visages affamés, assoiffés et apeurés auxquels revient une lueur d'espoir rien qu'à les voir débarquer dans le périmètre de leur agonie.
Les images peuvent se multiplier, mais il n'en faut pas beaucoup pour consacrer la noblesse d'un métier et élever les hommes qui le font à un très haut rang de l'humanité. Dans quelques pays, on ne sait même plus si c'est encore un métier.
Bien sûr, en dehors des bénévoles, tous les hommes qui accomplissent ce travail en vivent, mais quelle contre-partie matérielle peut compenser cette générosité dans l'effort, ce don de soi, ce courage à toute épreuve entièrement dédiés au secours de l'autre et à la lutte contre les catastrophes les plus assassines ? Quel salaire mériterait que ces femmes et ces hommes consentent à l'angoisse permanente des enfants et oublient la mort qui les guette à chaque sortie ?
Ce n'est pas un métier, un sacerdoce alors ? Un peu plus. Parce que beaucoup plus vrai sans doute.
Sapeur pompier, ce n'est pas une plaisanterie. Le feu, les tremblements de terre, les cyclones et les inondations non plus.
Ces hommes les affrontent pour de vrai. Les hommes du feu n'ont pas droit à la plastronade gratuite, seulement à la reconnaissance vraie. Ici comme ailleurs, les héros factices ne peuvent pas être des leurs.
Le feu et les autres malheurs, on y vient à bout, on en atténue les dégâts ou c'est l'échec, à méditer dans de terribles solitudes. On les a vus encore cet été, en haute Kabylie comme en Espagne, les visages noirs de fumée, exténués, attendant la relève ou se ruant sur l'enfer. Simplement, comme si de rien n'était.
Des hommes parmi eux sont encore morts cet été. Sur les hauteurs castellanaises ou à Bezzit, ils ont les mêmes visages, face au péril comme dans la foulée d'un retour à la vie.
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.