Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les grévistes espèrent d'autres victoires
Adoption du statut particulier des résidents
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 07 - 2011

Après de nombreux mois de lutte, les médecins résidents ont enfin obtenu satisfaction pour une de leurs principales revendications, à savoir le statut particulier. En effet et selon les déclarations de Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le nouveau statut particulier des médecins résidents a été officiellement adopté par le gouvernement. Le ministre, qui intervenait jeudi dernier à la clôture de la première conférence nationale sur le développement des services hospitalo-universitaires, a précisé que le nouveau statut concerne également les auxiliaires médicaux (anesthésistes et réanimateurs). «Il s'agit-là de la satisfaction d'une des principales revendications de ce corps médical», a-t-il indiqué, expliquant que cela répond aux engagements déjà pris par son département ministériel envers les médecins résidents. Cela constitue également l'aboutissement d'un travail de longue haleine entre les ministères de la Santé, de l'Enseignement supérieur et des Finances. «Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de bonne gouvernance» ajoute Ould Abbès, estimant que cela «témoigne aussi du respect que nous avons envers le corps médical». De leur côté, les médecins résidents représentés par le Collectif autonome des médecins résidents Algériens (Camra), ont qualifié cet acquis de «louable», nous a affirmé le docteur Sahnoune, l'un des délégués des médecins résidents, porte-parole du Camra, joint hier par téléphone. Cependant, les médecins résidents en grève illimitée depuis près de cent jours maintenant, affirment leur attachement à toutes les autres revendications, dont la principale reste l'abrogation du service civil ou son remplacement. «Nous abordons cette première victoire avec réserve en attendant d'aboutir à d'autres à l'instar de notre principale revendication, celle que nous devons à nos patients et à nos concitoyens pour une grande réforme de notre système de santé et une couverture sanitaire durable et efficace», a ajouté notre interlocuteur. «Nous demandons aujourd'hui aux autorités concernées qui ont été claires concernant l'impossibilité d'abroger le service civil, d'ouvrir une discussion nationale pour négocier une politique plus efficace qui pourrait remplacer le service civil qui a prouvé son échec», affirme le porte-parole du Camra. Toujours selon le représentant des résidents, les revendications pédagogiques n'ont pas été encore satisfaites. «Le P.-V. pédagogique n'a toujours pas été signé par le président de la conférence nationale des doyens». D'autre part les résidents attendent toujours «la garantie qu'aucune sanction judiciaire, administrative ou pédagogique à l'encontre des résidents ne sera prise contre eux». Ils réitèrent leur « droit à la dispense du service national au même titre que les autres citoyens algériens». Par ailleurs, le Collectif autonome des médecins résidents algériens réclame une position officielle de la part du ministère du Travail concernant son droit à la représentation syndicale. «Nous avons déposé un dossier pour la création d'un syndicat autonome, qui est un droit constitutionnel, mais nous attendons toujours la réponse du ministère du Travail», nous dira en conclusion de docteur Sahnnoune.
Après de nombreux mois de lutte, les médecins résidents ont enfin obtenu satisfaction pour une de leurs principales revendications, à savoir le statut particulier. En effet et selon les déclarations de Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le nouveau statut particulier des médecins résidents a été officiellement adopté par le gouvernement. Le ministre, qui intervenait jeudi dernier à la clôture de la première conférence nationale sur le développement des services hospitalo-universitaires, a précisé que le nouveau statut concerne également les auxiliaires médicaux (anesthésistes et réanimateurs). «Il s'agit-là de la satisfaction d'une des principales revendications de ce corps médical», a-t-il indiqué, expliquant que cela répond aux engagements déjà pris par son département ministériel envers les médecins résidents. Cela constitue également l'aboutissement d'un travail de longue haleine entre les ministères de la Santé, de l'Enseignement supérieur et des Finances. «Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de bonne gouvernance» ajoute Ould Abbès, estimant que cela «témoigne aussi du respect que nous avons envers le corps médical». De leur côté, les médecins résidents représentés par le Collectif autonome des médecins résidents Algériens (Camra), ont qualifié cet acquis de «louable», nous a affirmé le docteur Sahnoune, l'un des délégués des médecins résidents, porte-parole du Camra, joint hier par téléphone. Cependant, les médecins résidents en grève illimitée depuis près de cent jours maintenant, affirment leur attachement à toutes les autres revendications, dont la principale reste l'abrogation du service civil ou son remplacement. «Nous abordons cette première victoire avec réserve en attendant d'aboutir à d'autres à l'instar de notre principale revendication, celle que nous devons à nos patients et à nos concitoyens pour une grande réforme de notre système de santé et une couverture sanitaire durable et efficace», a ajouté notre interlocuteur. «Nous demandons aujourd'hui aux autorités concernées qui ont été claires concernant l'impossibilité d'abroger le service civil, d'ouvrir une discussion nationale pour négocier une politique plus efficace qui pourrait remplacer le service civil qui a prouvé son échec», affirme le porte-parole du Camra. Toujours selon le représentant des résidents, les revendications pédagogiques n'ont pas été encore satisfaites. «Le P.-V. pédagogique n'a toujours pas été signé par le président de la conférence nationale des doyens». D'autre part les résidents attendent toujours «la garantie qu'aucune sanction judiciaire, administrative ou pédagogique à l'encontre des résidents ne sera prise contre eux». Ils réitèrent leur « droit à la dispense du service national au même titre que les autres citoyens algériens». Par ailleurs, le Collectif autonome des médecins résidents algériens réclame une position officielle de la part du ministère du Travail concernant son droit à la représentation syndicale. «Nous avons déposé un dossier pour la création d'un syndicat autonome, qui est un droit constitutionnel, mais nous attendons toujours la réponse du ministère du Travail», nous dira en conclusion de docteur Sahnnoune.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.