Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maduro vainqueur, succède à Hugo Chavez
PRESIDENTIELLE AU VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2013

Elu de justesse, Nicolas Maduro, «héritier» du chavisme, succède au charismatique défunt président vénézuélien
Le résultat très serré du scrutin, a plongé dans un climat de tension et d'incertitude ce riche pays pétrolier de 29 millions d'habitants, profondément divisé après 14 ans de «révolution socialiste».
Le président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro, a été déclaré vainqueur, d'une très courte tête, à l'élection de dimanche pour succéder à Hugo Chavez, une victoire contestée par l'opposition qui exige un nouveau comptage des bulletins de vote. Le résultat très serré du scrutin a plongé dans un climat de tension et d'incertitude ce riche pays pétrolier de 29 millions d'habitants, profondément divisé après 14 ans de «révolution socialiste».
Malgré l'aura de son défunt mentor, M.Maduro, 50 ans, ne l'a emporté qu'avec 50,66% des suffrages, soit moins de 300.000 voix, face au candidat de l'opposition Henrique Capriles, crédité de 49,07%, le meilleur score jamais réalisé depuis l'ère chaviste, selon un résultat annoncé par le Conseil national électoral (CNE). «Mission accomplie comandante!» a lancé M.Maduro devant ses partisans au palais présidentiel de Miraflores, se félicitant d'une victoire électorale «juste, légale, constitutionnelle». «C'est une autre victoire, un hommage à notre 'comandante'' Hugo Chavez», a poursuivi le président élu, vêtu d'un blouson aux couleurs du drapeau national, qui avait été adoubé par le dirigeant charismatique emporté par un cancer le 5 mars. Toutefois, le candidat de l'opposition, qui conteste l'impartialité de l'arbitre électoral et n'a cessé de dénoncer des «abus» durant le scrutin, a averti qu'il refusait d'admettre sa défaite. «Nous n'allons pas reconnaître un résultat avant que chaque bulletin de vote des Vénézuéliens ne soit recompté, un par un», a déclaré M.Capriles, entouré de ses sympathisants. «Le perdant, aujourd'hui, c'est vous et je vous le dis fermement», a-t-il lancé à l'adresse de son adversaire, dont le faible score constitue une surprise. «La lutte n'est pas terminée», a souligné cet avocat de 40 ans, qui a opéré une spectaculaire progression après avoir été battu par M.Chavez de 11 points lors de la présidentielle d'octobre. «Nous allons insister pour que la vérité soit connue». La présidente du CNE, Tibisay Lucena, a annoncé la victoire de M.Maduro, affirmant que la tendance était «irréversible» et portait sur 99% des voix. Un des membres de l'organisme a réclamé la vérification de l'ensemble des bulletins, une demande appuyée par M.Maduro.
Au Venezuela, l'électeur vote sur une machine électronique qui lui délivre un bulletin, qu'il doit déposer dans l'urne. Ce sont ces bulletins que l'opposition veut désormais recompter. Au QG de campagne de M.Capriles, des militants étaient en larmes. «Je suis désespérée car nous avons beaucoup travaillé pour un avenir meilleur», a confié une étudiante. «Capriles reste le leader indiscutable de l'opposition et son refus de reconnaître le résultat permet à sa lutte de durer», a analysé le politologue Luis Vicente Leon sur Twitter.
Parmi les alliés du Venezuela, la présidente argentine de gauche Cristina Kirchner et son homologue équatorien, Rafael Correa, ont félicité M.Maduro pour sa victoire, suivis par le président bolivien Evo Morales qui a salué «une élection qui respecte les résultats». Le président russe Vadimir Poutine s'est dit sûr que le Venezuela dirigé par Maduro allait «renforcer son partenariat stratégique avec la Russie». Dans les rues de Caracas les chavistes jubilent comme cette ouvrière de 48 ans: «Je suis en train de fêter la victoire de Maduro et l'amour que je porte à Chavez».
Un dirigeant syndical voit en Maduro le garant des «missions bolivariennes», les programmes sociaux, financés par la manne pétrolière du pays doté des plus grandes réserves de brut au monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.