Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux origines de la chanson amazighe
SEMINAIRE D'ANIMATION CULTURELLE À ALGER
Publié dans L'Expression le 30 - 05 - 2011

Lalla Chérifa, figure de proue de la chanson berbère
Lalla Ounissa (une tante de la diva Lalla Chérifa) est la première femme nord-africaine à avoir chanté à la radio en 1924.
Un événement majeur qui a marqué l´histoire de la chanson amazighe. Une voix envoûtante, celle de Lalla Ounisa (tante maternelle de la Diva Lalla Chérifa), inaugure le premier essai d´émission radiophonique, en Algérie... en 1924. «A bu trabeq/ Rebbi irad/ nekwni n´sewweq», cet Acewwiq (chant traditionnel, sans support musical, où la femme exprime ses sentiments profonds), ouvre les portes de la radio à la chanson kabyle.
Pour la première fois, les chants et rêves millénaires des peuples de l´Afrique du Nord retentissent à la radio. C´est ce que Kamel Boudjemaï, chercheur dans le domaine culturel berbère et animateur à la Radio nationale, a révélé, hier, lors d´une conférence animée à l´Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l´information d´Alger (Ensjsi).
Cette conférence a porté sur «La chanson kabyle: entre histoire et défis.» Elle entre dans le cadre des séminaires sur l´animation culturelle, organisés par la direction de l´école et assurée par les étudiants. La rencontre a permis de retrouver des figures de proue de la chanson kabyle, à l´instar d´El Hasnaoui Amechtuh et...de L´Djida Tamechtuht, cette voix cristalline que l´oubli ne peut réduire au silence.
Une voix qui ramène les mélomanes aux origines de la chansons kabyle. Elle rappelle, aussi, le rôle prépondérant de la femme berbère dans la pérennisation de ce legs culturel et oral.
Cette «Gardienne du feu sacré», pour reprendre le titre d´un roman de l´écrivain Amar Métref, a pris les traits de Lalla Ounissa, la pionnière de la chanson kabyle, sur les ondes radiophoniques.
Pourtant, rien ne prédisposait Lalla Ounissa à une telle destinée. Rien ou... presque. Le récit de M.Djemaï retrace l´épopée de cette grande dame de la chanson amazighe. Suivons-le...
Originaire de Bordj Bou Arréridj, elle travaillait chez Mme Lafarge, fille de général et épouse d´un commissaire divisionnaire. Cette femme née à Akbou, wilaya de Béjaïa, vouait un amour profond à la Kabylie. Elle se faisait appeler Tassadit (prénom kabyle). Un jour, son mari lui fait part de l´intention des autorités françaises de lancer les premiers essais d´émission à partir d´Alger. Seulement, il fallait une voix pour ses essais. Et Tassadit saute sur l´occasion. Elle propose à Lalla Ounissa de chanter.
Mme Lafarge adorait l´écouter quand elle berçait ses enfants. A cette proposition, la jeune femme kabyle se montre réticente. Dans une société à fortes traditions, comme celle de la Kabylie de l´époque, chanter, relève presque de l´hérésie pour une femme. Cette réalité ne décourage pas Tassadit. Elle revient à la charge. Finalement, Lalla Ounissa accepte.
Et c´est le début d´une odyssée qui a traversé les cieux et les lieues. Lalla Ounissa prend son envol vers l´Olympe de l´art. Elle invite d´autres hirondelles à la rejoindre. Il s´agit de Lalla Yamina (Ferroudja Arab d´Ighil Ali, à Béjaïa) et de Lalla Zina (originaire du même patelin que Lalla Ounissa).
Ce trio de pionnières animera, ensuite, l´émission Urar L´khalat (chants de femmes). Lalla Ounissa tire sa révérence vers la fin des années 1940. L´émission lui survivra pendant des décennies.
Le destin a voulu que ces femmes soient les tantes maternelles d´une certaine...Lalla Chérifa qui allait marquer de son empreinte la chanson amazighe. Une autre page s´ouvre avec Lalla Chérifa. En 1943, elle quitte Akbou pour Alger. Bqa ala khir ay Aqbu/ tura ifuk zhu/ wissethan itef imi ines» (Terre d´Aqbou, je te quitte /Finie la vie de délices /Que ceux qui ont en honte se taisent). Sentence sans appel, un véritable hymne à la liberté de la femme. Cette même femme qui veille à la survie d´une culture ancestrale, sans cesse menacée de disparition.
La chanson amazighe connaîtra une nouvelle mutation avec l´ouverture de la radio d´expression kabyle durant les années 1940, grâce à Cheikh Nordine. Les ondes de la radio font découvrir de nouvelles voix telles que Djamila, L´Djida Tamoqrant. Elle embrassera l´universalité sur les partitions de Mohamed Iguerbouchène. Elle s´inscrira, résolument, au registre de la modernité avec Chérif Kheddam. Arrive, par la suite, la génération des années 1970.
Des hauteurs du Djurdura, Idir entonne Vava Inuva. Cette chanson mythique, inspirée d´un conte populaire, dont le texte est l´oeuvre du poète Mohamed Benhamaouche (Benmohamed), est traduite en 24 langues. La chanson kabyle est également portée aux nues par des monuments. Ils ont pour nom Cheikh El Hasnaoui, Zerrouki Allaoua (le premier à avoir introduit la batterie dans la chanson algérienne) Slimane Azem, Akli Yahiaten Lounis Aït Menguellet, Matoub Lounès, Nouara, Djamel Allam... la liste reste longue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.