Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Ligue des champions : forfait des Buffles du Borgou, la CAF réagit    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Almodovar ouvre le bal...
57E FESTIVAL DE CANNES
Publié dans L'Expression le 12 - 05 - 2004

C'est aujourd'hui que s'ouvre sous les lampions, l'un des plus importants festivals du cinéma au monde.
Ce soir les traditionnels lampions vont scintiller de mille feux et le tapis cramoisi qui s'étale sur les (maintenant) mythiques «marches» du Palais du festival, vont se laisser fouler par la bande à Pedro, le plus célèbre cinéaste espagnol depuis Luis Bunnuel.
La Mauvaise éducation, quinzième film de cet enfant terrible de la Movida - cet extraordinaire bouillonnement culturel qui a vu le jour avec la chute de Franco - va être vu par une pléiade de stars en tenue sombres et robes à paillettes. Nous y reviendrons donc.
Pour le moment, la Croisette bruit des folles rumeurs que les intermittents du spectacle ne sont pas les premiers à distiller, mais sûrement pas les derniers à démentir. La marmite bout et le remake de l'été 2003, où l'annulation des festivals s'est faite en cascade (Avignon, Montpellier, Aix-en-Provence, pour le théâtre, la danse, et la musique lyrique) pour ne citer que les plus prestigieux. Cannes sera-t-elle perturbée jusqu'à l'annulation comme ce fut le cas en mai 68? Autres temps et autres ambiances certes. D'autant que les intermittents, eux, responsables jusqu'au bout, insistent sur le fait que l'arrêt du festival n'est pas pour un objectif en soi. Ils veulent seulement que la Croisette leur serve de promontoire pour crier leur colère et critiquer le Medef du baron Sellières (un syndicat patronal) qui déclare sans vergogne que ce qui est bon pour lui est bon pour la France (sic)!
Et les acteurs culturels pris à la gorge par une refonte de la loi les concernant (à l'instigation de ce même Medef) rejettent le diktat d'une organisation syndicale qui ne représente, tout au plus, que 1% de l'ensemble des patrons français!
Le ministre de la Culture a tenté de jouer la montre en faisant miroiter un toilettage d'une loi votée au Parlement à la rentrée, mais peine perdue.
Car, à l'arrivée il a été confirmé que même les femmes techniciennes enceintes, voyaient leurs droits suspendus. C'est dire le recul!...
Alors le bal d'Almodovar aura valeur de test. Cela se joue entre une politique à la «mauvaise éducation» avérée, en matière d'avancée sociale et des artistes du monde du spectacle qui battront la mesure sur le rythme d'une rengaine «almodovarienne» qui reprend en refrain le titre d'un autre film de l'enfant terrible du cinéma ibère Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter tout ça? (1984).
D'ores et déjà, les cinéastes français présents à Cannes ont annoncé qu'ils réserveraient une tribune aux intermittents lors de la projection de leur film.
Donc si tout va, à peu près bien, on aura aussi l'opportunité de rendre compte du dernier film de Youssef Chahine New-York/Alexandrie, de la saga palestinienne tirée de l'oeuvre de Elias Khoury, qui relate pendant plus de quatre heures la «nekba» vécue en1948 par le peuple palestinien, spolié de sa terre, sous la direction du plus moderne des cinéastes égyptiens, Yousri Nasrallah. De même que nous attendons avec beaucoup de curiosité la dernière réalisation du patriarche du cinéma africain, Sembène Ousmane, qui s'attaque à un sujet épineux celui de l'excision que des «imams» es obscurantisme ont décrété conforme aux préceptes de l'Islam.
A Dieu n'en plaise!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.