La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut réformer le système sanitaire»
MEDECINS RESIDENTS, SPECIALISTES ET GENERALISTES SONT UNANIMES
Publié dans L'Expression le 05 - 06 - 2011

La question du service civil pose le problème de la couverture médicale sur le territoire national.
La réforme du système national de la santé est incontournable. C´est sur ce point qu´ont convergé, hier, les représentants des médecins résidents, des généralistes et des spécialistes sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.
L´émission Service public, animée par Salim Saâdoune, a réuni les délégués du Collectif autonome des médecins résidents algériens, du Syndicat national des praticiens de la santé publique (Snpsp) et du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (Snpssp). en face, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière représenté par son secrétaire général, en l´occurrence de le Dr Bouchenak.
Le débat a tourné essentiellement autour de la mesure du service appliquée pour les médecins spécialistes, fraîchement diplômés. Ce problème de fond constitue le point nodal du conflit entre le ministère et les médecins résidents. «La levée du caractère obligatoire du service civil permettra nécessairement de poser la question de l´amélioration des conditions de travail pour les médecins dans les régions du Sud et les Hauts-Plateaux», a expliqué, hier, le Dr Mohamed Sahnoune, l´un des délégués du Camra, joint par téléphone. Tout en réitérant l´attachement du Camra à cette revendication, le Dr Sahnoune a jeté un pavé dans la mare: «Nous sommes en train de recueillir des certificats médicaux d´une trentaine de médecins blessés lors de dernière marche à Alger», a-t-il annoncé.
A l´heure où nous mettons sous presse, le Camra a pu recueillir 15 certificats de médecins agressés, mercredi dernier, lors de la manifestation réprimée par la police.
Le Dr Sahnoune a dressé un tableau peu reluisant de la situation actuelle du secteur de la santé. En conséquence, Il a appelé à une refondation du système sanitaire. Sur ce plan, il a tiré la sonnette d´alarme quant à la proposition émise par le Dr Bouchenak lors de la même émission. Elle porte sur le lancement d´une formation régionale pour les médecins en cours de spécialisation. «Proposer des écoles de médecine pour former des médecins autochtones représente un risque fondamental pour cette profession», a-t-il averti.
Le Dr Sahnoune a, en ce sens, insisté sur la préservation du caractère national du diplôme de médecine. Même son de cloche chez le Dr Mohamed Yousfi, président du Snpssp. «La préservation du caractère national du diplôme de médecine est une revendication sur laquelle on ne négocie pas», a-t-il tranché, contacté par nos soins. Le Dr Yousfi a levé le voile sur une autre question: l´exclusion des médecins spécialistes des rounds de discussions sur le problème du service civil.
Ces rounds qui se sont déroulés entre les représentants du ministère et les médecins résidents se sont soldés par un échec. Preuve en est, la commission des sages désignée pour traiter de ce dossier épineux a été rejetée par les délégués du Camra. L´absence des médecins assistants de ces séances de travail a intrigué les observateurs les plus avertis. «Pourtant, nous sommes les premiers concernés par cette question», dit surpris le Dr Yousfi.
Le verbe tranchant, il a dressé un diagnostic sans complaisance de l´application de la mesure du service civil, instaurée depuis des années. «Cette politique a échoué», a-t-il soutenu.
Cela dit, il a préconisé de traiter ce problème dans le cadre d´une politique réformatrice du système sanitaire. Ce point de vue est partagé par le Dr Lyès Merabet, président du Snpsp. «En réalité, c´est la question de la couverture médicale sur le territoire national qui est posée», a-t-il précisé.
Par ailleurs, le Dr Mérabet a déploré le maintien de la suspension de trois délégués du Snpsp.
Il s´agit du Dr Mlik, responsable local du Snpsp à Tougourt (dans la wilaya de Ouargla), le Dr Ghanem et le Dr Kehhoul, respectivement, présidente et membre du bureau local du Snpsp au centre sanitaire Sidi M´hamed-Bouchenafa (Alger). Décidément, le secteur de la santé nécessite une thérapie lourde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.