"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nostalgiques de «l'Algérie française» récidivent
ALORS QUE LES RELATIONS ENTRE ALGER ET PARIS REPRENNENT LEUR COURS
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2012

«La perte de l'Algérie est vécue par la France comme une amputation.»
La droite et l'extrême droite françaises ne cessent pas de se nourrir d'illusions, en exhumant la notion de l'Algérie-française. En effet, celles-ci se sont mises à crier haut et fort leurs intentions de torpiller les efforts de rapprochement entre Alger et Paris. Ainsi, depuis la déclaration de François Hollande sur les massacres du 17 octobre 1961, l'opposition de droite multiplie les critiques et les provocations pour briser les liens de rapprochement qui se construisent lentement en Alger et Paris. Ainsi dans la réaction la plus virulente est venue de Christian Estrosi, député maire de Nice (sud de la France). Le 20 octobre, à la fin d'un discours, ce proche parmi les proches de l'ancien président Nicolas Sarkozy lançait: «Vive l'Algérie française!». Interrogé, hier par la chaîne LCI, Estrosi assume et explique ses propos. «J'ai dénoncé l'attitude de M.Hollande, qui fait un vrai dérapage en laissant voter par le Sénat une proposition qui fait reconnaître le 19 mars 1962 comme fin des hostilités en Algérie». Ironie de l'histoire, Avant de féliciter «l'oeuvre civilisatrice» de la colonisation: «Je n'ai pas à faire de devoir de repentance à l'égard de l'oeuvre civilisatrice de la France avant 1962». «Le général de Gaulle a bien fait de suivre la voie qu'il a suivie après 1962», a-t-il précisé. Cependant,
M.Estrosi a oublié la position de son général avant 1962, une position contraire aux fervents défenseurs de l'Algérie française avant de se mettre à table avec le FL N. Donc suivant la position du M.Estrosi c'est dire à l'évidence que la colonisation de la Gaule par César, durant 7 ans, avant de tuer à Rome Vercingétorix ayant conduit avec bravoure les Gaulois, qualifiés de sauvages et de primitifs, s'inscrit dans les missions civilisatrices de l'empire romain. Oui, la perte de l'Algérie est vécue et ressentie encore en France par certaines tendances politiques comme «une amputation». «Pour les Français, le nationalisme s'est construit à partir de l'Empire colonial, et la perte de l'Algérie est vécue par la France comme une «amputation» de son territoire national», a déclaré Benjamin Stora, un spécialiste de la guerre d'Algérie, à L'Expression, ajoutant: «Les rapports conflictuels entre Alger et Paris sont en rapport avec la question nationale».
Tandis qu'une source autorisée auprès du ministre des affaires étrangères algérien a souligné que: «l'Algérie ne tombera pas dans les provocations construites sur de viles impostures, car les nostalgiques aigris auront beau déverser le fiel de leur révisionnisme, ils ne parviendront guère à réhabiliter la vocation prétendument «civilisatrice» du fait colonial qui est sordide par essence», a précisé notre source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.