Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Gaïd Salah s'offusque du boycott de la conférence de Bensalah    Le Brent à 74,43 dollars mardi à Londres    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole iranien: Pékin proteste contre les sanctions américaines    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    La justice militaire passe à l'acte    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    Sous le spectre du boycott    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    La rue applaudit les décisions    Le bal des hypocrites    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Remaniement gouvernemental restreint
BOUTEFLIKA NOMME SES MINISTRES
Publié dans L'Expression le 27 - 04 - 2004

L'Exécutif d'Ouyahia d'avant la présidentielle a été presque totalement reconduit.
La nouvelle liste des membres du gouvernement est tombée hier. En termes de nomination, il y a lieu de relever le maintien à leur poste des principaux ministres.
Ainsi, Chakib Khelil, Yazid Zerhouni, Abdelaziz Belkhadem et Abdelatif Benachenhou conservent leurs portefeuilles. Les changements n'ont concerné que quelques ministères.
Ainsi Abdelaziz Ziari, ancien ministre délégué à la Communauté algérienne à l'étranger prend le portefeuille de la Jeunesse et des Sports en remplacement de Boudjemaâ Hichour. Lequel se partage avec Khalida Toumi le département de la communication et de la Culture, désormais divisé en deux entités distinctes. Haichour prend la Communication et Toumi est désignée à la tête de la Culture.
Le directeur de campagne de Bouteflika, Abdelmalek Sellal, après une courte absence, revient au gouvernement en tant que ministre des Ressources en eau. Il remplace à ce poste Mohamed Douihasni qui quitte le gouvernement. Le portefeuille des Transports, anciennement dirigé par Sellal revient à Mohamed Meghlaoui, cadre du RND.
Dans le cadre du dosage partisan, on retiendra l'entrée, pour la première fois, de Mohamed Seghir Kara, connu pour ses activités au sein du mouvement de redressement du FLN, qui est nommé au département du Tourisme en remplacement de Benouar.
Au poste de ministre chargé auprès du chef du gouvernement, c'est une nouvelle tête qui prend le département. Il s'agit de Yahia Hamlaoui qui remplace ainsi Karim Djoudi, anciennement ministre délégué chargé de la réforme financière.
Ce dernier prend le poste anciennement occupé par Fatiha Mentouri. Celle-ci n'est pas reconduite dans le nouvel Exécutif. Il y a lieu de noter que le ministère de la Défense revient au chef de l'Etat en personne, mettant fin, par là même, à la polémique sur une désignation d'une autre personnalité civile à la tête de ce département très sensible.
A la lecture de cette liste, l'on conclut que le gouvernement Ouyahia d'avant la présidentielle a presque été totalement reconduit. Les rares aménagements opérés sont d'ordre purement technique, pour ne pas dire insignifiants au vu de sa composante.
Il y a donc, lieu de s'interroger sur le temps pris par la présidence pour le rendre public. A moins que la reconduction des principaux ministres est le résultat d'un certain tiraillement au sein de l'alliance présidentielle, chaque formation voulant un maximum de représentants dans le gouvernement.
En l'absence d'un accord, c'est une grande partie de l'équipe qui a été reconduite. Cette hypothèse vraisemblable, selon certains observateurs, est renforcée par l'absence dans ce gouvernement de certains noms qu'on disait ministrables et très proches d'Ouyahia, à l'image de Harchaoui, notamment. Cela dit, on affirme dans le sérail que le souci premier du chef de l'Etat était de permettre à de nombreux ministres de poursuivre le travail entamé lors de leur premier mandat.
Enfin, il est clair que Bouteflika entend donner le ton à son slogan de campagne, à savoir la continuité. En d'autres termes, on ne change pas une équipe qui gagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.