Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je ne suis pas mort politiquement"
BELKHADEM COMPTE REVENIR PAR LA GRANDE PORTE
Publié dans L'Expression le 26 - 08 - 2013

Alors qu'il est considéré politiquement mort, l'ex-secrétaire général du parti majoritaire tente de refaire surface. Belkhadem va-t-il revenir par la fenêtre après avoir été chassé par la porte? Les derniers rebondissements dans la maison FLN n'excluent pas cette perspective. «Je ne suis pas mort politiquement», semble dire alors l'ancien SG du FLN. Une chose est sûre, le retour de l'ex-secrétaire déchu en cette période de crise va avoir des conséquences néfastes sur le plus vieux parti. Certains observateurs vont jusqu'à dire que dans ce cas de figure, l'implosion du parti majoritaire sera inévitable.
Le président du groupe parlementaire sortant, Tahar Khaoua, affirme que «le nouveau secrétaire général du FLN sera désormais Amar Saâdani et Abdelaziz Belkhadem, le futur candidat du FLN à la présidentielle version Saâdani». Contacté, l'ex-président de l'APN refuse de se prononcer. Ce dernier donne rendez-vous aux médias pour mercredi prochain. Son alter ego, Abdelaziz Belakhadem, observe la même attitude de wait and see, selon ses proches. Sollicité pour se porter candidat au poste de secrétaire général du parti, Belkhadem refuse de trancher, donc de se compromettre selon le président de l'association dite des Fidèles de Belkhadem, Hakim Satouah. Toutefois, selon les partisans du retour de Belkhadem, qui se targuent d'avoir une majorité confortable au sein du comité central, il est attendu de l'ex-secrétaire général du vieux parti, soit de décider de regagner la tête du FLN soit d'accorder son soutien à un autre candidat qui serait Amar Saâdani. Il est clair que l'ex-représentant personnel du chef de l'Etat semble attendre un signal avant de dévoiler toutes ses cartes. Les mêmes sources affirment que plusieurs cadres du FLN et pas des moindres dont des ministres, comptés parmi les adversaires de Belkhadem ont fini par le rejoindre. Pour rappel, Belkhadem a déclaré aux médias: «Si le Président est candidat, je le soutiendrai. Si ce n'est pas le cas, le jour où le CC se réunira pour décider de la validation d'une candidature, j'aurai mon mot à dire». Sachant qu'il n'a pas la stature d'un candidat de consensus à la présidentielle et sera appuyé par plusieurs partis et parties dont le FLN, Belkhadem joue les temps morts pour qu'il ne soit pas évincé des négociations en vue d'équilibrer les rapports de force inévitables. Boumehdi qui a fini par accepter l'arrangement relatif au changement de lieu de la tenue du congrès (hôtel Riadh au lieu d'El Aurassi) proposé par Belayat, roule également pour la candidature de Amar Saâdani. Les redresseurs, de leur côté, rejettent et la candidature de Saâdani et celle de Belkhadem. L'ex-secrétaire général qui n'a pas caché son ambition de se porter candidat à l'investiture suprême avait également déclaré récemment que l'homme consensuel est un mirage. Secrétaire général du parti depuis 2005, Belkhadem a été démis de ses fonctions par vote à bulletin secret le 31 janvier dernier. Enfin, à l'instar de Belkhadem, toute la classe politique attend des signaux ou le feu vert de la part du régime. Hormis l'ex-chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, qui s'est officiellement porté candidat à l'élection présidentielle prochaine, d'autres personnalités présidentiables lorgnent d'abord les garanties venant d'en haut. La même position est observée chez les islamistes et autres acteurs politiques dits de l'opposition qui ne croient pas à leurs chances de se présenter à cette course.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.