Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La saga de sa création en images
CELEBRATION DES 50 ANS DE LA CINEMATHÈQUE ALGERIENNE
Publié dans L'Expression le 07 - 05 - 2015


Ahmed Bedjaoui et Lyès Semiane à droite
Les conférenciers ont insisté sur l'importance de la préservation de notre patrimoine iconographique et filmique et la restitution de nos archives, notamment celles qui sont éparpillées à l'étranger...
M. Lyes Semiane, directeur général du CAC, et M.Ahmed Bedjaoui, commissaire général de l'exposition ainsi que Lyes Meziani commissaire adjoint et scénographe ont animé lundi dernier un point de presse afin de présenter le programme qui rentre dans le cadre de la célébration de la création, il y a 50 ans, de la Cinémathèque algérienne sous l'égide aussi du Centre algérien de la cinématographie (CAC) et l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc). Cette série d'activités s'articulera autour d'une exposition inédite intitulée «La Saga de la création de la Cinémathèque algérienne» que le Musée va abrier à partir 9 mai prochain à partir de 18h, jour du vernissage ainsi qu'une série de cycles de projections de films qui s'étendront jusqu'au 10 juillet 2015.
«J'ai préféré qu'on dise saga au lieu de l'âge d'or de la cinémathèque» a fait savoir M.Bedjaoui qui présentera brièvement le cadre historique et la genèse de la cinémathèque laquelle a été créée, peu de temps après l'indépendance, soit le 23 janvier 1965. Et de citer des noms comme ceux de Ahmed Hocine et Azzedine Yahiaoui qui ont participé à l'essor de la cinémathèque dont les premières projections se sont tenues dans la salle de l'ex-Club, devenue depuis, le Musée du cinéma. Cette exposition raconte la saga des premières années d'une cinémathèque qui est vite devenue la deuxième du monde. Elle résume les grandes activités que la cinémathèque a abritées entre 1965 et le Panaf 1969. Les conférenciers ont insisté sur l'importance de la préservation de notre patrimoine iconographique et filmique et la restitution de nos archives, notamment celles qui sont éparpillées à l'étranger... Pour ce faire, certaines affiches ont été ramenées de l'étranger, scannées et rendues à leurs propriétaires collectionneurs qui les avaient achetées à l'époque. Dans cette exposition qui sera visible ainsi au Mama, l'on découvrira affirme-t-on des affiches inédites dont celle de L'Opium et le bâton de Ahmed Rachedi ou encore Hassan Terro de Lakhdar Hamina. Aussi, évoque-t-on «un accompagnement modeste pour la reconstitution de la mémoire en tendant à créer le déclic en attirant l'attention sur la nécessité de sauvegarder les négatifs et les restituer au peuple, à la jeunesse, aux Algériens...» Un travail de «conscientisation» ajoute-t-on qui se traduira également par l'organisation de cycles de films classiques et des hommages aux personnalités du 7e art disparus cette année dont Amar Laskri et Sid Ali Kouiret. Ces films nous a-t-on expliqué, ont été choisis, a-t-on fait savoir dans le fond de la cinémathèque, qui à l'époque avaient été présentés par leur auteur. Parmi eux des films très peu vus ou pas du tout dont La voix du peuple, film produit à l'époque par le Gpra. L'expo en question voyagera après à Constantine, Oran dans le cadre du Fofa sans doute puis plus tard au Centre culturel algérien en France. Parmi les étrangers invités à cette manifestation on retiendra celui de Costa Gavras. «A l'issue de cet événement et des échanges entre nos invités et les Algériens afin de lancer l'idée d'un comité informel de la préservation filmique» a révélé Ahmed Béjaoui. Ainsi, à partir du 10 mai, des projections de plusieurs cycles de films se tiendront à raison de quatre séances par jour. On citera le Cinéma au maquis, l'aube du cinéma algérien, la cinémathèque accompagne la naissance du cinéma algérien indépendant, les coproductions et enfin les plus grands films du cinéma mondial. De quoi refaire tout son éducation filmique et sa culture du cinéma classique algérien. En effet, près d'une centaine de films sera présentée au public. Ça sera l'occasion ou jamais donc. Les trois expo programmées sous le nom «Pool cinémathèque» mettront en exergue aussi un hommage à Sid Ali Kouiret, le cinéma Paradisio, images anciennes des meilleurs films du cinéma mondial, une expo des images du grand photographe italien de plateaux, Alfonso Avincola et enfin, une expo: L'Etranger de Luchino Visconti. A ne pas rater donc!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.