Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Chinatown à l'est d'Alger
CITE BOUSHAKI À BAB EZZOUAR
Publié dans L'Expression le 07 - 09 - 2011

Lors d'une petite virée dans la cité Boushaki à Bab Ezzouar, on a l'impression de circuler dans l'une des rues de Beijing ou encore de Zhengzhou
Ils sont pour la plupart commerçants ou employés dans des entreprises: les Chinois se plaisent à Alger.
Les Chinois se trouvant en Algérie sont pour la plupart employés dans des entreprises de construction. Arrivés dans le sillage du boom des investissements dans d'énormes chantiers de réalisation d'infrastructures ou encore en qualité de petits investisseurs dans l'habillement et la chaussure, les Chinois seraient près de 100.000 à activer en Algérie. Certains d'entre eux sont installés à la cité Boushaki de Bab Ezzouar.
Qu'en pensent les voisins? «Personnellement, ils ne me dérangent pas mais on est tellement différents qu'on a du mal à communiquer. La plupart sont employés dans des sociétés. Ouvriers et cadres ont fini par former une petite communauté», a expliqué Samir, cadre dans une entreprise chinoise spécialisée dans la construction.
Les sociétés ne se manifestaient, en 2003, que par de très importants contrats dans les domaines de l'énergie et des infrastructures.
Lors d'une petite virée dans la cité Boushaki à Bab Ezzouar, on a eu l'impression de circuler dans l'une des rues de Beijing ou encore de Zhengzhou. C'est la vraie Chinatown d'Alger.
On a eu l'occasion d'y rencontrer la famille de M. Li, un jeune commerçant chinois venu en 2003 s'installer avec son épouse et ses deux garçons. D'un calme olympien, notre hôte nous racontait, dans une langue de Molière imparfaite, son quotidien dans ce quartier. «Je suis venu avec ma petite famille en 2003 et nous avons depuis ce temps-là géré nos deux magasins de chaussures made in China. J'avoue que jusqu'à aujourd'hui, je n'ai pas eu de problèmes avec les Algériens. Que ce soit mes voisins ou ceux que je côtoie quotidiennement. Mes clients sont pauvres mais j'ai été accueilli à bras ouverts», soutient-il.
Aziz, voisin de Li, partage l'avis de bon nombre d'Algériens. «C'est un peuple dont les principales qualités demeurent l'organisation et le sens du labeur. J'avais toujours essayé de deviner ce qui pourrait se passer dans le cas d'une éventuelle union entre des sociétés chinoises et algériennes où des travailleurs issus des deux pays vont travailler ensemble. Les Algériens pourraient suivre leur exemple d'organisation et d'amour du travail ou bien nos amis chinois seront influencés et perdront leurs qualités», s'interroge Aziz. D'ailleurs et sur un ton ironique, il nous fait rappeler cet épisode d'un fameux sitcom TV où un Chinois, venu donner des cours à l'un des enfants de cette famille sur l'importance de devenir responsable, a malheureusement fini par devenir aussi flemmard et paresseux que lui. Caméra Chorba a intégré une famille chinoise dans certaines scènes.
Pour Xinan, investisseur chinois installé en Algérie depuis une quinzaine d'années, il n'existe point de pays plus chaleureux que l'Algérie. «Je m'y plais dans votre pays. D'ailleurs, je vais rarement en Chine puisque je n'ai plus personne là-bas. J'ai connu une famille algérienne qui m'a enveloppé d'amour et de respect et je me considère comme l'un des leurs. Je fais le Ramadhan et je mange avec eux chaque soir. Une chaleur familiale qui me manquait beaucoup», disait-il. On avait même compris qu'il comptait se convertir à l'Islam et fonder une famille avec l'une des filles de cette famille.
Cependant et au moment où certains Algériens apprécient ces Chinois et ne trouvent aucun complexe à les considérer comme les leurs, «d'autres cachent un couteau derrière un sourire», comme le dit si bien le proverbe chinois. «Je pense qu'en Algérie, on est plus proches des Européens que des Asiatiques, à cause des coutumes des ces derniers, éloignées des nôtres», juge Adel, un chômeur rencontré dans ce fameux Chinatown.
Une réalité pathétique d'une Algérie qui tente tout pour se construire et profiter de ces fourmis bosseuses à côté des autochtones qui se relèvent d'une infernale décennie. Bien avant leur émigration en Algérie, les Chinois suscitaient fascination et admiration. La Chine avait le visage de l'acteur Bruce Lee. Ses posters ont, dans les années 70 et 80, tapissé les murs des cafés du Caire à Abuja en passant par Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.