Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Pétrole: début des travaux de la 14e réunion ministérielle des pays de l'Opep+    Accords UE/Maroc: le Polisario optimiste quant au verdict du tribunal de justice européenne    L'Algérie prend acte avec satisfaction de l'annonce de Macron de rendre hommage au chahid Ali Boumendjel    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    Un projet d'attentat déjoué à Alger    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Beldjoud préside l'installation du wali    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux origines de la chanson amazighe
SEMINAIRE D'ANIMATION CULTURELLE À ALGER
Publié dans L'Expression le 30 - 05 - 2011

Lalla Chérifa, figure de proue de la chanson berbère
Lalla Ounissa (une tante de la diva Lalla Chérifa) est la première femme nord-africaine à avoir chanté à la radio en 1924.
Un événement majeur qui a marqué l´histoire de la chanson amazighe. Une voix envoûtante, celle de Lalla Ounisa (tante maternelle de la Diva Lalla Chérifa), inaugure le premier essai d´émission radiophonique, en Algérie... en 1924. «A bu trabeq/ Rebbi irad/ nekwni n´sewweq», cet Acewwiq (chant traditionnel, sans support musical, où la femme exprime ses sentiments profonds), ouvre les portes de la radio à la chanson kabyle.
Pour la première fois, les chants et rêves millénaires des peuples de l´Afrique du Nord retentissent à la radio. C´est ce que Kamel Boudjemaï, chercheur dans le domaine culturel berbère et animateur à la Radio nationale, a révélé, hier, lors d´une conférence animée à l´Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l´information d´Alger (Ensjsi).
Cette conférence a porté sur «La chanson kabyle: entre histoire et défis.» Elle entre dans le cadre des séminaires sur l´animation culturelle, organisés par la direction de l´école et assurée par les étudiants. La rencontre a permis de retrouver des figures de proue de la chanson kabyle, à l´instar d´El Hasnaoui Amechtuh et...de L´Djida Tamechtuht, cette voix cristalline que l´oubli ne peut réduire au silence.
Une voix qui ramène les mélomanes aux origines de la chansons kabyle. Elle rappelle, aussi, le rôle prépondérant de la femme berbère dans la pérennisation de ce legs culturel et oral.
Cette «Gardienne du feu sacré», pour reprendre le titre d´un roman de l´écrivain Amar Métref, a pris les traits de Lalla Ounissa, la pionnière de la chanson kabyle, sur les ondes radiophoniques.
Pourtant, rien ne prédisposait Lalla Ounissa à une telle destinée. Rien ou... presque. Le récit de M.Djemaï retrace l´épopée de cette grande dame de la chanson amazighe. Suivons-le...
Originaire de Bordj Bou Arréridj, elle travaillait chez Mme Lafarge, fille de général et épouse d´un commissaire divisionnaire. Cette femme née à Akbou, wilaya de Béjaïa, vouait un amour profond à la Kabylie. Elle se faisait appeler Tassadit (prénom kabyle). Un jour, son mari lui fait part de l´intention des autorités françaises de lancer les premiers essais d´émission à partir d´Alger. Seulement, il fallait une voix pour ses essais. Et Tassadit saute sur l´occasion. Elle propose à Lalla Ounissa de chanter.
Mme Lafarge adorait l´écouter quand elle berçait ses enfants. A cette proposition, la jeune femme kabyle se montre réticente. Dans une société à fortes traditions, comme celle de la Kabylie de l´époque, chanter, relève presque de l´hérésie pour une femme. Cette réalité ne décourage pas Tassadit. Elle revient à la charge. Finalement, Lalla Ounissa accepte.
Et c´est le début d´une odyssée qui a traversé les cieux et les lieues. Lalla Ounissa prend son envol vers l´Olympe de l´art. Elle invite d´autres hirondelles à la rejoindre. Il s´agit de Lalla Yamina (Ferroudja Arab d´Ighil Ali, à Béjaïa) et de Lalla Zina (originaire du même patelin que Lalla Ounissa).
Ce trio de pionnières animera, ensuite, l´émission Urar L´khalat (chants de femmes). Lalla Ounissa tire sa révérence vers la fin des années 1940. L´émission lui survivra pendant des décennies.
Le destin a voulu que ces femmes soient les tantes maternelles d´une certaine...Lalla Chérifa qui allait marquer de son empreinte la chanson amazighe. Une autre page s´ouvre avec Lalla Chérifa. En 1943, elle quitte Akbou pour Alger. Bqa ala khir ay Aqbu/ tura ifuk zhu/ wissethan itef imi ines» (Terre d´Aqbou, je te quitte /Finie la vie de délices /Que ceux qui ont en honte se taisent). Sentence sans appel, un véritable hymne à la liberté de la femme. Cette même femme qui veille à la survie d´une culture ancestrale, sans cesse menacée de disparition.
La chanson amazighe connaîtra une nouvelle mutation avec l´ouverture de la radio d´expression kabyle durant les années 1940, grâce à Cheikh Nordine. Les ondes de la radio font découvrir de nouvelles voix telles que Djamila, L´Djida Tamoqrant. Elle embrassera l´universalité sur les partitions de Mohamed Iguerbouchène. Elle s´inscrira, résolument, au registre de la modernité avec Chérif Kheddam. Arrive, par la suite, la génération des années 1970.
Des hauteurs du Djurdura, Idir entonne Vava Inuva. Cette chanson mythique, inspirée d´un conte populaire, dont le texte est l´oeuvre du poète Mohamed Benhamaouche (Benmohamed), est traduite en 24 langues. La chanson kabyle est également portée aux nues par des monuments. Ils ont pour nom Cheikh El Hasnaoui, Zerrouki Allaoua (le premier à avoir introduit la batterie dans la chanson algérienne) Slimane Azem, Akli Yahiaten Lounis Aït Menguellet, Matoub Lounès, Nouara, Djamel Allam... la liste reste longue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.