Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement pourra-t-il appliquer cette mesure?
INSTAURATION DE «BONS» DE CARBURANT SUBVENTIONNE
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2015

Sonatrach a importé un million de tonnes d'essence en 2013
Dans cette situation intenable, toute tentative de rationalisation de la consommation de l'énergie s'avère improbable.
Face à la baisse continue et inquiétante des revenus de l'Etat, le gouvernement peine à trouver une solution à la problématique des subventions des carburants qui grèvent lourdement le budget de l'Etat. Dans cette situation intenable, où l'Etat consacre beaucoup d'argent aux subventions des prix du carburant, soit environ 11% du PIB, toute tentative de rationalisation de la consommation de l'énergie s'avère improbable.
La lutte contre le gaspillage du carburant tel qu'il a été envisagé par le gouvernement, risque même de profiter davantage au secteur informel ou de créer un problème supplémentaire. Dans cette politique de quotas de carburants subventionnés pour faire face à la baisse des recettes pétrolières, il sera institué une carte carburant avec un plafonnement de consommation des carburants subventionnés. Au-delà dudit plafond, l'utilisateur paiera sa consommation d'énergie au prix réel du marché.
Pour rappel, en 2014, Sonatrach a importé un million de tonnes d'essence. En 2013, elle a importé pour plus de 3 milliards de dollars de carburants, dont près de 3 millions de tonnes d'essence. Dans ce contexte, le ministre de l'Energie, Salah Khebri, a affirmé, hier à Alger, que «le gouvernement travaillait sur un projet visant à lutter contre le gaspillage et la contrebande des carburants». Il a indiqué qu'il ne s'agit pas de rationner la consommation de ce produit, sans donner de précisions. Tout en s'abstenant de donner des détails sur les modalités prévues pour la rationalisation de la consommation des carburants, le ministre s'est contenté d' indiquer que sa mise en oeuvre interviendra une fois l'achèvement de l'étude de ce dossier et l'obtention des approbations nécessaires à sa faisabilité.
Le ministre a relevé que ces mesures, en cours d'étude, ont été rendues nécessaires par le besoin de mettre fin au gaspillage dans la consommation des carburants en Algérie, qui a explosé depuis quelques années, obligeant l'Etat à recourir, depuis 2010, à des importations massives d'essence et de gasoil. «Nous sommes en train de réfléchir sur les meilleurs moyens à mettre en place pour limiter le gaspillage et pour lutter contre la contrebande des carburants», a déclaré le ministre sur un éventuel projet d'instaurer une carte carburant qui plafonnerait la consommation subventionnée de l'essence et du gasoil tel que rapporté par des médias. «Il s'agit d'une rationalisation et non d'un rationnement de la consommation (...). Nous n'allons pas toucher à l'utilisation rationnelle des carburants par les citoyens», a-t-il souligné. «ll y a beaucoup de gaspillage interne» aggravé par le trafic des carburants au niveau des frontières, a encore relevé le ministre. En réponse à une question sur les crises récurrentes de carburant dans les stations-service, il a souligné que les stations service n'utilisent pas toute leur capacité de stockage pour faire face à la demande.
«L'Agence de régulation des hydrocarbures doit veiller au respect de la législation dans ce domaine», a-t-il ajouté. En ce qui concerne les coupures d'électricité durant la saison estivale, le ministre a souligné que Sonelgaz a adopté un plan d'urgence pour éviter de pareils cas, même s'il y a «des risques de perturbation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.