Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU parle d'"exécutions de masse" par Daesh
LA BATAILLE DE MOSSOUL SE POURSUIT
Publié dans L'Expression le 14 - 11 - 2016

Les milices chiites «Hached chaabi» ont repris plusieurs positions au groupe EI à l'ouest de Mossoul
L'EI a également mis en place un vaste réseau de tunnels souterrains pour mener une guérilla urbaine. Il utilise aussi les civils comme boucliers humains, a-t-on indiqué.
L'offensive lancée par les forces irakiennes pour chasser le groupe terroriste autoproclamé Etat islamique (EI/Daesh) de Mossoul, se poursuivait hier sur fond de «résistance féroce» de cette organisation radicale, responsable selon l'ONU, de l'exécution, en une semaine, de dizaines de civils dans cette ville du nord de l'Irak.
Les forces irakiennes ont lancé le 17 octobre, avec le soutien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, une opération d'envergure pour reprendre au groupe Daesh son bastion de Mossoul. Malgré les succès enregistrés sur le terrain dans plusieurs secteurs stratégiques, la reprise totale de cette ville ne devrait pas intervenir «avant des semaines, voire des mois», selon des responsables. Samedi soir, les forces irakiennes étaient engagées dans d' «intenses» combats avec les terroristes dans l'est de Mossoul, selon un officier. Confrontées à une vive résistance de l'EI lors de leur entrée il y a une semaine dans les quartiers est de la ville, les unités du contre-terrorisme irakien (CTS) avaient décidé de consolider leurs positions dans la périphérie avant de poursuivre leur progression. D'après un autre commandant de ces forces d'élite, Ali Hussein Fadhel, les combattants s'approchent de Karkoukli, un autre quartier dans l'est de Mossoul. Et les terroristes de Daesh résistent avec des attaques-suicides, des voitures piégées et en disséminant des explosifs dans les maisons et immeubles. L'EI a également mis en place un vaste réseau de tunnels souterrains pour mener une guérilla urbaine. Il utilise aussi les civils comme boucliers humains, a-t-on indiqué.
Au nord et à l'est de Mossoul, les combattants kurdes, les peshmergas, ont repris à l'EI, depuis le 17 octobre date du début de l'offensive, plusieurs villes et villages. Au sud, l'armée irakienne a également progressé qui a repris hier la ville antique de Nimrod, à une trentaine de kilomètres de Mossoul. Sur le front ouest, une coalition de milices, pour la plupart chiites, mène aussi des combats contre Daesh, notamment pour couper l'axe de ravitaillement des terroristes avec Raqqa, leur bastion en Syrie voisine. Dans la foulée de l'offensive sur Mossoul, le groupe Daesh a exécuté la semaine passée au moins 60 civils dans la ville et ses environs, accusant 40 d'entre eux de «trahison» et les 20 autres d'avoir transmis des informations aux forces irakiennes, a indiqué vendredi l'ONU. Ces «assassinats» ont eu lieu à différents moments et lieux de Mossoul, a précisé la porte-parole du Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Ravina Shamdasani. lors d'un point de presse à Genève.
Les victimes dont les corps ont été suspendus aux poteaux électriques de Mossoul étaient vêtues d'une tenue orange avec des inscriptions en rouge «traîtres et agents des ISF» (acronyme en anglais pour forces irakiennes de sécurité), selon les détails fournis par le Haut-commissariat de l'ONU. Alors que l'ONU ne cesse de publier ces derniers jours des détails sur les horreurs, la torture, l'exploitation sexuelle, le recrutement d'enfants, assassinats-commises par Daesh en Irak, le Haut commissaire Zeid Ra'ad Al-Hussein a demandé vendredi que la Cour pénale internationale (CPI) soit saisie. En Irak, les travailleurs humanitaires craignent d'importants déplacements de population au fur et à mesure que les forces irakiennes progressent dans Mossoul. Dans ce contexte, le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), a indiqué récemment que le nombre de déplacés depuis le début de l'offensive sur Mossoul, a doublé en une semaine pour atteindre 47.730 personnes. Entre 3000 et 5000 éléments de Daesh se trouveraient à Mossoul, selon des estimations américaines.
Leur chef, Abou Bakr al-Baghdadi, les a exhortés à lutter jusqu'au bout. L'EI avait conquis de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie en 2014, profitant des conflits dans ces deux pays. Il a depuis perdu beaucoup de terrain, notamment en Irak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.