Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    Armée Sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Oum Dreyga    Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le sens et les messages d'un défilé    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Les clés de l'indépendance    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une mise au chômage programmée
OUYAHIA ANNONCE LA PRIVATISATION DE 1200 ENTREPRISES PUBLIQUES
Publié dans L'Expression le 03 - 11 - 2004

Il faut s'attendre à de nouvelles vagues de compression d'effectifs.
Le chef du gouvernement affiche clairement sa détermination à enclencher le processus de privatisation de 1200 EPE.
A l'origine d'une levée de boucliers de la part du partenaire social. Cette annonce a été faite, lundi, par Ouyahia, en marge de la cérémonie de présentation des voeux au chef de l'Etat, à l'occasion du cinquantenaire de la Révolution. Une mesure qui intervient à un moment où le front social connaît une effervescence particulière et qui risque de jeter de l'huile sur le feu.
Cette décision trouve son argumentaire dans le fait que présentement le pays se dirige vers une économie où l'état providence est à mettre aux oubliettes et que les vannes du Trésor public ne doivent plus être ouvertes pour supporter le trou des déficits de ces entreprises qui ont englouti des milliards de dinars.
Il a affirmé qu'«il n'était plus possible d'entrer dans l'économie de marché avec les méthodes éculées des dernières décennies comme il est vain d'aspirer à l'ouverture sur le marché mondial avec des entreprises encore sous domination de l'Etat ou de l'administration». Il a spécifiquement indiqué que les entreprises qui entrent dans la nomenclature des entreprises déficitaires seront cessibles au privé «les 1200 entreprises publiques économiques existantes seront proposées à la privatisation.»
Néanmoins, il a écarté du lot, les entreprises dites stratégiques, notamment la Sonatrach, la Sonelgaz et la Société nationale des transports ferroviaires. Pour le chef de l'exécutif, cette démarche émane d'une vision purement cartésienne qui ne prend pas en compte les conséquences qui en découleront sur le plan social. «Il n'y a pas de place à la démagogie si nous voulons entrer dans l'économie de marché», a-t-il dit sans ambages. Ouyahia, ne s'embarrasse pas apparemment des effets que peuvent engendrer une telle décision. Il trouve même matière à surenchérir pour signifier qu'il est ouvert à «toute offre d'investissement qui soit bénéfique pour l'économie nationale et pour le Trésor public et qui préserve les postes d'emploi et en crée d'autres, est la bienvenue». Cette sortie pour le moins déroutante du chef du gouvernement s'inscrit en porte-à-faux avec le projet de loi de finances présenté par Benachenhou devant l'APN et qui n'introduit pas le volet de la privatisation.
A retenir donc cette flagrante contradiction entre le chef du gouvernement et son ministre des Finances qui n'a à aucun moment exprimé le voeu de l'exécutif d'aller vers ces privatisations, au contraire, le grand argentier du pays a plutôt parlé de prendre en charge la restructuration de ces entreprises et que ces dernières allaient être budgétisées.
Arguant que le Trésor public n'a plus à supporter les déficits mais que cette démarche découlait d'une décision politique. A peine le projet de loi de finances soumis à débat et alors que l'on s'attendait à ce que le gouvernement préconise des mesures allant dans le sens d'un établissement d'un pacte social et économique que les couacs se font entendre au sein des membres du staff gouvernemental, qui, apparemment, n'ont pas accordé leurs violons pour se mettre sur la même longueur d'ondes. Benachenhou lors des débats à l'APN a explicitement fait comprendre que c'est le président en personne qui est intervenu pour plaider la cause des entreprises publiques en insistant sur le fait que la mesure revêt un cachet substantiellement politique. Les divergences mises sur le tapis dénote d'une crise latente qui risque notamment de mettre à mal le processus de négociation avec le partenaire social.
Ce dernier était parti du mauvais pied avec la bipartie résumée à un énième échec qui corrobore les appréhensions nourries dans la défiance de l'austère discours officiel.
Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'il y aura certainement du rififi dans les prochains jours, sachant que l'Ugta a ameuté ses troupes et devra affûter ses armes pour faire face à cette nouvelle épreuve du feu qui s'annonce des plus ardues. Le front social est encore une fois titillé par le brasier des compressions d'effectifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.