Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe appelée à l'"unité" par ses dirigeants
FACE AUX CRITIQUES DE TRUMP
Publié dans L'Expression le 17 - 01 - 2017

le président élu américain, Donald Trump, se lâche sur l'Europe et l'Otan
Les vives critiques du président élu américain Donald Trump sur l'Union européenne et l'Otan doivent inciter les Européens à se «ressaisir» pour faire preuve d'«unité» et d'«assurance», ont réagi hier plusieurs dirigeants de pays de l'UE.
La détente à l'égard de la Russie, «l'erreur catastrophique de Merkel» sur les migrants, l'Otan «obsolète»: Donald Trump a multiplié les déclarations choc en commentant dimanche l'actualité européenne, cinq jours avant sa prise de fonctions vendredi à la Maison Blanche. Dans un entretien aux quotidiens britannique Times et allemand Bild, il a aussi estimé que le Royaume-Uni a «eu bien raison» de quitter une Union européenne selon lui dominée par l'Allemagne. Il a prédit que le Brexit serait un «succès» et que d'autres pays quitteraient l'UE. Ces propos ont eu beaucoup de retentissement à Bruxelles, lieu d'une réunion hier des ministres des Affaires étrangères de l'UE. Si le Britannique Boris Johnson s'est singularisé en qualifiant de «très bonne nouvelle» la main tendue par Donald Trump pour un accord commercial rapide entre Washington et Londres, plusieurs ministres européens ont appelé à afficher un front uni. «La meilleure réponse à l'interview du président américain, c'est l'unité des Européens», c'est de «faire bloc», a ainsi affirmé le Français Jean-Marc Ayrault. En Allemagne, le vice-chancelier Sigmar Gabriel a souligné l'importance pour l'Europe de «ne pas tomber dans une profonde dépression» et de se «ressaisir» en faisant preuve d'«assurance». L'Otan a redit pour sa part sa «confiance absolue» dans le maintien d'un «engagement fort» des Etats-Unis, alors que Donald Trump risque d'alimenter les craintes de pays - en particulier ceux du flanc Est de l'Alliance - qui s'inquiètent de son arrivée et d'une possible détente avec Moscou. Aux quotidiens Times et Bild, le président élu des Etats-Unis a affirmé avoir «dit il y a longtemps que l'Otan avait des problèmes». Et d'enchaîner: «En premier lieu qu'elle était obsolète parce qu'elle a été conçue il y a des années et des années» et «parce qu'elle ne s'est pas occupée du terrorisme. (...) En deuxième lieu, les pays (membres) ne payent pas ce qu'ils devraient». Seuls cinq des 28 pays de l'Otan (Etats-Unis, Royaume-Uni, Estonie, Grèce, Pologne) respectent un niveau de dépenses militaires au moins équivalant à 2% de leur produit intérieur brut, le seuil souhaité par l'Alliance, selon des données de fin 2016. Déjà, durant sa campagne présidentielle, M.Trump avait semblé mettre en cause l'obligation de solidarité entre pays membres de l'Otan en cas d'agression s'ils ne contribuaient pas plus aux dépenses. Les Etats-Unis portent environ 70% des dépenses militaires de l'organisation. En sortant d'un rendez-vous avec le chef de l'Otan Jens Stoltenberg, le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a fait part de l' «inquiétude» de l'Alliance atlantique. Parler d'une Otan «obsolète», a-t-il toutefois relevé, c'est «en contradiction avec ce que le (futur) ministre de la Défense américain a dit lors de son audition à Washington il y a seulement quelques jours». James Mattis, ancien général des Marines choisi par Trump pour diriger le Pentagone, a mis en garde contre la volonté du président russe Vladimir Poutine de «casser» l'Otan. Des déclarations de nature à rassurer les Européens attachés au maintien d'une position intransigeante avec Moscou, en plein conflit ukrainien. Un diplomate européen a décrit une UE «en mode attente» face à des positions parfois contradictoires dans la future administration des Etats-Unis. «Un président n'est pas seul pour décider», se rassure un autre diplomate. Donald Trump évoque dans la presse la possibilité d'un accord de réduction des armements nucléaires avec la Russie en échange de la levée des sanctions qui la frappent. «Les sanctions font très mal à la Russie mais je pense qu'il peut se produire quelque chose qui sera profitable à beaucoup de gens», assure-t-il. Juste avant Noël, le milliardaire républicain avait ravivé le spectre d'une course aux armements en prévenant que les Etats-Unis répondraient à tout accroissement de l'arsenal nucléaire d'une autre puissance, sans citer la Russie ou la Chine. Concernant l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, lui aussi fragilisé par la transition Obama-Trump, la chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini a souligné que l'Union le jugeait «extrêmement important» et continuerait à oeuvrer à son «respect».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.