Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





60.000 logements sociaux non attribués
EXCLUSIF CONSTRUITS DEJÀ DEPUIS PLUSIEURS ANNEES
Publié dans L'Expression le 10 - 10 - 2004

La situation, quasi inextricable, a été provoquée par l'arrêt des distributions suite aux trop nombreuses réclamations citoyennes.
Des listes arrêtées depuis des mois, ayant fait l'objet, à plusieurs reprises, de révision de la part des commissions communales chargées d'établir le listing des demandeurs de logements au niveau de chaque commune, ne sont pas affichées jusqu'à l'heure actuelle. Cette situation constitue une véritable bombe à retardement que les pouvoirs publics auront tout le mal du monde à désamorcer.
L'expérience, dans ce cas précis, a démontré que la rue bouge systématiquement à chaque affichage de listes de bénéficiaires. C'est la bête noire des élus qui préfèrent renvoyer l'opération aux calendes grecques. Les émeutes qui ont émaillé nos communes au centre comme à l'intérieur du pays sont là pour attester de la complexité du problème qu'aucune mesure n'est venue atténuer. Les tensions exercées sur certaines communes, notamment les quartiers populaires des grandes villes à l'exemple de la Casbah d'Alger et de Bab El Oued, risquent de s'exacerber au vu du nombre élevé des demandeurs de logement estimé à des centaines qui ouvrent droit à l'acquisition mais qui, compte tenu des quotas réduits accordés dans le cadre du logement social, se trouveront, pour certains, écartés du programme.
Des citoyens se rendent chaque dimanche et mardi, jours de réception aux services sociaux afin de s'informer de l'évolution de leurs dossiers. Ils retournent bredouilles après avoir obtenu une audience auprès des responsables de la commune. «On nous reçoit avec amabilité pendant quelques minutes mais pour nous expliquer que le feu vert ne leur a pas encore été donné. Mon dossier traîne depuis des années dans les tiroirs de la mairie. Jusqu'à quand doit-on attendre? s'indigne une vielle dame à la sortie du bureau du responsable du service social au niveau de l'APC de la Casbah.
L'une des astuces à laquelle ont recours les APC, consiste à proposer la formule du participatif. Selon les dires de certains citoyens que nous avons abordés, ce type de logement ne les arrange pas à cause des modalités de payement jugées excessives. L'apport personnel qui équivaut à 250.000 DA n'est pas à la portée de tous, d'autant plus que les banques refusent d'accorder un prêt aux salariés dont le revenu est en dessous de 20.000 DA. Les salaires compris entre 12.000 DA et le montant réclamé sont du coup écartés. Ils ne peuvent ni prétendre à un logement social ni à un logement participatif et pourtant, ils font partie de la majorité écrasante ayant déposé leurs dossiers pour l'acquisition d'un logement social. Cela dit, le logement qui est un droit élémentaire garanti par le texte fondamental est inaccessible pour le simple citoyen qui tourbillonne dans une noria de procédures avant de voir le bout du tunnel. Il est régi par le décret exécutif n° 98-42 du 1er février 1998, définissant les conditions et modalités d'accès au logement public locatif à caractère social. Il est financé totalement par les fonds du Trésor public ou sur le budget de l'Etat. L'accès au «logement social est ouvert à toute personne physique résidant depuis une année au moins dans la commune, lieu d'implantation des programmes de logements sociaux à attribuer». Si, théoriquement, les termes de la loi ne souffrent aucune ambiguïté, la réalité du terrain est tout autre. C'est un secret de polichinelle que de parler des pratiques peu orthodoxes qui se déroulent au vu et au su de tous. «Des noms étrangers sont parachutés en haut des listes des attributions sans que personne lève le petit doigt. Elles sont confectionnées dans l'opacité la plus totale. Les recours sont souvent ignorés», révèlent certains citoyens dépités.
Les retards accusés dans l'affectation des logements sont considérables. Des sites à travers l'ensemble du pays, prêts à recevoir leurs propriétaires depuis des mois sont en souffrance. Certains d'entre eux font l'objet de pillage où sont carrément squattés par des indus occupants.
Et souvent des SDF y élisent domicile comme cela se vérifie dans certaines régions du centre. La majorité des citoyens ayant un dossier au niveau de plusieurs APC, a-t-on appris, ont reçu les brigades communales ayant pour mission d'enquêter sur les conditions d'hébergement des familles mal logées ou n'ayant pas de logements. Celles-ci ont bouclé le travail sur le terrain mais la distribution de logements n'a pas encore eu lieu alors qu'il n'y a pas de raison d'ajourner l'opération. L'autre fait saillant est l'opacité entourant les quotas accordés à chaque quartier, d'où les détournements fréquents, ancrés dans les moeurs des collectivités locales. Le ministre de l'Habitat auquel la question sur le nombre exact des logements sociaux destinés à la distribution, a été posée lors du forum de l'Entv, a refusé de donner le chiffre en affirmant, cependant qu'«il est important». Le DG de la Cnep avait déclaré, il y a quelques mois, que 65.000 logements n'ont pas trouvé acquéreurs. Des citoyens ne comprennent pas comment avec toutes «ces constructions d'immeubles qui poussent comme des champignons et ces milliers d'habitations inoccupées, on en est encore à parler de crise de logement».
Sur un autre chapitre, les révélations du ministre de l'Intérieur viennent apporter de l'eau au moulin du citoyen car c'est un argument supplémentaire pour le report sine die du programme d'affectation de logements sociaux. Le blocage d'une soixantaine d'APC et le retrait de confiance à 375 maires évoqués par le ministre, sont un facteur aggravant de la situation quand on sait que la décision du premier responsable de la commune concernant les attributions de logements est, si l'on se réfère à la loi, obligatoire. Une situation qui pénalise, en premier lieu les administrés qui sont à bout de patience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.