Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Remaniement gouvernemental restreint
BOUTEFLIKA NOMME SES MINISTRES
Publié dans L'Expression le 27 - 04 - 2004

L'Exécutif d'Ouyahia d'avant la présidentielle a été presque totalement reconduit.
La nouvelle liste des membres du gouvernement est tombée hier. En termes de nomination, il y a lieu de relever le maintien à leur poste des principaux ministres.
Ainsi, Chakib Khelil, Yazid Zerhouni, Abdelaziz Belkhadem et Abdelatif Benachenhou conservent leurs portefeuilles. Les changements n'ont concerné que quelques ministères.
Ainsi Abdelaziz Ziari, ancien ministre délégué à la Communauté algérienne à l'étranger prend le portefeuille de la Jeunesse et des Sports en remplacement de Boudjemaâ Hichour. Lequel se partage avec Khalida Toumi le département de la communication et de la Culture, désormais divisé en deux entités distinctes. Haichour prend la Communication et Toumi est désignée à la tête de la Culture.
Le directeur de campagne de Bouteflika, Abdelmalek Sellal, après une courte absence, revient au gouvernement en tant que ministre des Ressources en eau. Il remplace à ce poste Mohamed Douihasni qui quitte le gouvernement. Le portefeuille des Transports, anciennement dirigé par Sellal revient à Mohamed Meghlaoui, cadre du RND.
Dans le cadre du dosage partisan, on retiendra l'entrée, pour la première fois, de Mohamed Seghir Kara, connu pour ses activités au sein du mouvement de redressement du FLN, qui est nommé au département du Tourisme en remplacement de Benouar.
Au poste de ministre chargé auprès du chef du gouvernement, c'est une nouvelle tête qui prend le département. Il s'agit de Yahia Hamlaoui qui remplace ainsi Karim Djoudi, anciennement ministre délégué chargé de la réforme financière.
Ce dernier prend le poste anciennement occupé par Fatiha Mentouri. Celle-ci n'est pas reconduite dans le nouvel Exécutif. Il y a lieu de noter que le ministère de la Défense revient au chef de l'Etat en personne, mettant fin, par là même, à la polémique sur une désignation d'une autre personnalité civile à la tête de ce département très sensible.
A la lecture de cette liste, l'on conclut que le gouvernement Ouyahia d'avant la présidentielle a presque été totalement reconduit. Les rares aménagements opérés sont d'ordre purement technique, pour ne pas dire insignifiants au vu de sa composante.
Il y a donc, lieu de s'interroger sur le temps pris par la présidence pour le rendre public. A moins que la reconduction des principaux ministres est le résultat d'un certain tiraillement au sein de l'alliance présidentielle, chaque formation voulant un maximum de représentants dans le gouvernement.
En l'absence d'un accord, c'est une grande partie de l'équipe qui a été reconduite. Cette hypothèse vraisemblable, selon certains observateurs, est renforcée par l'absence dans ce gouvernement de certains noms qu'on disait ministrables et très proches d'Ouyahia, à l'image de Harchaoui, notamment. Cela dit, on affirme dans le sérail que le souci premier du chef de l'Etat était de permettre à de nombreux ministres de poursuivre le travail entamé lors de leur premier mandat.
Enfin, il est clair que Bouteflika entend donner le ton à son slogan de campagne, à savoir la continuité. En d'autres termes, on ne change pas une équipe qui gagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.