Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Rivière asséchée !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boualem Sansal disparaît de la liste
L'ACADEMIE GONCOURT DEVOILE LES QUATRE FINALISTES À TUNIS
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2015

Après une escapade au Liban, en 2012, les Goncourt ont été délocalisés cette année à Tunis.
Le jury s'est réuni, hier, dans l'immense hall du Musée du Bardo devant un parterre de journalistes locaux et étrangers pour dévoiler leur avant-dernière liste qui n'a compté que quatre romans. C'est en ce lieu même que 21 touristes étrangers et un policier tunisien ont été assassinés par deux terroristes dont un Marocain.
Sur les 10 prévus, sept membres de l'Académie ont répondu présents. Bernard Pivot le président, Didier Decoin, Françoise Chandernagor, Paule Constant, Pierre Assouline, Tahar Ben Jelloun et Régis Debray... Ce dernier, auteur de Madame H. (Gallimard), débattra religion à l'Institut français avec l'intellectuel Youssef Seddik.
En 48 heures chrono, les jurés auront signé leurs ouvrages, discouru sur des sujets divers («Le roman au féminin», «Littérature et médias», «le fait religieux»), trinqué à la résidence de l'ambassadeur de France, François Gouyette, répondu aux médias nationaux...
Hier donc, l'Académie Goncourt a dévoilé les quatre finalistes en lice pour le plus prestigieux des prix littéraires français, qui sera décerné le 3 novembre, parmi lesquels le Franco-Tunisien Hédi Kaddour, pour son roman «Les prépondérants». Les trois autres écrivains retenus dans cette sélection finale du Goncourt 2015 sont Nathalie Azoulaï («Titus n'aimait pas Bérénice»), Mathias Enard («Boussole») et Tobie Nathan («Ce pays qui te ressemble»). Etrangement, l'écrivain algérien, Boualem Sansal, n'a pas été retenu.
A ce sujet, Didier Decoin, membre du jury, a répondu à la question du journal L'Expression: «Boualem Sansal n'a pas eu le nombre de voix suffisant pour être sur la liste finale. Il ne se vend pas tellement bien malgré une grande publicité faite par la presse. Ce n'est pas très grave. J'estime que son livre 2084 est très bon mais il est dommage qu'il ne soit pas retenu.»
Même son de cloche chez le président du jury, Bernard Pivot: «S'il avait obtenu sept voix, il aurait été retenu sur la liste. Je regrette qu'il ne soit pas en lice pour ce grand prix.» Boualem Sansal était le seul auteur sélectionné dans toutes les listes des prix littéraires, mais disparaît au même titre que Alain Mabanckou («Petit piment»). Après les attentats meurtriers de mars et juin derniers au Bardo et à Sousse, le dépaysement des jurés du Goncourt prend une dimension symbolique. Cette délocalisation est accompagnée du lancement du Goncourt Tunisie. Près de 200 lycéens et étudiants vont choisir leur livre préféré. Il sera désigné en décembre et édité en langue arabe. Lundi, les membres de l'Académie Goncourt ont rencontré ces jeunes gens.
L'annonce a été faite par Didier Decoin, un des sept membres du jury Goncourt ayant effectué le déplacement au Musée du Bardo à Tunis, un acte «symbolique».
«Nous sommes venus dire tenez-bon, on est avec vous», a indiqué Bernard Pivot, le président du jury. «C'est une manière très symbolique mais très sincère de dire (...) Vous vivez une période difficile, mais la France pense à vous, notamment les écrivains, les journalistes, les professeurs, les étudiants. Soyez fermes.
Les principes de liberté de pensée, d'écrire, de parler sont essentiels», a-t-il ajouté.
Né à Tunis il y a 70 ans, Hédi Kaddour, déjà lauréat lundi dernier du prix Jean-Freustié, est l'un des favoris des prix littéraires d'automne. Le Goncourt, le plus convoité des prix littéraires francophones, a été remporté l'an dernier par la Française Lydie Salvayre, pour un roman sur la guerre d'Espagne («Pas pleurer»).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.