Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'angoisse d'Alger à Marseille
IL Y A DIX ANS, L'AIRBUS D'AIR FRANCE ETAIT DETOURNE
Publié dans L'Expression le 07 - 12 - 2004

Bien avant le 11 septembre 2001, le GIA allait offrir au monde un «attentat-spectacle» d'envergure.
Le 24 décembre 1994, un commando du GIA, dirigé par Yahia Abdellah, prend possession de l'avion Airbus d'Air France. Une heure après, les salles de rédaction du monde entier suivent avec intérêt ce qui va advenir du vol AF 8969. Pendant cinquante-quatre heures, les 227 passagers vont vivre l'angoisse et la tourmente. La France, confrontée à une des plus grandes prises d'otages de son histoire, est divisée entre l'envie d'intervenir et le respect de la souveraineté de l'Algérie.
Le doute s'installe et la confrontation politico-militaire semble s'exacerber : d'un côté Liamine Zeroual, Mokded Sifi et Meziane Cherif, tentent de libérer les otages par une intervention des troupes d'élite de l'armée, d'un autre, Balladur, Pasqua et Juppé privilégient la négociation et le contact direct avec les preneurs d'otages. Retour sur une affaire qui avait éclaboussé, pour longtemps, les relations algéro-françaises.
Secret d'actualité de M6 a tenté, avant-hier, de cerner les zones d'ombre qui ont entouré les «54 heures d'angoisse», sans apporter les réponses aux questions qui se posaient mais en exhumant des témoignages, des enregistrements et des films de grande qualité. En occultant les efforts faits par les autorités algériennes pour aboutir à une issue sans effusion de sang, le reportage suggère une inanité de la part de l'Etat algérien dans sa gestion de la crise.
La mère de Yahia, le chef du commando, avait été même jointe aux pourparlers, en vain. Un commando de l'armée avait même pris position autour de l'avion, immobilisé sur le tarmac de l'aéroport d'Alger, et attendait le signal pour intervenir. Les témoignages de Saïd Bouchez, Ferhat Mehenni et l'hôtesse Claude Bertrand, rendent compte de l'état d'esprit des pirates de l'air et des émotions des passagers. Les uns craquent, crient, les autres sont figés par la peur. Un policier algérien, un diplomate vietnamien, puis un cuisinier français, sont tour à tour abattus froidement et jetés hors de l'avion. Le gouvernement français, par le biais de ses trois hommes forts du moment, Edouard Balladur, chef de l'Exécutif, Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur et Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, acculent leurs homologues algériens.
«Meziane Chérif va mentir en nous affirmant qu'il avait l'affaire en main alors que les messages alarmistes affluaient», suggèrent ces trois hommes forts de François Mitterrand. Le GIA, en 1994, venait d'unifier ses factions et présentait une organisation au summum de sa force. Le groupe preneur d'otages fait partie de l'élite combattante du GIA de la Casbah et des Eucalyptus, «les signataires par le sang» dirigé à l'époque par Yahia Kronfel, mais qui, retenu à la dernière minute, avait laissé faire le chef du groupe des Eucalyptus, Yahia Abdellah.
Celui-ci est accompagné de trois autres kamikazes : Makhlouf Benguettaf, Salim Layadi et Mustapha Ckekiène, des jeunes djihadistes issus de la jeunesse néo-urbaine et âgés entre 24 et 28 ans.
Sous la pression de Paris, l'avion quitte Alger pour Marseille-Marignane. Les preneurs d'otages font preuve d'un prosélytisme exceptionnel: plusieurs passagers sont gagnés par le «syndrome de Stockholm», qui consiste à prendre corps avec son propre bourreau. Le pilote est le premier à être contaminé. A Paris, les décisions sont prises: l'avion ne doit pas repartir vers la capitale et si il décolle, des chasseurs de guerre devraient l'immobiliser «de force». A Marseille, les négociateurs tentent de gagner du temps. Yahia sent la ruse et suspend tout contact. Il entrouvre même la porte et mitraille la tour de contrôle où étaient assis les deux négociateurs, dont Alain Gehin. «Nous sommes des moudjahidine de Dieu, vous ne nous faites pas peur. Nous sommes des hommes qui ne reculent pas et nous pouvons maintenant, si nous le voulons, faire exploser l'avion», répond Yahia à Gehin.
Manipulateur rusé, Gehin tente encore de gagner du temps. «Aucun camion-citerne ne veut s'approcher de l'avion et vous ramener le kérosène nécessaire à votre départ vers Paris». Les preneurs d'otages «sont déjà ailleurs». Le contact est définitivement rompu. Les quatre hommes récitent la «prière de la peur», tradition guerrière accomplie avant chaque grand événement «de très grande importance». La radio est éteinte. Après cinquante-quatre heures, le Gign, groupe d'élite de combat de la gendarmerie française donne l'assaut. Trois membres du GIA, exténués par près de trois jours de veille, sont immédiatement tués, le dernier blessé va faire face, pendant de longues minutes, à une bonne vingtaine des membres du Gign avant d'être finalement blessé puis abattu après avoir blessé neuf gendarmes.
L'assaut fini, les passagers libérés, les animosités commencent. La France tient Alger pour responsable d'un laisser-aller criminel au niveau des accès de l'aéroport. Un froid s'installera pour longtemps entre les deux pays et ne s'estompera qu'aux alentours de l'année 2000.
Le lendemain de l'assaut, Djamel Zitouni donne l'ordre de venger ses hommes et c'est le chef de la katibat de Blida, Saoudi Abdelkader, qui va partir en Kabylie assassiner quatre pères-blancs. «Quatre pour quatre», commentera Zitouni à Chréa, entouré de son état-major. Bien avant Al Qaîda et le 11 septembre 2001, le GIA voulait offrir un spectacle à la démesure de ses ambitions : faire exploser l'avion au-dessus de la Tour Eiffel dans un show médiatico-terroriste que réussiront les attentats de New York et Washington sept ans plus tard. Aujourd'hui, on en est encore à évaluer l'hypervisibilité des effets de la «sainte terreur islamiste», alors que la sous-visibilité de ses causes ne permet pas encore d'en tirer les conclusions qui pourraient mettre fin à la déferlante de la violence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.