Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela: complot américain pour faire tuer le chef de l'opposition, selon Maduro
Venezuela
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 03 - 2013

Le président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro, a affirmé dimanche que des responsables américains projetaient de faire assassiner le chef de l'opposition vénézuélienne pour créer le "chaos" et a appelé le président Barack Obama à bloquer ce complot supposé.
Dans un entretien à la chaîne de télévision privée Televen, M. Maduro a déclaré que deux responsables américains, Roger Noriega et Otto Reich, étaient derrière un plan secret visant à faire assassiner le leader de l'opposition Henrique Capriles.
Le complot viserait selon lui à déstabiliser le Venezuela à un mois de l'élection présidentielle, à laquelle M. Capriles et lui sont candidats.
"De manière responsable, moi, président par intérim de la République du Venezuela, je le dis à Barack Obama: Roger Noriega, Otto Reich, des fonctionnaires du Pentagone et la CIA, sont derrière un projet d'assassinat du candidat de la droite vénézuélienne", a affirmé M. Maduro en référence à M. Capriles.
Selon le président par intérim, l'objectif du projet est de "faire porter la responsabilité (d'un éventuel assassinat) sur le gouvernement" et "de créer le chaos au Venezuela", où l'élection présidentielle doit se tenir le 14 avril, après la mort du président Hugo Chavez le 5 mars.
MM. Maduro et Capriles sont tous les deux candidats à cette élection.
Le gouvernement vénézuélien a l'habitude de qualifier d'ennemis M. Noriega, ancien ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Organisation des Etats américains (OEA), et M. Reich, sous-secrétaire d'Etat américain et ancien ambassadeur à Caracas. Il les accuse tous deux de chercher à déstabiliser le pays, qui possède les plus grandes réserves de pétrole brut de la planète.
M. Maduro, qui a accusé certains opposants d'être de mèche dans le "plan putschiste" dont il affirme l'existence, a indiqué que son gouvernement "allait garantir toute sa protection à tous les candidats présidentiels, en particulier" à M. Capriles.
Mais le leader de l'opposition, gouverneur de l'Etat de Miranda (nord), a déclaré par avance que M. Maduro serait "responsable" de toute action à son encontre. "Quoi qu'il nous arrive, je tiens pour responsable Nicolas Maduro Moros, je le déclare au pays et au monde!", a-t-il écrit sur son compte Twitter.
L'opposition a mardi dénoncé des menaces d'"agression" dont M. Capriles aurait fait l'objet avant de présenter sa candidature devant le Conseil électoral. M. Capriles, 40 ans, va tenter de conquérir la présidence du pays pour la deuxième fois, après avoir perdu l'élection d'octobre contre Hugo Chavez, qui a désigné M. Maduro, 50 ans, comme son successeur et candidat à l'élection au cas où il serait dans l'incapacité de gouverner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.