Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Les explications de l'association des distributeurs    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Pourquoi un étranger pour évaluer le potentiel de notre domaine minier ?    Football - Ligue 1: Oran, Béchar et Chlef, pôles d'attraction    Ligue des champions d'Afrique : MCA - Buffles du Borgou, vendredi à 15h00 - Finir le travail à domicile    Adieu et merci l'Artiste    Cacophonie au sein du Comité contre le Covid-19: «L'acquisition du vaccin, en janvier, est une rumeur»    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    LABYRINTHES    Les prévisions de Météo Algérie    Poursuite de la baisse des contaminations    Plus de 7 quintaux de kif traité saisis    L'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le gouvernement examine la création d'un comité d'évaluation    Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    L'opinion politique à l'appréciation des juges    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une figure cardinale des arts visuels en Algérie"
ABDELKADER ALLOULA, 20 ANS DEJA
Publié dans L'Expression le 12 - 03 - 2014


Un lion ne meurt jamais
Un colloque international commémorant la 20e année de la disparition du dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994) s'est ouvert lundi à Oran pour deux journées d'activités mettant en exergue le legs artistique de cette figure emblématique du théâtre algérien.
Le caractère avant-gardiste de l'oeuvre de Alloula (1939-1994) a été au centre d'une conférence, intitulée «Abdelkader Alloula vu à travers les personnages de son théâtre ou une biographie scénique d'un dramaturge», inaugurant, lundi à Oran, le colloque international dédié au regretté artiste. «Abdelkader Alloula (1939-1994) est une des figures cardinales des arts visuels en Algérie», a affirmé dans sa conférence l'universitaire d'Oran Benamar Médiène, soulignant que «La polyvalence de Alloula le situe dans la tradition des grands dramaturges de l'Antiquité à l'instar de Sophocle, Aristophane et Eschyle». Tout en rappelant que Alloula fut auteur, traducteur-adaptateur, scénographe et acteur, l'intervenant lors du colloque a indiqué que Alloula «se situe aux avant-gardes de Brecht à Koltes en passant par les grands classiques tels Molière et Shakespeare, ainsi que les auteurs maghrébins, le barde Abderrahmane El-Majdoub, de Allalou à Kaki». Insistant sur le génie créatif de Alloula, il évoquera «son audace à travailler la langue arabe, à la placer dans les discours du quotidien tout en lui donnant la puissance du jeu théâtral, à moderniser les traditions des goual et de la halqa dans la dynamique du spectacle de la scène fermée». Abordant les personnages du théâtre de Alloula, M.Mediene a estimé que c'est notamment à travers ceux créés dans la trilogie «El-Ajouad, Lagoual, Lithem» que Alloula «surprend et donne à l'art de la scène une énergie magnifique». Le colloque qui coïncide avec la commémoration de la 20ème année de la disparition tragique du regretté dramaturge, a été initié par l'Unité de recherche sur la culture, la communication, les langues, les littératures et les arts (Ucclla) relevant du Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc, basé à Oran). L'importance du legs artistique de Alloula a été également mise en exergue lors de la cérémonie d'ouverture animée par la directrice du Crasc, Mme Nouria Remaoun-Benghabrit, le directeur de l'Ucclla, M. Mohamed Daoud, le président du comité scientifique, M. Lakhdar Mansouri, le président du comité d'organisation, M. Mohamed Hireche-Baghdad et la présidente de la fondation Abdelkader Alloula, Mme Raja Alloula, veuve du regretté dramaturge. Dans leur note argumentaire, les organisateurs ont en substance mis l'accent sur le fait que «Alloula a marqué l'histoire du théâtre algérien de son empreinte indélébile», ajoutant que «dans son expérience théâtrale, il a répondu aux exigences de la construction dramaturgique en associant plusieurs formes d'expression». Alloula, ont-ils expliqué, a puisé ses diverses pièces dans le patrimoine local (El-Halqa, El-Meddah, entre autres), le but étant d'aboutir à la création d'un «genre théâtral nouveau». Il s'est également inspiré du patrimoine universel, soit en «adoptant» la distanciation brechtienne, soit en exploitant les possibilités qu'offre la Commedia Dell'arte par exemple, ou en adaptant des textes de Gogol, Goldoni, Aziz Nesin et autres écrivains. Les pièces de théâtre qu'il a mises en scène dans les années 1980-1990 (El-Ajouad, Lagoual, Lithem, Arlequin...) ont révélé une pratique théâtrale singulière caractérisée par une recherche approfondie sur le discours, la langue, le décor et la mise en scène. Ce colloque international se veut, selon les organisateurs, une lecture multiple de l'oeuvre de Abdelkader Alloula dans toutes ses dimensions artistiques, faisant appel à plusieurs disciplines bien ancrées dans le champ des sciences humaines et sociales comme la sémiotique, la sémantique, la sociocritique, l'analyse du discours, l'anthropologie et la psychologie. Une trentaine de spécialistes du 4ème art, issus de différentes universités du pays et de l'étranger ont participé à cette rencontre de deux jours durant sous le thème générique «Le théâtre de Abdelkader Alloula (1939-1994): le texte et la scène».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.