REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le documentaire Algérie, tours et détours présenté
BEJAIA
Publié dans L'Expression le 10 - 02 - 2014


Le ciné-club de l'université de Béjaïa, du «collectif culture création et progrès», organise une séance de projection, en guise de soutien aux rencontres cinématographiques de Béjaïa, du film documentaire Algérie, tours et détours, un film documentaire de Leïla Morouche et Oriane Brun-Moschetti, 114 minutes, sorti en 2007 et ce pour le mardi 11 février 2014 à 15 heures au centre culturel universitaire, au campus de Targa Ouzemour de l'Université de Béjaïa. La projection sera suivie d'un débat avec la présence de Abdenour Hochiche, président de l'association Project'heurts, organisatrice des rencontres cinématographiques de Béjaïa. Le ciné-club de l'Université de Béjaïa a été créé en 2011 et se veut un espace de partage et d'échange d'idées et de savoir entre les différents acteurs de la communau-té universitaire. Chaque projection de film est suivie d'un débat (analyse thématique et esthétique), avec la présence de son réalisateur et cela selon sa disponibilité. Les films font partie des cycles bien choisis et bien réfléchis par l'ensemble des animateurs du ciné-club. Ainsi, le documentaire Algérie, tours et détours, nous transporte en Algérie en compagnie de René Vautier, cinéaste militant, considéré en France comme le père du cinéma algérien. Témoin de la guerre, de la naissance et de l'âge d'or du cinéma en Algérie, il nous permet de replonger dans l'histoire pour mieux comprendre la situation actuelle du pays sur le plan du cinéma. Son regard se conjugue à ceux de différents professionnels du cinéma, d'hier et d'aujourd'hui et de divers spectateurs. Nous re-créons le dispositif de projections itinérantes des ciné-pops, qu'il a mis en place au lendemain de l'indépendance, dans des villes qui l'ont particulièrement marqué. Avec un ciné-bus, nous allons sillonner le pays pour projeter des films sur la guerre d'Algérie et discuter avec les spectateurs. S'ensuivent des discussions animées avec les publics, abordant la situation politique, l'histoire, la jeunesse, les conditions de vie des hommes et des femmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.