Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Ali contre Omar Ibn El Khattab
Publié dans L'Expression le 25 - 11 - 2010


«La religion est l´intuition de l´univers.»
Friedrich Schleiermacher "Extrait du Discours sur la religion"
Décidément rien ne va plus entre les Syriens et les Egyptiens et cela en grande partie à cause des Algériens. En plus de leur rivalité artistique, s´est ajoutée leur rivalité sur le marché audiovisuel arabe. Le gouvernement égyptien, qui a injecté des sommes considérables pour encourager l´audiovisuel et le cinéma égyptien, face à la concurrence des pays du Golfe et à la valeur artistique des productions syriennes et jordaniennes, se retrouve aujourd´hui isolé dans le Monde arabe. Le plus grand coup porté à la production égyptienne c´est bien la défection du célèbre réalisateur syrien Hatem Ali, qui a renoncé à participer à la superproduction égyptienne du Ramadhan 2011 Mohamed Ali. En dépit de sa présence au Caire pour assister aux préparatifs de tournage de la nouvelle série, le cinéaste syrien, a décidé de présenter des excuses indiquant qu´il est pris par d´autres projets.
Il a demandé à la société de production, «King Tut» de reporter la série jusqu´à l´année prochaine en raison de son implication dans l´autre superproduction prévue pour le Ramadhan 2011 Omar Ibn Al-Khattab, financé par les Saoudiens avec le groupe MBC et les Qataris.
Le producteur égyptien, Hicham Chaâbane n´a pas accepté de reporter le projet et a confié la réalisation à Chadi Yahia El Fakhrani, le fils du comédien principal et producteur délégué du feuilleton. Le feuilleton Mohamed Ali c´est l´histoire du prince Mohamed Ali Farouk (né le 5 février 1979 au Caire), fils de l´ancien roi Fouad II d´Egypte. Le prince Mohamed Ali a grandi et a été éduqué entre l´Europe et le Maroc. Il est le successeur au trône d´Egypte (monarchie abolie le 18 juin 1953), après son père le roi Fouad II. Enfin, il faut préciser que le film Mohamed Ali devait se tourner au cinéma avec la société Good News mais faute de budget nécessaire, il a été transformé en feuilleton.
Hatem Ali avait réalisé avec grand succès le feuilleton Malik Farouk (le dernier roi d´Egypte). Il réussit à convaincre surtout, les Egyptiens, que les Syriens sont capables de faire des feuilletons sur des figures historiques égyptiennes. Avec sa défection, c´est tout le projet égyptien qui est mis en péril. Les Egyptiens n´ont pas l´expérience des films historiques. Hatem Ali, a été en fait recruté pour tourner la plus importante oeuvre religieuse après le Messager de Mustapha Akkad, Omar Ibn Al-Khattab. La production saoudienne a mis le paquet pour produire ce feuilleton historique sur l´une des plus importantes figures islamiques après le Prophète Mohamed (Qsssl), Abou Bakr et Ali Ibn Abd Moutalib. Politiquement, le feuilleton créera, sans aucun doute, une nouvelle polémique avec les chiites du Monde arabe et d´Iran qui ont une opinion très négative de Omar et son prédécesseur, Abou Bakr Al-Siddiq. Les chiites affirment que les deux hommes, qui ont dominé le Califat après la mort du Prophète (Qsssl) en 632, avaient menacé de brûler la maison de sa fille (épouse de Ali) Fatima, si elle n´approuvait pas le califat d´Abou Bakr. L´assassinat d´Omar, à l´âge de 58 ans en 644 est une controverse que le feuilleton aura à traiter, car il a été poignardé à la mosquée de Médine par un Persan (Abu Lu´lua) pour se venger de l´invasion et l´occupation de l´Empire perse (Iran actuel).
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.