Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une figure cardinale des arts visuels en Algérie"
ABDELKADER ALLOULA, 20 ANS DEJA
Publié dans L'Expression le 12 - 03 - 2014


Un lion ne meurt jamais
Un colloque international commémorant la 20e année de la disparition du dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994) s'est ouvert lundi à Oran pour deux journées d'activités mettant en exergue le legs artistique de cette figure emblématique du théâtre algérien.
Le caractère avant-gardiste de l'oeuvre de Alloula (1939-1994) a été au centre d'une conférence, intitulée «Abdelkader Alloula vu à travers les personnages de son théâtre ou une biographie scénique d'un dramaturge», inaugurant, lundi à Oran, le colloque international dédié au regretté artiste. «Abdelkader Alloula (1939-1994) est une des figures cardinales des arts visuels en Algérie», a affirmé dans sa conférence l'universitaire d'Oran Benamar Médiène, soulignant que «La polyvalence de Alloula le situe dans la tradition des grands dramaturges de l'Antiquité à l'instar de Sophocle, Aristophane et Eschyle». Tout en rappelant que Alloula fut auteur, traducteur-adaptateur, scénographe et acteur, l'intervenant lors du colloque a indiqué que Alloula «se situe aux avant-gardes de Brecht à Koltes en passant par les grands classiques tels Molière et Shakespeare, ainsi que les auteurs maghrébins, le barde Abderrahmane El-Majdoub, de Allalou à Kaki». Insistant sur le génie créatif de Alloula, il évoquera «son audace à travailler la langue arabe, à la placer dans les discours du quotidien tout en lui donnant la puissance du jeu théâtral, à moderniser les traditions des goual et de la halqa dans la dynamique du spectacle de la scène fermée». Abordant les personnages du théâtre de Alloula, M.Mediene a estimé que c'est notamment à travers ceux créés dans la trilogie «El-Ajouad, Lagoual, Lithem» que Alloula «surprend et donne à l'art de la scène une énergie magnifique». Le colloque qui coïncide avec la commémoration de la 20ème année de la disparition tragique du regretté dramaturge, a été initié par l'Unité de recherche sur la culture, la communication, les langues, les littératures et les arts (Ucclla) relevant du Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc, basé à Oran). L'importance du legs artistique de Alloula a été également mise en exergue lors de la cérémonie d'ouverture animée par la directrice du Crasc, Mme Nouria Remaoun-Benghabrit, le directeur de l'Ucclla, M. Mohamed Daoud, le président du comité scientifique, M. Lakhdar Mansouri, le président du comité d'organisation, M. Mohamed Hireche-Baghdad et la présidente de la fondation Abdelkader Alloula, Mme Raja Alloula, veuve du regretté dramaturge. Dans leur note argumentaire, les organisateurs ont en substance mis l'accent sur le fait que «Alloula a marqué l'histoire du théâtre algérien de son empreinte indélébile», ajoutant que «dans son expérience théâtrale, il a répondu aux exigences de la construction dramaturgique en associant plusieurs formes d'expression». Alloula, ont-ils expliqué, a puisé ses diverses pièces dans le patrimoine local (El-Halqa, El-Meddah, entre autres), le but étant d'aboutir à la création d'un «genre théâtral nouveau». Il s'est également inspiré du patrimoine universel, soit en «adoptant» la distanciation brechtienne, soit en exploitant les possibilités qu'offre la Commedia Dell'arte par exemple, ou en adaptant des textes de Gogol, Goldoni, Aziz Nesin et autres écrivains. Les pièces de théâtre qu'il a mises en scène dans les années 1980-1990 (El-Ajouad, Lagoual, Lithem, Arlequin...) ont révélé une pratique théâtrale singulière caractérisée par une recherche approfondie sur le discours, la langue, le décor et la mise en scène. Ce colloque international se veut, selon les organisateurs, une lecture multiple de l'oeuvre de Abdelkader Alloula dans toutes ses dimensions artistiques, faisant appel à plusieurs disciplines bien ancrées dans le champ des sciences humaines et sociales comme la sémiotique, la sémantique, la sociocritique, l'analyse du discours, l'anthropologie et la psychologie. Une trentaine de spécialistes du 4ème art, issus de différentes universités du pays et de l'étranger ont participé à cette rencontre de deux jours durant sous le thème générique «Le théâtre de Abdelkader Alloula (1939-1994): le texte et la scène».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.