FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yennayer impose son faste
EN ATTENDANT QU'IL SOIT RECONNU FÊTE NATIONALE
Publié dans L'Expression le 11 - 01 - 2016

Elle est au même titre que certaines fêtes religieuses officielles (Mouloud, Aïd, Achoura...)
Cet événement enraciné depuis des siècles au plus profond de la société, a la particularité d ́être célébré tant par les populations berbérophones qu ́arabophones.
Va-t-on se priver d'un élément identitaire fédérateur qui occupe une place essentielle dans la société algérienne d'aujourd'hui? Certainement pas, à moins de faire preuve d'inconséquence. Elever officiellement tamazight au rang de langue nationale en l'inscrivant dans l'avant-projet d'amendement de la future Constitution revient à réparer un déni de l'histoire...il y aura cependant comme un goût d'inachevé si Yennayer ne sera pas dorénavant décrété fête nationale.
C'est un peu l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Et il n'y a aucune raison pour que le pas ne soit pas franchi.
Le moment est tout indiqué. Le thème de la cohésion nationale est devenu un leitmotiv tant pour le gouvernement que pour la classe politique. Yennayer est tout désigné pour en être le ciment. Cet événement enraciné depuis des siècles au plus profond de la société kabyle en particulier et amazighe en général a la particularité d ́être célébré autant par les populations berbérophones qu ́arabophones.
Au même titre que certaines fêtes religieuses officielles (Mouloud, Aïd, Achoura...) il est célébré d'Est en Ouest, du Sud au Nord à travers l'ensemble du territoire national à la seule différence qu'il ne jouit pas du même statut qu'elles. Le jour de l'An berbère n'est pas un jour férié. Il coïncide avec le 12 janvier du calendrier grégorien qui correspond en 2016, à l ́an 2966 du calendrier berbère.
Il a été maintenu volontairement en marge de toutes ces célébrations par de redoutables tenants de la pensée unique car il ne rentrait pas dans le moule de la culture institutionnelle qu'ils ont dessinée, initiée, puis perpétuée. Comme ils ne sont pas à une contradiction près, à une forfaiture près ils ne se privent pas de fêter, eux aussi, cet événement.
Une contradiction qui est sans doute appelée à être rectifiée, corrigée, suite à la décision courageuse, historique, et sans appel du chef de l'Etat qui a inscrit l'officialisation de tamazight dans le texte de la prochaine Loi fondamentale.
Une décision qui répondait à une vieille revendication d'un combat mené sans relâche par les militants de la cause identitaire. Elle va permettre à Yennayer de donner sa pleine dimension. De rappeler la genèse d'événements historiques à travers lesquels s ́est forgée la nation algérienne dont la principale caractéristique demeure de hauts faits d ́armes. L ́an zéro du calendrier berbère remonte à des événements marquants qui datent de l ́époque de l ́Egypte ancienne. Sheshonq 1er, prince de la tribu berbère des Mechaouech, qui a conquis le pays des Pharaons, est monté sur le trône pour y régner pendant 21 ans, de -945 à -924. Il est le fondateur de la 22e dynastie égyptienne. Il réunifia l ́Egypte en l ́an 950 avant J.-C puis envahit la Palestine pour s ́emparer à Jérusalem, de l ́or et des trésors du temple de Salomon.
Un événement parmi les plus anciens attestés par les premiers textes bibliques.
Yennayer prend cependant toute sa dimension dans la relation qui l ́unit au travail de la terre, le cycle des saisons... qui sont célébrés par des rites et coutumes qui témoignent d ́une communion étroite entre les éléments naturels, le monde des morts et des vivants, que l ́on qualifierait aujourd ́hui de fusionnelle.
La spécificité de Yennayer, réside surtout dans sa manière d ́investir l ́espace de la vie quotidienne et de sa structuration du temps, marquée par une genèse: l ́opposition nature-culture.
Le génie berbère, mais aussi les contraintes liées à l'environnement (rudesse du climat, terres ingrates difficilement cultivables...) ont fait de lui un repère incontournable d'un mode d ́organisation sociale strict et codifié, marqué par des croyances païennes ou animistes qui réglementaient la vie des groupes ou des clans.
Aujourd ́hui absorbées par la religion musulmane, elles attestent d ́un islam tolérant qui particularise la majorité de la population algérienne et la région du Maghreb. Assegas amegaz.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.