Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La santé face à elle-même
APRÈS LA SUSPENSION DE LA GRÈVE
Publié dans L'Expression le 02 - 11 - 2004


Après la suspension de la grève du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (Snpssp) et ce, suite à une décision de justice, les syndicats autonomes, sous la houlette du Comité national des libertés syndicales, ne comptent pas baisser les bras devant ce qu'ils qualifient d' «atteinte aux libertés syndicales». Des actions de protestation sont, en effet, programmées pour les tout prochains jours, à en croire le Dr Besbas, porte-voix du syndicat. L'on parle déjà d'un «meeting social national» qui sera organisé le 25 de ce mois à Alger. Cela dit, cette action est conditionnée, dit-on, au Snpssp par l'attitude des pouvoirs publics envers leurs revendications. «Il faudra attendre la réaction des pouvoirs publics vis- à-vis de la demande qui sera transmise dans un futur proche aux instances concernées», précise à ce propos le Dr Besbas. Or, il est clair que les manifestations de rue sont systématiquement interdites par le ministère de l'Intérieur. Devant cet état de fait, le Comité national des libertés syndicales, initiateur de la marche, ne compte pas franchir la ligne rouge. «En cas de refus, nous devons revoir notre feuille de route», a-t-on indiqué en guise de réponse. «C'est là d'ailleurs le dommage. Car, la protestation de rue ainsi que la grève qui est un droit indiscutable consacré par les lois de la République constituent l'ultime recours», a-t-on renchéri. Parallèlement, scandalisés par le verdict du tribunal prononcé à l'encontre des praticiens spécialistes, neuf syndicats mèneront une campagne de sensibilisation pour «prévenir l'opinion publique d'une dégradation de la situation des droits syndicaux en Algérie». Une pétition sera à cet effet ouverte aux citoyens afin, dit-on, «de dénoncer collectivement les dernières mesures prises par le gouvernement». Une démarche qui, selon le président du Snpssp M.Yousfi, s'inscrit «à contre-courant des lois de la République, sachant que le droit à la grève est reconnu par la Constitution algérienne et la loi syndicale 90-02 et notamment son article 32». Il est à signaler que des réunions cycliques regrouperont les syndicats de la santé afin d'examiner la situation et le déroulement des évènements. Le Snpssp qui suspend la grève en respect à la décision de justice, menace de rebondir encore. «Nous respectons le verdict du tribunal, mais nous rebondirons certainement», a affirmé le Dr.Yousfi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.