Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Union européenne crève l'abcès!
ELLE FAIT LE DISTINGUO ENTRE ISRAËL ET LES TERRITOIRES PALESTINIENS OCCUPES
Publié dans L'Expression le 21 - 07 - 2013

L'initiative européenne de différencier entre Israël et les Territoires occupés va-t-elle être le déclic qui remet les choses dans le bon sens?
L'UE a opportunément clarifié sa position (...) en indiquant que les territoires délimités par les frontières de 1967 ne sont pas israéliens et que désormais les accords de coopération avec Israël ne doivent plus les mentionner.
La paix au Moyen-Orient est réalisable, mais encore faut-il être deux pour la faire. Or, Israël ne veut pas de la paix avec les Palestiniens - du moins à ses seules conditions - comme le montrent clairement les réactions excessives de ses dirigeants contre l'UE. Ainsi, la décision de l'Union européenne (UE) de faire dorénavant la distinction entre l'Etat hébreu et les Territoires palestiniens occupés doit détromper ceux qui persistent à ne pas vouloir voir la réalité du blocage par Israël de toute solution pacifique du contentieux avec les Palestiniens.
De fait, la décision européenne eut un effet certain sur les dirigeants et la classe politique israéliens qui n'ont cessé depuis mardi de se répandre en invectives contre l'Union européenne. Il y a ainsi à relever que c'est sans doute la toute première décision concrète prise par un organisme international à l'encontre d'Israël, décision qui n'est pas uniquement commerciale.
En effet, en interdisant les importations des agrumes et légumes - produits dans les territoires palestiniens occupés par les colons - dans ses 28 Etats membres, l'Union européenne ne touche pas seulement les colons au portefeuille mais induit une connotation politique par le fait de dire, enfin, que les Territoires occupés ne sont pas Israël. C'est cela qui a fait le plus mal à l'Etat hébreu le mettant en porte-à-faux des résolutions prises ces dernières années par le Conseil de sécurité en rapport avec la colonisation des territoires palestiniens. L'UE a ainsi opportunément clarifié sa position quant à l'appartenance palestinienne des territoires en indiquant nettement que ceux-ci, délimités par les frontières de 1967, ne sont pas israéliens et que désormais les accords de coopération entre l'UE et l'Etat d'Israël ne doivent plus mentionner ces territoires et leur production agricole ne peut plus être proposée sur les marchés des 28 pays de l'Union.
Cette initiative de l'UE, immédiatement condamnée par Israël, dénote du fait que la dite «communauté internationale» et plus particulièrement le Conseil de sécurité de l'ONU n'ont pas été tout au long de ces années fermes envers l'Etat hébreu d'une part, n'ont pas assumé, d'autre part, leur responsabilité avec le peuple palestinien, spolié de ses terres par une résolution de l'ONU (résolution 181 du 29 novembre 1947) qui en fit un peuple de réfugiés sur et en dehors (ils sont plus de 5 millions de Palestiniens éparpillés dans le monde) de leurs terres. Il aura suffit d'un rien, mettre en conformité les lois de l'UE avec les nombreuses résolutions de l'ONU, pour montrer la supercherie qu'a été tout au long de ces années l'étrange mise sur un piédestal de l'Etat hébreu, auquel rien n'est refusé. Il fallait seulement oser. Il était donc possible d'agir contre Israël dans le cadre du droit international et des résolutions pertinentes de l'ONU.
La décision européenne, outre le manque à gagner que cela va induire pour Israël, met en exergue le fait qu'il était parfaitement légitime de faire appliquer par Israël et de le faire se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité qu'il a évidemment ignorées du seul fait que ces résolutions n'ont pas été contraignantes pour Israël qui n'a jamais éprouvé la nécessité de les appliquer et s'y conformer. Or, au moins deux pays de l'Union européenne - qui a fait cette petite révolution par la distinction entre Israël et les Territoires occupés - la France et le Royaume-Uni sont également membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Celui-ci prit entre 1947 et 2005 aux moins une dizaine de résolutions (252, 242 (1967), 267, 298, 446, 4452, 465, 476, 478, 338 (1973), 487 (1987) demeurées sans application, lesquelles considèrent que «la politique et les pratiques israéliennes consistant à établir des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 n'ont aucune validité en droit et font gravement obstacle à l'instauration d'une paix générale, juste et durable au Moyen-Orient».
Plus explicite, ils considèrent «que toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, y compris l'expropriation de terres et de biens immobiliers, qui tendent à modifier le statut juridique de Jérusalem sont non valides et ne peuvent modifier ce statut». C'était en 1981 après qu'Israël eut annexé la ville d'Al Quds (Jérusalem-Est).
La Résolution 497, intervenue en cette même année 1981, fait suite à l'annexion par Israël du Golan syrien occupé, «décide que la décision prise par Israël à imposer ses lois, sa juridiction et son administration dans le territoire syrien occupé des hauteurs du Golan est nulle et non avenue et sans effet juridique sur le plan international». Toutes ces résolutions adéquates pour le sujet concerné ont eu peu d'échos en Israël qui les ignora purement et simplement, dès lors que le Conseil de sécurité n'y a mis aucune condition coercitive susceptible d'inciter Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU et au droit international. Il apparaissait dès lors que le droit international et les résolutions que pouvait prendre l'ONU (hors la résolution 181 de 1947 qui partagea la Palestine historique en deux Etats, la seule, à ce jour, appliquée immédiatement avant son entrée en vigueur officielle une année plus tard, en novembre 1948, ce qui provoqua d'ailleurs l'exode des Palestiniens et le conflit qui perdure depuis cette époque) n'ont aucune portée et signification pour Israël qui passa outre en colonisant les territoires palestiniens.
L'échec du processus de paix était patent dès lors qu'Israël voulait la paix et la terre. Les réactions véhémentes de la classe politique et des colons israéliens sont fort éloquentes d'un pays qui se considère au-dessus des lois internationales. Certes, le chef de la diplomatie américaine, a annoncé, vendredi, à partir d'Amman, la prochaine reprise des négociations entre les Palestiniens et Israël. Sur quelles bases, pour quels objectifs? Tout cela reste vague. Attendons pour voir!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.