EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    «L'arrestation de Louisa Hanoune est une atteinte aux libertés démocratiques»    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    L'appui de Benflis    Paidoyer pour une conférence de concertation    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche des étudiants empêchée
FACULTE DE BOUZAREAH
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2004

Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de la célébration du 24e anniversaire du Printemps berbère.
La marche à laquelle la coordination des associations de la faculté de Bouzaréah a appelé hier, a finalement été empêchée par les forces de l'ordre.
Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de la célébration du 24e anniversaire du Printemps berbère. Un scénario devenu habituel depuis les évènements d'Avril 80.
Tôt dans la matinée, un impressionnant dispositif de sécurité a été dépêché sur les lieux en vue de déjouer l'action. Tous les alentours de la faculté ont été cernés par des agents et des camions anti-émeutes. Les issues ont été cadenassées afin d'empêcher la sortie des manifestants. La présence en force des agents de sécurité n'a pas été un fait positivement perçu par les étudiants protestataires. Ces derniers n'ont pas cessé tout au long du rassemblement organisé à l'intérieur de l'établissement, de dénoncer la démarche choisie par les responsables de la sécurité. Un officier de police rencontré à l'extérieur de la faculté nous a indiqué que les organisateurs de l'action n'ont introduit aucune demande d'autorisation auprès des instances concernées. «Les manifestations de rue doivent être permises par une note officielle», nous a-t-il affirmé.
En outre, il est à souligner que depuis la fameuse marche de 14 juin 2001, toutes les manifestations de rue ont été interdites à Alger.
Cependant, les universitaires, en colère, ont décidé de réinvestir la rue et de marcher sur le Palais du gouvernement. A la sortie, la détermination des étudiants a failli tourner à l'irréparable. De légères escarmouches ont éclaté sans que cela engendre des incidents graves. Les organisateurs ont pu maîtriser la foule coléreuse. Une démarche dictée par le souci de ne point s'engager dans des actions dont les conséquences seraient fâcheuses pour l'avenir des étudiants. Rappelons à ce titre que la faculté des sciences humaines de Bouzaréah a été le théâtre de violentes émeutes en mai 2001. Ces incidents avaient éclaté après l'interdiction d'une marche prévue vers le Palais du gouvernement. En effet, plus de 60 blessés ont été enregistrés et dirigés vers les hôpitaux de la capitale. Les conséquences induites par l'événement ont fini par avoir raison de la détermination et de la mobilisation des étudiants. Depuis, il ne se passe une année sans que les étudiants de l'université d'Alger ne sortent dans la rue pour fêter un certain Printemps berbère issu d'une protestation estudiantine. Avant de quitter les lieux dans le calme, les universitaires contestataires ont organisé un sit-in à l'intérieur de leur faculté réitérant leur détermination à poursuivre le combat jusqu'à la satisfaction de toutes les revendications identitaires et culturelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.