Les électeurs des zones éparses de Bordj Badji Mokhtar accomplissent leur devoir    La marche des étudiants réprimée à Sidi Bel Abbès    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    La dette fiscale hors amendes judiciaires dépassait les 3.600 milliards de DA à la fin 2016    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    Coupe d'Algérie de Football : la FAF arrête le calendrier jusqu'aux demi-finales    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Interdiction des appareils énergivores    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    La FAF reporte tous les matches à cause du scrutin présidentiel    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Nâama : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Affaire de montage automobile : Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Mobilis : attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Vols en provenance et à destination de la France: Air Algérie annonce de nouvelles perturbations    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    Elections présidentielles – proposition    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Sit-in de soutien à la présidentielle et à l'Institution militaire    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche des étudiants empêchée
FACULTE DE BOUZAREAH
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2004

Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de la célébration du 24e anniversaire du Printemps berbère.
La marche à laquelle la coordination des associations de la faculté de Bouzaréah a appelé hier, a finalement été empêchée par les forces de l'ordre.
Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de la célébration du 24e anniversaire du Printemps berbère. Un scénario devenu habituel depuis les évènements d'Avril 80.
Tôt dans la matinée, un impressionnant dispositif de sécurité a été dépêché sur les lieux en vue de déjouer l'action. Tous les alentours de la faculté ont été cernés par des agents et des camions anti-émeutes. Les issues ont été cadenassées afin d'empêcher la sortie des manifestants. La présence en force des agents de sécurité n'a pas été un fait positivement perçu par les étudiants protestataires. Ces derniers n'ont pas cessé tout au long du rassemblement organisé à l'intérieur de l'établissement, de dénoncer la démarche choisie par les responsables de la sécurité. Un officier de police rencontré à l'extérieur de la faculté nous a indiqué que les organisateurs de l'action n'ont introduit aucune demande d'autorisation auprès des instances concernées. «Les manifestations de rue doivent être permises par une note officielle», nous a-t-il affirmé.
En outre, il est à souligner que depuis la fameuse marche de 14 juin 2001, toutes les manifestations de rue ont été interdites à Alger.
Cependant, les universitaires, en colère, ont décidé de réinvestir la rue et de marcher sur le Palais du gouvernement. A la sortie, la détermination des étudiants a failli tourner à l'irréparable. De légères escarmouches ont éclaté sans que cela engendre des incidents graves. Les organisateurs ont pu maîtriser la foule coléreuse. Une démarche dictée par le souci de ne point s'engager dans des actions dont les conséquences seraient fâcheuses pour l'avenir des étudiants. Rappelons à ce titre que la faculté des sciences humaines de Bouzaréah a été le théâtre de violentes émeutes en mai 2001. Ces incidents avaient éclaté après l'interdiction d'une marche prévue vers le Palais du gouvernement. En effet, plus de 60 blessés ont été enregistrés et dirigés vers les hôpitaux de la capitale. Les conséquences induites par l'événement ont fini par avoir raison de la détermination et de la mobilisation des étudiants. Depuis, il ne se passe une année sans que les étudiants de l'université d'Alger ne sortent dans la rue pour fêter un certain Printemps berbère issu d'une protestation estudiantine. Avant de quitter les lieux dans le calme, les universitaires contestataires ont organisé un sit-in à l'intérieur de leur faculté réitérant leur détermination à poursuivre le combat jusqu'à la satisfaction de toutes les revendications identitaires et culturelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.