Barça : Koeman prend la défense de Messi    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La solution à la crise au Mali doit émaner des pays de la région (responsable religieux malien)
Sahel
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 06 - 2013

La solution à la crise au Mali doit émaner des pays de la région, a souligné dimanche à Alger, le président du Haut Conseil islamique du Mali, Cheikh Mahmoud Dicko.
"Toute solution forgée en dehors des pays de la région est vouée à l'échec tôt ou tard", a déclaré M. Dicko lors de la conférence internationale de solidarité des sociétés civiles du Sahel avec le Mali organisée par le Réseau Algérien des Amis du Peuple Malien.
Devant des représentants d'organisations de la société civile des pays du Sahel, Cheikh Dicko a rappelé que les "erreurs" commises par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la gestion de cette crise avaient "compliqué" la recherche d'une solution au Mali.
La situation au Mali s'est compliquée du fait des conséquences du conflit libyen, qui a entraîné une prolifération des armes dans la région du Sahel, ce qui a profité aux groupes terroristes.
Pour lui, la société civile doit s'impliquer dans la recherche d'une issue à cette crise. "Il est important que la société civile dans nos différents pays retrouve sa place qui est la sienne", a-t-il dit.
"Il est capital que les différente organisations rassemblées ici s'approprient toutes les questions qui sont au coeur du devenir de nos pays respectifs afin qu'elles soient amenée de forger les solutions appropriées à nos problèmes, car nul ne peut mieux connaître nos problèmes que nous-mêmes", a-t-il ajouté.
Interrogé en marge de la conférence sur l'apport de l'Algérie dans les efforts pour résoudre la crise, M. Dicko a affirmé qu'"elle a un rôle capital à jouer", rappelant les liens de proximité entre les deux pays voisins.
"Le Mali peut s'inspirer de l'expérience algérienne en matière de gestion des conflits. Nous pensons bénéficier de cette expérience que nous allons traduire sur le terrain", a-t-il conclu.
Intervenant également lors de la conférence, le président de la Croix Rouge nigérienne, M. Ali Bandiare a affirmé que "les conséquences de la crise malienne ont aggravé la situation dans la région du Sahel", une zone, a-t-il rappelé, est déjà affectée par la famine et les catastrophes naturelles, telle la sécheresse.
M. Bandiare appelé à "la mutualisation des efforts et à la solidarité" pour faire face à cette situation, en insistant en particulier sur le domaine sécuritaire. "Le Mali a besoin de solidarité pour combattre le fléau transnational du terrorisme", a-t-il dit.
De son côté, le secrétaire général de la coalition de travail et société civile du Nigeria (Lasco) Aremu Abiola Abiodun, a réaffirmé son soutien aux efforts engagés par le Mali dans la résolution de la crise qu'il traverse, en soulignant que le problème malien est avant tout "un problème africain".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.