2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boussemghoun fière de ses origines
EXPLORATION ET JOURNEE D'ETUDE SUR LA POPULATION AMAZIGHE
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2012


«Boussemghoun, un îlot amazighophone à revivifier»
Des enfants en bas âge et adultes, parlent en langue amazighe quotidiennement avec fierté.
Au-delà de la journée d'étude portant sur le thème «Boussemghoun, un îlot amazighophone à revivifier», organisée par le Haut Commissariat à l'amazighité (HCA), les 15 et 16 septembre à Boussemghoun, à 160 km du chef-lieu de la wilaya d'El Bayadh, la rencontre entre les Amazighs du Nord et du Sud-Ouest algériens s'inscrit davantage dans la vision de l'exploration des régions amazgihophones des quatre coins de l'Algérie.. «Jamais dans l'histoire de l'Algérie post-indépendance, nous aurions pensé l'existence du peuple amazigh depuis 9 000 ans avant Jésus-Christ dans cette ville devenue commune depuis 1956» ont souligné de nombreux conférenciers. Forte de ses sites historiques millénaires qui remontent à l'Antiquité, sept ksour grandioses font parler d'eux depuis 18 siècles et 40 ans avant la naissance de Jésus-Christ. La similitude des noms des familles et tribus qui ressemblent à celle du Nord, notamment la Kabylie, apporte des révélations inédites en termes de recherches sur l'histoire du pays et de l'Afrique du Nord. K'sar Athmoussa, Athekeit, Ath Ali, Aït Slimane, Athestiass, Agharma et Ighzer Nimili, devenus ensuite Boussemghoun, sont des indices tangibles pour la généalogie des tribus. «A Boussemghoun, on n'aime pas entendre parler des Berbères, car, c'est une appellation d'origine coloniale. Mais nous sommes des Amazighs libres, nés à Boussemghoun depuis Sidna Nouh», selon des personnes âgées qui ont accepté de nous apporter leurs témoignages. La région est constituée à 90% de population amazighe qui maîtrise la langue maternelle, plus que n'importe quelle autre du pays. A aucun moment, nous n'avons entendu un Amazigh de Bousemghoun nous dire que nous sommes originaires de telle ou telle région du pays, mais bien de Boussemghoun depuis la nuit des temps. Des gravures rupestres sont préservées jusqu'à nos jours dans les sites historiques et culturels de la région. Population et autorités locales de Boussemghoun, attachées aux valeurs identitaires et linguistiques depuis, ne cessent de dire «nous sommes la seule daïra parmi les 22 circonscriptions de la wilaya, à résister aux pressions internes et externes, afin de sauvegarder les racines originelles».
Des enfants en bas âge et adultes, parlent en langue amazighe quotidiennement avec fierté, tout en réaffirmant leur attachement aux ancêtres, quelles que soient les difficultés de la vie. A l'inauguration de cette rencontre par le chef de daïra et le président de l'Assemblée populaire communale, la population de Boussemghoun et des autres localités, est venue nombreuse pour témoigner de son attachement aux valeurs ancestrales, mais aussi accueillir et rassurer tout le monde que la réhabilitation du patrimoine historique, linguistique et culturel est une affaire de tous, tout en appelant solennellement, la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi de songer sérieusement à la réhabilitation et à la restauration des sites. Car, sur sept sites que nous avons cités ci-dessus, un seul est resté plus ou moins propre, à savoir le dernier site «Boussemghoun».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.