Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le AF 8969 ne répond plus
IL Y A DOUZE ANS, LE GIA DETOURNAIT L'AIRBUS FRANÇAIS
Publié dans L'Expression le 24 - 12 - 2006

L'assaut fini, les passagers libérés, les animosités commencent. Alger et Paris ne se regarderont plus en face.
Le 24 décembre 1994, un commando du GIA, dirigé par Yahia Abdellah, prend possession d'un Airbus d'Air France. Les pirates de l'air, munis de badges des agents de sécurité de l'aéroport, avaient pu, avec une facilité déconcertante, monter dans l'appareil. Ils commencent par demander aux passagers de présenter leur passeport.
Une heure après cette prise d'otages, intervenue trois mois après la prise en main du GIA par Djamel Zitouni, les salles de rédaction du monde entier suivent avec intérêt ce qui va advenir du vol AF 8969. Pendant cinquante-quatre heures, les 227 passagers vont vivre l'angoisse et la tourmente.
Le doute s'installe et la confrontation politico-militaire semble s'exacerber: d'un côté Liamine Zeroual, Mokdad Sifi et Meziane Chérif, tentent de libérer les otages par une intervention des troupes d'élite de l'armée, de l'autre, Balladur, Pasqua et Juppé privilégient la négociation et le contact direct avec les preneurs d'otages.
Les négociations entre les autorités algériennes et le chef du commando piétinent. Abdelhaq Layada, chef historique du Groupe islamique armé tente de faire revenir le chef du commando sur sa décision de détourner l'avion. La mère de Yahia, le chef du commando, avait été jointe aux pourparlers, en vain. Un groupe d'élite de l'armée avait même pris position autour de l'avion, immobilisé sur le tarmac de l'aéroport d'Alger, et attendait le signal pour intervenir. Quelques minutes plus tard, un officier de police algérien, un diplomate vietnamien, puis un cuisinier français sont, tour à tour, abattus froidement et jetés hors de l'avion. Le gouvernement français, par le biais de ses trois hommes forts de l'époque, Edouard Balladur, chef de l'Exécutif, Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur et Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, acculent leurs homologues algériens. «Meziane Chérif va mentir en nous affirmant qu'il avait l'affaire en main alors que les messages alarmistes affluaient», suggèrent ces trois hommes forts de François Mitterrand. Selon un témoignage de Omar Chikhi, membre fondateur du GIA, le groupe preneur d'otages fait partie de l'élite combattante du GIA de la Casbah et des Eucalyptus, «les Signataires par le sang» dirigé, à l'époque, par Yahia Kronfel, mais qui, retenu à la dernière minute, avait laissé faire le chef du groupe des Eucalyptus, Yahia Abdellah.
Celui-ci est accompagné de trois autres kamikazes: Makhlouf Benguettaf, Salim Layadi et Mustapha Chekiène, des jeunes djihadistes issus de la jeunesse néo-urbaine et âgés entre 24 et 28 ans. Un premier communiqué du GIA exige des autorités qu'elles laissent libre champ à Kronfel, principal dirigeant du Groupe preneur d'otages, d'accéder à l'avion, mais celui-ci ne donne pas signe de vie. Le chef du commando des Eucalyptus, Abdellah Yahia, prend les choses en main. Il répond à Meziane Chérif, qui lui demandait de se rendre en contrepartie d'un «accord de braves», qui lui épargnerait, ainsi qu'à ses compagnons, toute poursuite judiciaire: «Ta clémence, tu la garderas pour toi, je n'en ai que faire, nous sommes des djounoud de Dieu!».
Sous la pression de Paris, l'avion quitte Alger pour Marseille-Marignane. Les preneurs d'otages font preuve d'un prosélytisme exceptionnel: plusieurs passagers sont gagnés par le «syndrome de Stockholm», qui consiste à prendre corps avec son propre bourreau. Le pilote est le premier à être contaminé. A Paris, les décisions sont prises: l'avion ne doit pas repartir vers la capitale et s'il décolle, des chasseurs de guerre devraient l'immobiliser «de force». A Marseille, les négociateurs tentent de gagner du temps. Yahia sent la ruse et suspend tout contact. Il entrouvre même la porte et mitraille la tour de contrôle où étaient assis les deux négociateurs, dont Alain Gehin. «Nous sommes des moudjahidine de Dieu, vous ne nous faites pas peur. Nous sommes des hommes qui ne reculent pas et nous pouvons maintenant, si nous le voulons, faire exploser l'avion», répond Yahia à Gehin.
Manipulateur rusé, Gehin tente encore de gagner du temps. «Aucun camion-citerne ne veut s'approcher de l'avion et vous ramener le kérosène nécessaire à votre départ vers Paris». Les preneurs d'otages «sont déjà ailleurs». Le contact est définitivement rompu. Les quatre hommes récitent la «prière de la peur».
La radio est éteinte. Après cinquante-quatre heures, le Gign donne l'assaut. Trois membres du GIA, exténués par près de trois jours de veille, sont immédiatement tués, le dernier blessé va faire face, pendant de longues minutes, à une bonne vingtaine des membres du Gign avant d'être finalement blessé puis abattu après avoir blessé neuf gendarmes.
L'assaut fini, les passagers libérés, les animosités commencent. La France tient Alger pour responsable d'un laisser-aller criminel au niveau des accès de l'aéroport. Un froid s'installera pour longtemps entre les deux pays et ne s'estompera qu'aux alentours de l'année 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.