LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    MOHAND OUSSAID APPORTE DES PRECISIONS : Le président Tebboune a gelé sa qualité de membre du CC du FLN    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





250 000 tonnes seront stockées pour réguler le marché
Surproduction de pomme de terre
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 05 - 2013

Cette semaine, les prix de la pomme de terre ont encore chuté sur les marchés. Au prix de gros, ce tubercule a frôlé les 15 DA, alors que celui provenant des chambres froides ne trouve pratiquement plus preneur. A ce niveau de prix, les producteurs perdent de l'argent, le seuil d'équilibre étant au-dessus de 20 DA. Les grossistes refusent d'acheter le produit à un aussi bas prix. Ainsi, d'après les prévisions du secteur de l'agriculture, la production de pomme de terre devrait augmenter de 15% cette année, en même temps que les prix de ce tubercule ont chuté sur le marché, atteignant les 20 DA le kilo.
Ce que nous avons pu constater au niveau des commerces de détails de la capitale. Alors qu'il est cédé à moins de 15 DA le kg par l'agriculteur. Un dysfonctionnement dans le système de l'offre et de la demande provoqué notamment par un non-respect du planning des récoltes, menant vers une dérégulation au niveau du fonctionnement du marché, posée notamment par la spéculation et le refus de certains grossistes d'acheter la pomme de terre à prix bas pour la revendre avec une marge minima. C'est ainsi que le système de stockage doit intervenir afin de protéger les agriculteurs.
Dans ce sillage, le Conseil national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIFPT) prévoit d'intervenir pour stocker, en 2013, dans le cadre du système de régulation, quelque 250 000 tonnes de pomme de terre, en nette hausse par rapport à 2012, a-t-on appris hier auprès du conseil.
Par ailleurs, le Système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac) «commencera à absorber les surplus de production dès la semaine prochaine», a indiqué le président du CNIFPT, Bachir Seraoui, qui table sur des stocks de 250 000 tonnes de pomme de terre cette année contre 140 000 tonnes en 2012. Cette abondance, due notamment à l'extension des superficies, a suscité l'inquiétude des agriculteurs qui ont procédé à l'arrachage massif de leurs récoltes et demandent au Syrpalac d'absorber cette production.
«Tout le monde arrache en même temps, alors que le tubercule n'est pas tout à fait mature. C'est la raison pour laquelle, d'ailleurs, le produit ne peut pas être stocké», a expliqué le responsable de cet organisme.
Dans ces circonstances, le CNIFPT devrait se réunir aujourd'hui au ministère de l'Agriculture et du Développement rural pour discuter de l'organisation de la filière et des quotas de production à dégager à l'intérieur du pays pour le stockage. Les décisions devraient être prises, durant cette réunion, pour organiser la filière, à commencer par la semence jusqu'à la récolte et le stockage.
Il s'agit notamment de «négocier certains calendriers pour qu'il n'y ait pas de déséquilibre sur toutes les phases de production», a expliqué M. Seraoui. En 2012, la production nationale de pomme de terre s'est établie à 42,2 millions de quintaux contre 38,49 millions de quintaux en 2011, 32 millions en 2010, 26 millions en 2009 et 22 millions en 2008.
La croissance enregistrée par cette filière est expliquée notamment par la mise en place du système de régulation Syrpalac, créé en 2008 pour éponger les surplus de production et protéger les agriculteurs et le pouvoir d'achat des consommateurs. Ce système prévoit qu'en cas d'effondrement des prix en dessous de 20 DA le kg, ce système intervient pour acheter le produit entre 20 et 22 DA le kg auprès des agriculteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.