L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le syndicat Snap dément
ALORS QUE 32.000 POSTIERS ANNONCENT UNE GRÈVE NATIONALE
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2014


Grève ou pas grève, qui croire?
Le Front national pour la protection des droits et de la dignité du travailleur de la poste n'est qu'«une organisation fantoche», pour le Snap.
L'appel à la grève nationale des travailleurs d'Algérie Poste ne fait pas l'unanimité. Le Syndicat national autonome des postiers (Snap) dément cette action. «Le Snap n'est pas concerné ni de près ni de loin par cette grève», a déclaré Amar Tarek Khodja, membre de ce syndicat. Contacté, hier, par nos soins, ce syndicaliste explique qu' «aucun communiqué n'a été rendu public, annonçant une grève le 16 juillet prochain».
Par ailleurs, certains titres de la presse ont annoncé qu'une grève nationale est prévue pour mercredi et jeudi prochains. Une protestation, poursuivent-ils, qui a été organisée par le Front national pour la protection des droits et de la dignité du travailleur de la poste. Interrogé sur les auteurs de cette grève, M. Khodja a indiqué que «c'est une action menée par ce qui s'appelle le Front national pour la protection des droits et de la dignité du travailleur de la poste».
Un organisme, selon notre interlocuteur qui n'est ni plus ni moins qu'une instance virtuelle qui oeuvre via Internet. «Ce front n'a ni queue ni tête. C'est une organisation fantoche», a déclaré notre interlocuteur. Selon lui, ce mouvement de grève est une sorte de «magouille», organisée par des personnes inexistantes.
A cet effet, il a profité pour lancer un appel à tous les travailleurs d'Algérie Poste «de ne pas suivre l'inconnu et attendre le communiqué du Snap». Ce dernier sera publié, a annoncé M.Khodja, «dans quelques jours après la réunion qui se tiendra entre les membres du syndicat Snap aujourd'hui ou demain». Abordant le sujet de sa suspension temporaire de la poste de Dar El Beida, où il exerce comme chargé de la clientèle à l'établissement,
M.Khodja, a fait savoir qu'il a «rendez-vous le 17 juillet prochain devant la commission de discipline». Il a ajouté que les raisons de sa suspension sont nombreuses notamment celles liées à l'entrave à la liberté de travail, manoeuvre et tentative de compromission et intimidation. Seulement, le syndicaliste a insisté sur le fait que ce ne sont que des accusations infondées et qu'il a été victime d'un «bouc émissaire». Il a poursuivi que sa suspension du travail n'est autre qu'une façon de la part des responsables de la poste de Dar El Beida de se venger de lui du fait qu'il a participé à une grève observée par l'ensemble des travailleurs, mais surtout le fait qu'il est membre du syndicat Snap. Concernant l'existence du Front national pour la protection des droits et de la dignité du travailleur de la poste, on a essayé à maintes reprises de contacter le chargé de communication de la direction d'Algérie Poste pour en savoir davantage sur cet organisme et notamment sur la grève, en vain. Ceci dit, selon un quotidien arabophone, 32.000 postiers s'organisent pour observer une grève nationale qui est prévue mercredi et jeudi prochains, avec pour but de dénoncer un receveur de la poste d'avoir détourné 7 milliards de centimes du bureau de poste de Bouzaréah à Alger. Un pactole qui représente 10% de bénéfice de l'établissement en 2012. Ce dernier, ajoute la même source, a pris la fuite vers la Tunisie pour se rendre ensuite en France. Un acte criminel qui a affecté plusieurs clients de dudit bureau de poste. D'après certaines sources, il s'est avéré que cet individu est un proche de l'ex-directeur de la poste d'Alger. C'est pourquoi, les travailleurs d'Algérie Poste ont décidé d'observer deux jours de grève afin de dénoncer le recrutement par relation qui encourage la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.