Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amar Ghoul : «Je n'ai encore rien décidé»
L'ex-ministre des Travaux publics et nouveau député d'Alger de l'AAV lève le doute
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 05 - 2012

Il est sans aucun doute l'homme politique le plus médiatisé du moment. Et pourtant, il se tient en réserve et évite de faire trop de déclarations à la presse. N'empêche que la spéculation à son sujet et concernant son avenir politique va bon train et enfle chaque jour un peu plus.
Lui, c'est le très populaire Amar Ghoul, désormais ex-ministre des Travaux publics, élu député sur la liste de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV) qu'il a conduite à Alger et où ce conglomérat politique composé du MSP,
d'El Islah et du mouvement Nahdha a réalisé un véritable exploit en remportant le plus grand nombre de sièges à pourvoir dans la capitale. Au sein de sa formation politique, les divergences s'accentuent à propos de ce militant, cadre hors pair et duquel les Algériens ont eu à découvrir les vertus d'un commis
de l'Etat ayant su servir son pays en se lançant dans une multitude de chantiers d'infrastructures de base, aussi vitales les unes que les autres pour le développement de la sphère socioéconomique algérienne. Ce n'est donc pas un hasard si une partie des cadres dirigeants du MSP défendent l'idée du maintien de Amar Ghoul au sein du gouvernement, si le président Abdelaziz Bouteflika décide de le reconduire dans ses fonctions de ministre de la République.
D'autre part, les écrits sur l'avenir de la carrière politique de l'ex-ministre des TP sont des plus abondants depuis quelque temps. Tantôt on soutient que Amar Ghoul est pressenti comme Premier ministre, en remplacement de Ahmed Ouyahia,
tantôt on avance qu'il sera reconduit en qualité de vice-Premier ministre. Parfois aussi, on souligne que le désormais ex-ministre se soumettra de son propre gré à la décision prise récemment par le conseil consultatif du MSP, qui a opté pour le retrait du parti du gouvernement, comme on affirme aussi qu'il est à la tête d'une nouvelle aile dissidente au sein de la même formation, activant dans l'objectif de sa reconduction au sein de l'Exécutif.
Du coup, le lecteur algérien ne sait plus où donner de la tête quant à la position exacte de Amar Ghoul qu'il a toujours qualifié de «ministre travailleur» pour paraphraser le langage populaire. En réalité, tout ce qui a été dit et écrit jusque-là dans les colonnes des journaux n'est que spéculation.
C'est à Amar Ghoul de lever le doute, en affirmant que s'agissant de sa carrière politique, il n'a encore rien décidé. «Je n'ai aucun avis à émettre à ce propos, car tout simplement je n'ai encore décidé de rien», a affirmé
l'ex-ministre des Travaux publics dans une déclaration faite hier au Temps d'Algérie. Le nouveau parlementaire s'est abstenu ainsi de faire des commentaires à propos de tout ce qui a été rapporté par voie de presse. Une position compréhensible lorsqu'on sait que le moindre positionnement pourrait ouvrir grandement la porte à une rude polémique, autant au sein du parti qu'auprès de l'opinion publique
Différence de vision au MSP
La position de Amar Ghoul nous a été confirmée hier par Abderrahmane Saïdi, le président du conseil consultatif du MSP. En effet, à la question de savoir si Amar Ghoul allait se soumettre à la décision du retrait de sa formation politique du gouvernement, ou dans le cas contraire, il acceptera un nouveau portefeuille à l'occasion du prochain remaniement gouvernemental, Abderrahmane Saïdi s'est contenté de cette réponse : «Franchement, je ne connais pas son opinion.
M Ghoul n'a fait part de celle-ci à aucun des membres dirigeants du parti», a-t-il dit. Le président du Conseil consultatif du MSP estime toutefois que «c'est tout à fait normal que Amar Ghoul, qui a eu à cultiver un profil de commis d'Etat, se voit quelque peu gêné par ce retrait de son parti de l'Exécutif», ajoutant que sur la question de sa soumission ou non à cette décision,
«là encore, c'est prématuré d'avancer quoi que ce soit». Notre interlocuteur affirme en revanche que la «différence de vision bat son plein au sein du MSP concernant la décision du retrait du gouvernement». Des divergence sont ouvertement affichées à ce sujet. Certains sont pour le retrait, mais beaucoup parmi les cadres du parti sont contre cette décision et ils le disent clairement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.