Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nostalgiques de «l'Algérie française» récidivent
ALORS QUE LES RELATIONS ENTRE ALGER ET PARIS REPRENNENT LEUR COURS
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2012

«La perte de l'Algérie est vécue par la France comme une amputation.»
La droite et l'extrême droite françaises ne cessent pas de se nourrir d'illusions, en exhumant la notion de l'Algérie-française. En effet, celles-ci se sont mises à crier haut et fort leurs intentions de torpiller les efforts de rapprochement entre Alger et Paris. Ainsi, depuis la déclaration de François Hollande sur les massacres du 17 octobre 1961, l'opposition de droite multiplie les critiques et les provocations pour briser les liens de rapprochement qui se construisent lentement en Alger et Paris. Ainsi dans la réaction la plus virulente est venue de Christian Estrosi, député maire de Nice (sud de la France). Le 20 octobre, à la fin d'un discours, ce proche parmi les proches de l'ancien président Nicolas Sarkozy lançait: «Vive l'Algérie française!». Interrogé, hier par la chaîne LCI, Estrosi assume et explique ses propos. «J'ai dénoncé l'attitude de M.Hollande, qui fait un vrai dérapage en laissant voter par le Sénat une proposition qui fait reconnaître le 19 mars 1962 comme fin des hostilités en Algérie». Ironie de l'histoire, Avant de féliciter «l'oeuvre civilisatrice» de la colonisation: «Je n'ai pas à faire de devoir de repentance à l'égard de l'oeuvre civilisatrice de la France avant 1962». «Le général de Gaulle a bien fait de suivre la voie qu'il a suivie après 1962», a-t-il précisé. Cependant,
M.Estrosi a oublié la position de son général avant 1962, une position contraire aux fervents défenseurs de l'Algérie française avant de se mettre à table avec le FL N. Donc suivant la position du M.Estrosi c'est dire à l'évidence que la colonisation de la Gaule par César, durant 7 ans, avant de tuer à Rome Vercingétorix ayant conduit avec bravoure les Gaulois, qualifiés de sauvages et de primitifs, s'inscrit dans les missions civilisatrices de l'empire romain. Oui, la perte de l'Algérie est vécue et ressentie encore en France par certaines tendances politiques comme «une amputation». «Pour les Français, le nationalisme s'est construit à partir de l'Empire colonial, et la perte de l'Algérie est vécue par la France comme une «amputation» de son territoire national», a déclaré Benjamin Stora, un spécialiste de la guerre d'Algérie, à L'Expression, ajoutant: «Les rapports conflictuels entre Alger et Paris sont en rapport avec la question nationale».
Tandis qu'une source autorisée auprès du ministre des affaires étrangères algérien a souligné que: «l'Algérie ne tombera pas dans les provocations construites sur de viles impostures, car les nostalgiques aigris auront beau déverser le fiel de leur révisionnisme, ils ne parviendront guère à réhabiliter la vocation prétendument «civilisatrice» du fait colonial qui est sordide par essence», a précisé notre source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.