Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chantage et le pays de rechange
LA BINATIONALITE DANS LES HAUTES FONCTIONS DE L'ETAT
Publié dans L'Expression le 29 - 11 - 2016

La nationalité d'adoption, faut-il le noter, confère des droits, mais également beaucoup de devoirs envers le pays qui l'accorde.
L'Assemblée populaire nationale a adopté, hier, le projet de loi excluant les binationaux de certaines fonctions de la haute administration du pays. Les deux formations politiques, le RND et le PT, ont plaidé pour l'élargissement de la liste à d'autres postes qualifiés de sensibles et donc susceptibles de créer un «conflit d'intérêt» entre deux nationalités ou plus que porterait un ambassadeur ou un wali pour l'Etat qu'il est censé servir, l'Algérie, dans ce cas de figure. Quelles que soient les explications de la commission de l'APN pour rejeter les amendements des députés ils ne sauraient être convaincants, sachant que l'intérêt supérieur d'une nation doit être au-dessus de toutes considérations. D'autant que les arguments des élus tiennent la route au sens où certaines fonctions citées par les représentants du peuple, sont effectivement d'une importance centrale et requièrent une nationalité exclusive. Un ambassadeur est détenteur d'une partie des secrets du pays qu'il représente à l'étranger. On voit, en effet, mal dans ce cas, un binational refuser l'aide «patriotique» d'une puissance étrangère dont il porte la nationalité et donc redevable envers elle. La nationalité d'adoption, faut-il le noter, confère des droits, mais également beaucoup de devoirs. Son détenteur ne pourrait se soustraire à une mission, au risque de se voir déchoir de son appartenance à une nation qui l'a accueilli et qui n'a pas été remerciée en retour. Pareil cas de figure n'est certainement pas rarissime et même assez répandu de par le monde. On ne parle pas là d'espionnage.
Des services secrets de tous les pays du monde opèrent de la sorte. C'est une tactique vieille comme la «double nationalité», pratiquée par «la mère patrie» ou le «pays de rechange». Lorsqu'on ajoute à sa nationalité d'origine, une autre, d'adoption, pour des raisons pratiques d'accès à des aides sociales ou tout simplement pour se faciliter la vie, est une chose, mais lorsqu'on la met dans sa «poche intérieure», lorsqu'on est appelé à exercer des fonctions sensibles dans la pyramide de l'Etat c'est une tout autre chose. Il n'existe pas un Etat sur la planète qui accepterait de prendre le risque de laisser une brèche par où un pays étranger pourrait s'engouffrer. Même si au départ l'intention du haut responsable binational est honnête, il n'est pas à l'abri d'une manoeuvre insidieuse l'obligeant à faire un choix entre sa nationalité d'origine et celle d'adoption à un moment ou un autre de sa carrière. Il existe certainement des personnalités qui n'ont pas eu à faire ce choix, mais la raison d'Etat veut qu'il faille éliminer tous les risques potentiels.
Aussi, l'explication de la commission, arguant que certains amendements contredisent les conventions signées par l'Algérie, a de quoi étonner, lorsqu'on sait que beaucoup d'autres fonctions n'ont même pas été citées par le texte et les amendements alors que sous d'autres cieux il est exigé la nationalité d'origine exclusive pour les exercer. En effet, pour assurer une sécurité optimale d'un Etat, il faut s'assurer de la nationalité des hommes qui le servent, mais également de nombreuses autres professions qui ont un lien direct avec le pouvoir. Les présidents de partis politiques et les directeurs de journaux sont, à ce propos, des personnalités très proches du pouvoir exécutif et à ce titre peuvent être détenteurs d'une manière ou d'une autre d'importants secrets, susceptibles de constituer une «aubaine» pour des Etats étrangers, qui useraient bien entendu du «chantage à la nationalité» envers ces responsables qui agissent dans le privé, mais dont les activités les mettent en contact quasi permanent avec les sphères du pouvoir.
Cela pour illustrer les failles d'une loi qui, faut-il le relever, laisse des espaces susceptibles d'être utilisés par des puissances étrangères au détriment de l'intérêt supérieur de la nation. Le propos n'est pas de jeter la pierre aux binationaux, mais de souligner la nécessité de «bétonner» l'Etat algérien et empêcher des infiltrations conscientes ou inconscientes d'informations sensibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.