Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Reliques
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2009

«Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s´attache à notre âme et la force d´aimer?» (A. de Lamartine)
C´est peut-être la religion qui est à la source de cette croyance: les sorciers accrochaient des objets: griffes, plumes, pattes d´animaux, censés avoir des pouvoirs spéciaux qui protégeraient l´enfant de la maladie, la femme enceinte du mauvais oeil ou le guerrier des traits ennemis. Il y en a même qui, paraît-il, attirent le gibier ou favorisent la pêche. Les sorciers avaient ainsi un filon d´or qu´ils exploitaient à merveille.
Cette croyance, qui faisait penser que certains objets avaient des pouvoirs surnaturels, était passée dans les religions monothéistes sous forme de symboles ou de reliques ayant quelque chose à voir avec un saint personnage ou un événement important...On ne compte plus le nombre de reliques entreposées dans les chapelles chrétiennes, des bouts de bois censés appartenir à la croix, des suaires, des ossements de saints, des statuettes qui pleurent ou saignent à époque fixe: tous ces objets sont vénérés par une foule de croyants qui font des pélerinages pour recevoir la grâce qu´ils transmettaient. Cependant si les reliques appartiennent au domaine de la foi, il y a d´autres objets liés à l´histoire ou au passé d´hommes illustres et qui cultivent le souvenir de périodes fastes ou alimentent des nostalgies. Comme il a été précédemment évoqué ici, les pillages perpétrés à l´occasion des guerres passées ont provoqué un transfert considérable d´objets d´art ou de culte. Des symboles entiers, témoins de civilisations ont été déplacés de leur lieu d´origine pour garnir les palais des vainqueurs, les musées des métropoles ou les collections privées: statues, momies, bas-reliefs, pierres sculptées, icônes, tableaux de peinture, bronzes et marbres constituent le butin précieux amassé par les Occidentaux à l´occasion des dernières guerres. Sans compter les oeuvres détruites ou irrémédiablement abîmées par des mains incultes ou fanatiques (les Bouddhas d´Afghanistan ou le Sphinx d´Egypte).
Les guerres de libération nationale et l´instauration d´un nouveau droit international portant sur le patrimoine universel, ont amené certains pays, et non des moindres, à demander le rapatriement d´objets archéologiques pris par la puissance occupante d´un moment. Le British Muséum deviendrait un ensemble de salles vides s´il devait rapatrier tous les bas-reliefs volés à la Grèce, à la Perse ou à l´Egypte. Et tous ces pays réclament à cor et à cri le rapatriement de ce qu´ils considèrent comme relevant de leur patrimoine national: ce qui leur confère un caractère de sacralité. Cependant, il faut se poser la question de savoir pourquoi les divers régimes qui ont conduit les destinées de ces pays n´ont pas été intéressés par le passé glorieux des civilisations passées.
Pourquoi a-t-il fallu attendre que des érudits germaniques, des spécialistes français ou des affairistes anglais viennent exhumer des millénaires de poussières, les précieuses reliques d´un passé révolu? Les récentes ventes aux enchères d´anciens objets acquis d´une manière ou d´une autre, remettent la question sur le tapis: pourquoi le pouvoir chinois qui a placé 100 milliards de dollars dans le Trésor US n´en dépense pas une infime partie pour récupérer les deux bronzes faisant partie de la collection Berger-St-Laurent.
Ces objets, qui ont été enlevés d´un temple du palais impérial où seuls quelques privilégiés avaient l´occasion de les voir, ont été l´oeuvre d´artistes ou artisans qui avaient peut-être le même statut que ces milliers d´esclaves qui ont construit la Grande Muraille ou les Pyramides d´Egypte. L´Inde, puissance nucléaire, n´a-t-elle pas les moyens financiers pour rapatrier à peu de frais les inestimables reliques du Mahatma Gandhi: des banales et modestes sandales, des bésicles et une montre à gousset sont-elles le seul héritage que ce grand petit homme a laissé à ses compatriotes? Comment se fait-il que de tels objets aient pu filer à l´étranger?
Le matérialisme bas est à mettre au compte de tous ceux qui ont privilégié les dividendes immédiats sur les certitudes qui durent. Car rien n´est éternel, sauf peut-être la «baraka» prêtée à ces objets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.