Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les banques n'attendront plus
OUVERTURE DU CAPITAL DU CPA
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2002

Cette opération, concernant l'une des plus importantes banques algériennes, vient d'être annoncée officiellement.
Dans une conférence de presse Mlle.Fatiha Mentouri, ministre déléguée à la Réforme financière, et M. El-Hachemi Meghaoui, président-directeur général du CPA au siège du ministère des Finances, ont présenté aux journalistes présents outre le cas d'espèce du CPA, les grands axes du processus de privatisation des banques publiques, ses objectifs, ses perspectives et ses éventuelles répercussions sur le secteur et sur l'économie algérienne dans son ensemble.
Résultat d'une gestation et d'un tâtonnement qui durent depuis maintenant plus de 10 ans, la réforme des institutions bancaires semble vouloir atteindre un nouveau palier dans le rythme de réalisation de cette option économique.
C'est que, avant d'entreprendre cette seconde génération des privatisations des banques publiques, le gouvernement a mis en place les outils nécessaires à leur mise en pratique.
Mlle.Mentouri a indiqué ainsi, que «le processus de la réforme des institutions bancaires publiques est passé par plusieurs étapes dont les plus importantes ont eu pour objet: l'assainissement et la recapitalisation de ces banques qui ont coûté au Trésor public pas moins de 1250 milliards de DA». Cela s'est traduit, selon elle, par «une atteinte des normes internationales de solvabilité et une surliquidité monétaire qui ne demande qu'à se mettre au service des besoins de l'économie nationale».
Sans entrer dans tous les détails purement techniques du processus de privatisation des banques publiques qui sont au nombre de cinq (CPA, BEA, BNA, Badr, BDL), il faut mentionner que l'opération ouverture du capital du CPA qui dispose de nombre d'atouts pour l'entamer sans grands accrocs négatifs, se veut, selon les deux conférenciers, une opération «test» ou, en cas de réussite, «une référence» pour les autres banques citées précédemment. Car, ce qui est attendu du futur partenaire du CPA, ce sont «une expertise pointue, un professionnalisme et un savoir-faire ainsi qu'une représentativité internationale pour stimuler les ambitions de la banque et lui permettre de développer de nouveaux produits et services en direction de sa clientèle». Il ne peut être donc qu'étranger et de grande envergure. A ce propos, les deux animateurs de la conférence de presse ont révélé que l'expérience d'ouverture du capital du CPA entamée auparavant avec la banque française, La Société générale, a été définitivement abandonnée, et que c'est l'ex-partenaire français, pour des raisons qui lui sont propres, qui s'est retiré de l'opération. De même, le fameux projet d'interconnexions bancaires spécialisé serait, selon eux, totalement écarté. Quant à la question sociale, c'est-à-dire les éventuelles incidences en termes de réductions d'effectifs ou de licenciement de personnels de la banque une fois la privatisation de cette dernière engagée, autant la ministre déléguée à la Réforme financière que le P-DG du CPA, ont été catégoriques, pour dire qu'il n' y aura pas de compression d'effectifs et que tout au plus, cela se traduira par ce qu'ils ont appelé «un redéploiement» des banques.
Néanmoins, on n'en est pas encore là. En effet, si le taux de participation du futur partenaire de cette banque est d'ores et déjà rendu public (49%) et serait appréciable selon les experts, l'identité de ce dernier n'est pas encore connue et ferait toujours l'objet de recherches et par la suite de négociations. Au vu des critères techniques qui seront définis dans le choix des partenaires de cette privatisation, les banques publiques algériennes cherchent, avant tout, à acquérir l'expertise internationale qui leur fait défaut et les empêchent d'être présentes sur le marché financier international.
Or, cette présence tout autant que la modernisation de l'ensemble du système de paiement bancaire national, est, de l'avis des deux conférenciers et des autres experts, plus que nécessaire particulièrement, au lendemain de la signature par l'algérie de l'accord d'Association avec l'Union européenne et l'amorce de négociations d'adhésion avec l'OMC.
Faut-il dire, comme l'a remarqué Mlle Mentouri, qu'un réseau financier assaini, crédible et performant est un vecteur d'attractivité pour tout investissement étranger dans le pays?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.