Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une mise au chômage programmée
OUYAHIA ANNONCE LA PRIVATISATION DE 1200 ENTREPRISES PUBLIQUES
Publié dans L'Expression le 03 - 11 - 2004

Il faut s'attendre à de nouvelles vagues de compression d'effectifs.
Le chef du gouvernement affiche clairement sa détermination à enclencher le processus de privatisation de 1200 EPE.
A l'origine d'une levée de boucliers de la part du partenaire social. Cette annonce a été faite, lundi, par Ouyahia, en marge de la cérémonie de présentation des voeux au chef de l'Etat, à l'occasion du cinquantenaire de la Révolution. Une mesure qui intervient à un moment où le front social connaît une effervescence particulière et qui risque de jeter de l'huile sur le feu.
Cette décision trouve son argumentaire dans le fait que présentement le pays se dirige vers une économie où l'état providence est à mettre aux oubliettes et que les vannes du Trésor public ne doivent plus être ouvertes pour supporter le trou des déficits de ces entreprises qui ont englouti des milliards de dinars.
Il a affirmé qu'«il n'était plus possible d'entrer dans l'économie de marché avec les méthodes éculées des dernières décennies comme il est vain d'aspirer à l'ouverture sur le marché mondial avec des entreprises encore sous domination de l'Etat ou de l'administration». Il a spécifiquement indiqué que les entreprises qui entrent dans la nomenclature des entreprises déficitaires seront cessibles au privé «les 1200 entreprises publiques économiques existantes seront proposées à la privatisation.»
Néanmoins, il a écarté du lot, les entreprises dites stratégiques, notamment la Sonatrach, la Sonelgaz et la Société nationale des transports ferroviaires. Pour le chef de l'exécutif, cette démarche émane d'une vision purement cartésienne qui ne prend pas en compte les conséquences qui en découleront sur le plan social. «Il n'y a pas de place à la démagogie si nous voulons entrer dans l'économie de marché», a-t-il dit sans ambages. Ouyahia, ne s'embarrasse pas apparemment des effets que peuvent engendrer une telle décision. Il trouve même matière à surenchérir pour signifier qu'il est ouvert à «toute offre d'investissement qui soit bénéfique pour l'économie nationale et pour le Trésor public et qui préserve les postes d'emploi et en crée d'autres, est la bienvenue». Cette sortie pour le moins déroutante du chef du gouvernement s'inscrit en porte-à-faux avec le projet de loi de finances présenté par Benachenhou devant l'APN et qui n'introduit pas le volet de la privatisation.
A retenir donc cette flagrante contradiction entre le chef du gouvernement et son ministre des Finances qui n'a à aucun moment exprimé le voeu de l'exécutif d'aller vers ces privatisations, au contraire, le grand argentier du pays a plutôt parlé de prendre en charge la restructuration de ces entreprises et que ces dernières allaient être budgétisées.
Arguant que le Trésor public n'a plus à supporter les déficits mais que cette démarche découlait d'une décision politique. A peine le projet de loi de finances soumis à débat et alors que l'on s'attendait à ce que le gouvernement préconise des mesures allant dans le sens d'un établissement d'un pacte social et économique que les couacs se font entendre au sein des membres du staff gouvernemental, qui, apparemment, n'ont pas accordé leurs violons pour se mettre sur la même longueur d'ondes. Benachenhou lors des débats à l'APN a explicitement fait comprendre que c'est le président en personne qui est intervenu pour plaider la cause des entreprises publiques en insistant sur le fait que la mesure revêt un cachet substantiellement politique. Les divergences mises sur le tapis dénote d'une crise latente qui risque notamment de mettre à mal le processus de négociation avec le partenaire social.
Ce dernier était parti du mauvais pied avec la bipartie résumée à un énième échec qui corrobore les appréhensions nourries dans la défiance de l'austère discours officiel.
Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'il y aura certainement du rififi dans les prochains jours, sachant que l'Ugta a ameuté ses troupes et devra affûter ses armes pour faire face à cette nouvelle épreuve du feu qui s'annonce des plus ardues. Le front social est encore une fois titillé par le brasier des compressions d'effectifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.